Instagram: le nid des fausses identités!

Pour les chercheurs Wiszniewski et Coyne tout individu porte un « masque » lors de ses interactions sociales et cache une partie de sa véritable identité. De nos jours, ce phénomène fait pleinement ses preuves sur Instagram.

C’est fini avec l’identité unique qu’on retrouve sur nos cartes d’identités, avec le web 2.0 une nouvelle identité s’est créée, l’identité virtuelle. Cette identité construite autour des « j’aime »,  des commentaires, représente plutôt la perception que les autres ont de nous. Sans autre, c’est un phénomène qui touche surtout la jeune génération qui attribuent une importance particulière à leur image.

La « mise en scène de soi » sur Instagram

La « mise en scène de la vie quotidienne » a été analysée bien avant les réseaux sociaux par le sociologue américain Erving Goffman (1922 – 1982). D’après lui, « l’acteur  est la personne en représentation. Elle doit donner une expression d’elle même qui produit une impression pour le public ». Par conséquent, « la façade c’est l’attitude de l’acteur, adaptée à  la situation dans laquelle il interagit (comme un masque). »

Cette théâtralisation du quotidien s’accentue sur les réseaux sociaux, où la jeune génération essaye de mettre en scène que les meilleurs moments, afin de créer l’illusion d’une vie parfaite.  Des jolies photos de filles « mannequins », « healthy », des voyages aux quatre coins du monde, du luxe, des smoothies bourrés des vitamines, des jambes bronzées sur une plage ensoleillée…..mais ne soyez pas jaloux, car derrière cette vie parfaite se cache une fausse réalité.

« La beauté numérique pourrait se définir par le fait de tricher tout le temps » Fabienne Kraemer

 

 

 

 

 

« La perfection n’est qu’une question d’angle de prise de vue. Aucune femme ne devrait se fixer des normes pour elle-même en fonction de ce qu’elle voit sur les réseaux sociaux », Chessie King

Un mouvement récent pousse les stars d’Instagram de dévoiler la vraie façade de cette vie parfaite. C’est le cas de Chessie King. Cette jeune instagrameuse, âgée de 24 ans, essaye de montrer aux internautes l’illusion optique qui se cache derrière les plus belles photos. Dans ces photos « Instagram&Reality », la star d’Instagram met en évidence les fausses réalités dans lesquelles on croit chaque jour.

Et si on parlait du fameux #nofilter?

Le plus populaire hashtag sur Instagram « #nofilter » permet à  ces utilisateurs de dire que leur photo n’est pas retouchée et qu’elle reflète la vérité. Cependant, on se pose de nouveau la question si c’est vraiment le cas. Un jeune sud-africain, sur le pseudonyme « Matthew Rycroft » , a publié le 29 octobre 2015, un vidéo sur Youtube qui nous fait réfléchir à ce sujet:

Est-ce qu’on est prêt à devenir « moches »?

Comme il le dit le directeur artistique de la maison « Diesel », Nicola Formichetti, en 2017 « , être unique est beaucoup plus beau qu’être parfait. Il faut changer sa manière de voir les choses, transformer le négatif en positif, surmonter les obstacles et les craintes ».  C’est pourquoi de plus en plus des agences de mode, par exemple, préfèrent se débarrasser de ces clichés universels de beauté et misent plutôt sur l’originalité en recrutant des personnes handicapées, transgenres ou aux physiques diversifiés. C’est le réveil de la conscience qui sonne ou c’est juste un bruit?

Sources:

Qu’est ce que l’identité numérique?

http://www.oai13.com/webphoto/filter-fakers-la-police-du-filtre-sur-instagram/

https://media-animation.be/La-presentation-de-soi-dans-les.html

https://www.airofmelty.fr/les-millennials-generation-nofilter-quel-impact-pour-les-marques-a625203.html

http://classroom.synonym.com/filter-mean-instagram-16623.html

Sources d’images: Instagram

 

Auteur: Daud Tatiana