L’innovation dans la communication ONG

En avril 2019 l’ONG britannique « Malaria No More » a lancé la première pétition vocale. La campagne appelle les citoyens de prêter sa voix au combat contre le paludisme en utilisant le hashtag #malariamustdie. La pétition vocale est l’une de plusieurs innovations intéressantes de la communication des ONG rendue possible par Internet 2.0.

Déclencher l’engagement civil avec la pétition vocale

Les pétitions sont promues depuis des années par la signature de citoyens engagés. L’ONG britannique Malaria no More a redéveloppé ce concept dans le cadre de sa nouvelle campagne « le paludisme doit mourir ». Celle-ci est déclaré d’être la première pétition vocale pour laquelle les participants (au lieu de signer sur la liste des pétitions) prêtent leur voix au combat en déclarant « le paludisme doit mourir ». Grace à l’intelligence artificielle, neuf personnes ont à leur tour prêté leur voix au footballeur David Backham, ambassadeur de l’ONG. Cela confère au message une dimension plus intime et plus reconnaissable, car à première vue, tout ça semble également un peut étrange au spectateur.

La vidéo de lancement de la campagne avec David Backham a été créée en utilisant l’intelligence artificielle

« Speak Up » est l’appel de la campagne aux citoyens. Le pouvoir de la voix de chaque personne est souligné et mis en avant. Néanmoins, la campagne ne marche pas complètement sans l’écrit. L’appel « parle! » est donc combiné avec le hashtag #malariamustdie pour être visible et probablement aussi pour mesurer l’impacte. Particulièrement dans le contexte des réseaux sociaux, le hashtag revêt une grande signification qui ne peut pas être ignorée. Peu importe que le hashtag ou la voix soient utilisés – l’objectif de la campagne est d’exploiter la force de la foule pour forcer les politiciens à écouter et à réagir face à la gravité de la propagation mondiale de la maladie:

« One voice can be powerful but all of our voices together, then they will have to listen. Malaria must die so millions can live »

La pétition vocale est l’une de plusieurs innovations dans le monde des ONG rendue possible grâce à l’essor de l’internet 2.0. Par la suite, quelques autres concepts d’ « engagement 2.0 » seront présentés.

Du « Clicktivism » au « e-Activism »

L’Internet au multiplié les opportunités pour les ONG d’atteindre un large public avec leur communication et leurs actions. Le Web 2.0 étend non seulement les canaux de diffusion, mais donne également accès à une gamme de nouvelles actions attrayantes et puissantes qui engagement le public activement dans la campagne, en créant un « mouvement digitale . Les termes les plus connus seront présentés et expliqués ci-dessous.

  • e-Activisme:
    utilisation les TIC (réseaux sociaux ; applications ; newsletters ; sites web…) afin de communiquer et partager des enjeux des ONG
  • Digital Activisme:
    décrit le processus pout atteindre des objectifs politiques ou sociaux avec la technologie numérique

    L’objectif est de générer de l’attention
  • Hashtag-Activisme:utilisation d’hashtags sur les médias sociaux afin d’exprimer et promouvoir une position politique ou sociale
  • Clicktivisme / Slackivisme:
    décrit la simple action de cliquer sur un contenu pour participer à un mouvement virtuel sans s’engager plus activement et concrètement.
  • Hacktivisme /Cyberactivisms:
    utiliser les compétences du piratage informatique dans le but de favoriser des changements politiques /sociaux

Les bénéfices de ces formes d’engagement sont évidents. Mais malgré tout euphorie ce qui est important à retenir est, que toutes ces formes d’engagement seules, ne changeant pas le monde. Plutôt, ils doivent être connectés avec des actions du monde réel pour avoir un impacte (McPherson).

A lire ailleurs :

Auteur : Rabea Besch

Nation Branding dans les Médias Sociaux : Que fait la Suisse ?

Avec l’essor des technologies de la communication et de l’information, les médias sociaux sont devenues des canaux importants pour la communication stratégiques des organisations – et également des États. Facebook, Twitter et co. Sont utilisé de plus en plus comme un outil pour augmenter l’efficacité de la diplomatie publique et pour renforcer l’image du pays à l’étrangère.

Rester compétitif dans le monde globalisé

Le concept de Nation Branding est le processus « by which a nation’s images can be created, monitored, evaluated and proactively managed in order to improve or enhance the country’s reputation among a target international audience (cf. Fan, 2010: 6) ». Dans le contexte de la globalisation économique et politique il devient de plus en plus important pour les nations de renforcer leur image et leur réputation afin de rester compétitif.

« Présence Suisse » est actif sur plusieurs canaux de médias sociaux.

Aujourd’hui les plateformes numériques sont désormais une partie intégrante des activités de Nation Branding. Le grand avantage de ces canaux est qu’ils permettent de pratiquer une communication directe et ciblée avec les différents groupes visées et de renforcer les messages communicationnels. En outre, ils fournissent l’outil pour la communication interactive et dialogique, c’est-à-dire le type idéal selon le modèle de Grunig & Hunt (1984).

Selon la « Stratégie de communication internationale 2016-2019 » du conseil fédérale, la présence de la Suisse sur les plateformes numériques est relativement faible par rapport aux pays comparables:

Avec une présence plus forte, notamment par ces représenations à l’étranger la Suisse peut augmenter l’efficacité e la diplomatie publique et elle peut renforcer son image de pays innovant.

« Présence Suisse » est l’organe officiel responsable de promouvoir l’image de la Suisse à l’étranger. Dans celle position, ils sont également chargé de la mise en oeuvre de la stratégie du conseil fédéral. Concrètement, afin de réaliser les objectifs d’une communication internationale, Présence Suisse a reçu la tâche de développer et compiler des contenus et des messages pour les médias sociaux.

Happy Lilly: la vache qui incarne les valeurs suisses

Pour remplir ces obligations, Présence Suisse est représenté par deux différents  charactères ou acteurs sur les réseaux sociaux. D’un côté ils communiquent comme « House of Switzerland ». Ici, ils utilisent une communication plus formelle, avec des informations plus approfondis sur des sujets divers. La mission de l’House of Switzerland est décrit comme « Tradition, innovation, politique, sport, culture: la Suisse. Compte géré par Présence Suisse, @eda_dfae. We tweet in english on @HofSwitzerland. » Le House of Switzerland communique en français et en anglais et il est présent sur les médias sociaux suivants :

  • Twitter, anglais; @hofswitzerland
  • Twitter, français ; @suisse 
  • Facebook, anglais; @houseofswitzerland
  • Youtube et Flickr: House of Switzerland
  • Instagram, anglais; Houseofswitzerland

    Happy Lilly nous montre la Suisse

De l’autre côté, Presence Suisse a crée la vache « Happy Lilly » comme acteur sur les réseaux sociaux. Happy Lilly est une petite vache en bois, qui représente les valeurs fondamentales de la suisse – elle est« moderne, dynamique tout en restant attachée aux traditions ». En termes de communication il s’agit plutôt d’une communication informelle, qui s’adresse au public (international) à travers des sujets simples et agréables. Sa communication est personnalisée et vise à établir une relation intime avec l’utilisateur. Happy Lilly communique en anglais sur un compte Twitter (@happylilly) et Facebook (@happylillyswiterland). Ses mots de bienvenue sur Twitter sont les suivants: « Nice to meet you! I’m Happy Lilly and I’m a Swiss ambassador! Swissness around the world with #HappyLilly. » Avec l’intégration de l’hashtag #HappyLilly, Présence Suisse favorise l’’interactivité. Les internautes sont invités à participer à l’histoire et à créer leur propre contenue de sur les aventures de la vache.

A lire ailleurs :

Auteur : Rabea Besch