Présentation de soi sur les réseaux sociaux: un besoin à satisfaire

Notre présence sur les réseaux sociaux est principalement caractérisée par notre profil en ligne et son utilisation. On pourrait créer un profil sans images ni informations, mais où est le fun dans tout ça? Et surtout: pourquoi créons-nous un profil?

Les réseaux sociaux ont acquis tellement d’importance aujourd’hui qu’il est presque impossible de ne pas y être présent. Les réseaux comme Facebook, Twitter ou encore Instagram jouent un rôle important dans la vie quotidienne puisque la majorité des personnes – surtout les jeunes – en font un usage régulier. Les avantages sont évidents et incontestables : ces moyens gratuits et intuitifs facilitent la communication entre les usagers partout dans le monde et permettent de rester en contact avec anciens et nouveaux amis.

Mais qu’est-ce qu’il y a derrière ce besoin de créer un profil en ligne?

De nombreux auteurs se sont intéressés à ce sujet et ont proposé différentes théories. Parmi celles-ci, Hadkarni et Hofmann ont développé leur « Dual-factor-model », en argumentant que l’utilisation des réseaux sociaux est principalement motivée par deux besoins : le besoin d’appartenance et le besoin de la présentation de soi. Le premier besoin s’explique par la communication entre les internautes, alors que le deuxième se traduit par les informations sur le profil, le chargement de photos ainsi que par la mise à jour du mur. Cependant, la présentation de soi sur les réseaux sociaux n’est pas si simple. En effet, c’est premièrement à travers notre profil que les gens nous perçoivent et nous jugent car il représente notre présence en ligne dans son ensemble.

“Identity is something we do, rather than simply something we are.”
(Buckingham, 2008)

article
En ligne VS Réalité

Le besoin de soigner sa propre image est une caractéristique humaine et on a souvent tendance à essayer de nous présenter dans la manière la plus positive possible, pour susciter une réaction positive auprès des autres. Dans ce sens, en fait, les plateformes mises à disposition par le Web 2.0 représentent une « arène » parfaite pour la construction de notre image. On dispose d’assez de temps et d’outils comme des photos, des vidéos ou autre pour sélectionner toutes les informations que l’on veut publier. Il est également possible de les modifier, voir embellir, à notre plaisir. Finalement, il est important de soigner sa propre image mais il faut faire attention à ne pas trop se détacher de la réalité puisque le risque de perdre son identité est toujours dans le coin !

 

(Auteur: Tijana Kojic)

Sources:

Buckingham, D. (2008): Youth, Identity and Digital Media. URL: https://mitpress.mit.edu/sites/default/files/9780262524834_Youth_Identity_and_Digital_Media.pdf (consulté le 30.11.2015).

Nadkarni, A. & Hofmann, S.G. (2012) : Why do people use Facebook ? URL : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0191886911005149 (consulté le 30.11.2015).

Robveille, J. (s.d.): Personal branding: les 4 fondamentaux pour être désirable sur les réseaux sociaux. URL: http://studioventilo.fr/les-4-fondamentaux-pour-etre-desirable-sur-les-reseaux-sociaux/ (consulté le 01.12.2015).

Seidman, G. (2012) : Self-Presentation and belonging on Facebook : How personality influences social media use and motivations. URL : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0191886912004916 (consulté le 30.11.2015).

WordPress (s.d.): Des réseaux sociaux: les avantages et inconvénients. URL: https://fr1402013.wordpress.com/2013/04/16/des-reseaux-sociaux-les-avantages-et-les-inconvenients/ (consulté le 01.12.2015).

Images: 

http://www.pianogaranziagiovani.it/wp-content/uploads/2015/02/Personal_Branding_www.pianogaranziagiovani.it_3390x2567.jpg

https://csmt13.files.wordpress.com/2013/10/fffff.jpg

 

 

“SELFIE”, LA NOUVELLE FORME DE NARCISSISME DANS LES MÉDIAS SOCIAUX?

La pratique de réalisation des autoportraits à l’aide d’un Smartphone est désormais entrée dans les moeurs au niveau global. Dans les médias sociaux, cette tendance est de plus en plus répandue : est-ce le signe d’une société narcissique?

Le Web 2.0, comme on le connaît, a principalement apporté la possibilité de communication et de partage du contenu en ligne entre les internautes. Ce fait a été davantage mis en avant grâce aux médias sociaux comme FSelfie-HGacebook, Twitter, MySpace, etc., où les personnes créent et soignent leurs relations personnelles sur les réseaux. Le phénomène des selfies a fortement touché ces plateformes en plain, car ils en permettent la diffusion en ligne.

La mode du « selfie », lancée par les célébrités et utilisée pour s’approcher des fans, n’est pas seulement exclusive aux stars. Elle touche désormais toutes les catégories d’internautes, peu importe l’âge ou le pays: des anonymes aux politiques, des jeunes aux plus âgés ; millions de personnes ont cédé face à cette mode. 56 millions, c’est le nombre de clichés partagés sur Instagram en 2013, l’application photo numéro 1 avec le tag #selfie.

Selfie de la “First Lady” avec son chien
Selfie de la “First Lady” avec son chien

Pour la première fois en 2013, le terme « selfie » est apparu dans le renommé Oxford English Dictionary, défini comme: « Une photographie que la personne a prise elle-même, généralement prise avec un Smartphone ou une webcam et partagée sur un média social ». Ce qui est sûre, c’est que depuis son début, la tendance des selfies n’arrête pas de faire parler de soi : quelques-uns la critiquent, quelques-autres l’apprécient.

Pure promotion narcissique de soi sur les médias sociaux ?

Plusieurs auteurs ont étudié les causes et les effets de ce phénomène sur la société et sur les jeunes. Certains ont exprimé leurs préoccupations par rapport à la pratique du selfie, en la définissant comme une pure mise en scène de soi, un partage inapproprié d’images – même intimes – avec la communauté sur les médias sociaux. D’autres, en revanche, ont identifié cette pratique comme un acte social, qui est le contraire du narcissisme, car ce serait une démarche sociale pour aller vers l’autre.

« Narcisse ne cherchait pas d’interaction, il n’aurait jamais mis son portrait sur Facebook ! » (A. Gunthert)

Le chercheur André Gunthert, expert en matière d’”esthétique conversationnelle”, soutient que l’usage des selfies est essentiellement “conversationnel”. L’image, en fait, ne doit pas être belle mais plutôt produire de l’interaction et de la conversation afin de renforcer les liens entre les membres d’un réseau. Selon Gunthert, ce phénomène  joue un rôle important dans la dynamisation des échanges sociaux en ligne, où l’immédiateté de la diffusion est assurée. Il permet de partager des événements, des émotions, des actions et, de manière générale, créer des situations entre les usagers.

N’est-ce pas l’idée de base des médias sociaux?

Sources:

A. Gunthert (2013): Viralité du selfie, déplacements du portrait. URL: http://culturevisuelle.org/icones/2895

L. Provost (2013): Selfie: Pourquoi vous n’avez pas fini d’en entendre parler. URL: http://www.huffingtonpost.fr/2013/11/17/selfie-pourquoi-entendre-parler_n_4283308.html

M. Hagelstein (2014): Mises en scène de soi dans les médias sociaux – autour des selfies. URL: http://culture.ulg.ac.be/jcms/c_1680988/fr/mises-en-scene-de-soi-dans-les-medias-sociaux-autour-des-selfies?part=1

(Sources des images: http://www.jdubuzz.com/files/2015/05/Selfie-HG.jpg, http://www.huffingtonpost.fr/2013/11/17/selfie-pourquoi-entendre-parler_n_4283308.html)

A lire ailleurs:

http://www.bestcomputerscienceschools.net/selfies/

(Auteur: Tijana Kojic)