#Innovation : Le rôle des employés

L’innovation, c’est le renouvellement. Les innovations sont importantes pour permettre aux startups de prendre pied sur le marché, mais les grandes entreprises ont aussi besoin d’innovations pour éviter d’être dépassées par les petites. Quel rôle joue la motivation des employés dans ce contexte et comment peut-elle être encouragée ?

Des collaborateurs motivés, la clé de l’innovation

Le facteur le plus important pour la capacité d’une entreprise à innover est la motivation et l’engagement de ses employés. Des collaborateurs innovants assurent un avantage durable sur le marché, apportent de l’argent et contribuent ainsi de manière significative à la survie de l’entreprise. La culture de l’innovation d’une entreprise est directement liée à l’engagement des managers et des employés.

Relation entre motivation et innovation

L’étude Forsa sur la culture du leadership illustre la forte corrélation entre la culture de l’innovation et la motivation. L’étude divise les entreprises interrogées en Allemagne en deux catégories : celles dont l’engagement des employés est élevé et celles dont l’engagement est faible.

Dans les entreprises où l’engagement du personnel est élevé, en plus de mettre l’accent sur des tâches de gestion des ressources humaines, les supérieurs respectent leurs employés, fournissent un feed-back régulier et confirment que les employés comprennent le sens de leur travail ainsi que la valeur de leur contribution à l’entreprise. Plus de 90 % des entreprises dans cette catégorie ont une culture de l’innovation et de l’erreur, alors que ce n’est le cas que pour environ 10 % des entreprises ayant un faible niveau d’engagement. Dans ces derniers, une minorité des managers donnent un feed-back régulier et l’interaction entre supérieurs et employés est moins respectueuse.

« Dans les entreprises ayant un niveau d’engagement élevé, les cadres intermédiaires se concentrent davantage sur des tâches de gestion axées sur les personnes, telles que le coaching, le feedback et la motivation des employés. » (Étude Forsa 2018)

L’étude Forsa illustre non seulement l’importance économique des employés motivés, mais montre aussi que les bons managers sont des facteurs de motivation beaucoup plus importants que l’environnement de travail ou le salaire.

Petits gestes – grand impact

Idéalement, une entreprise a besoin d’employés qui ont l’état d’esprit d’un fondateur d’un startup mais qui travaillent pour une entreprise. Mais même de petits gestes de la part du manager amènent la culture de l’innovation dans la bonne direction :

  • Écouter : Beaucoup d’innovations d’employés échouent parce que leurs supérieurs ignorent les nouvelles idées – ou n’écoutent tout simplement pas. Cependant, dans leur pratique quotidienne, les employés connaissent généralement mieux leur domaine de responsabilité et sont plus susceptibles de voir des possibilités d’amélioration. Il est donc d’autant plus important d’être à l’écoute des employés.
  • Échanger des informations : Afin de motiver les employés, l’échange d’informations est tout aussi important que la fonction consultative des managers.
  • Prendre les idées au sérieux : Certains managers ne prennent pas au sérieux les idées de leurs employés, ce qui constitue un obstacle important à une culture dynamique de l’innovation. Dans certains cas, la jalousie du superviseur envers l’employé innovateur se cache derrière cela, ce qui inhibe la culture d’innovation.
  • Transférer la responsabilité : L’augmentation de la responsabilité a une influence positive sur la satisfaction, la motivation et la créativité des employés.
  • Maintenir la communication : Pour motiver les employés, une bonne communication et un flux d’informations clair entre le manager et l’employé sont nécessaires. Souvent, les idées valables ne sont pas poursuivies et abandonnées en raison d’un manque de communication.
  • Apprécier les idées : Beaucoup d’employés ont de bonnes idées, mais les abandonnent rapidement parce qu’ils ne sont pas conscients de la valeur de leur idée ou parce que leurs idées ne sont pas appréciées. Reconnaître et valoriser les idées des employés est un aspect important de la motivation.

Conclusion : Utiliser le potentiel et être innovant

La culture de l’innovation au sein d’une entreprise est un facteur essentiel de succès pour toute innovation. La fonction clé est assumée par les managers : S’ils se considèrent comme des coachs, transfèrent le pouvoir de décision, donnent un feed-back régulier et valorisent les idées de leurs employés, la motivation des employés et donc aussi la capacité d’innovation de l’entreprise augmente considérablement.

 

A lire ailleurs :

Étude Forsa 2018 (en allemand)

La culture de l’innovation

10 Mesures visant à créer une culture de l’innovation (en allemand)

(Source des images : www.pixabay.com)

Auteure : Tina Laubscher

La cybermanipulation psychologique – un effet secondaire des médias sociaux

Les jeunes en Suisse sont très actifs sur les médias sociaux. Cela comporte aussi des dangers. De plus en plus de jeunes sont victimes de harcèlement sexuel en ligne. Afin de minimiser le risque de ce qu’on appelle la cybermanipulation psychologique, il faut inclure les parents.

96 pour cent des jeunes entre 12 et 19 ans sont en ligne tous les jours. Telle est la conclusion de la cinquième édition de l’étude JAMES. Depuis 2010, la ZHAW (Université des sciences appliquées de Zurich) interroge tous les deux ans plus de 1000 jeunes dans toute la Suisse sur leur utilisation des médias. Pour la plupart des participants, les réseaux sociaux font partie de leur vie quotidienne. Entre les plus populaires comptent Instagram et Snapchat : 87 % et 86 % des répondants, respectivement, ont un compte et la plupart l’utilise au moins plusieurs fois par semaine.

Une victime de la cybermanipulation psychologique. (Source : www.daserste.de)

De plus en plus de victimes de la cybermanipulation psychologique

Être constamment en ligne, poster des photos, chatter : cela augmente aussi le risque d’être harcelé sur le net. Dans le but d’initier des contacts sexuels, les mineurs sont approchés via Internet et invités à des rencontres ou à envoyer des photos à poil.

« Ce qui est inquiétant est le fait que les cas de cybermanipulation psychologique ont considérablement augmenté au cours des dernières quatre années. »
(Étude JAMES 2018)

Selon l’édition actuelle de l’étude JAMES, environ un tiers des personnes interrogées ont déjà été victimes de la cybermanipulation psychologique. Chez les 18-19 ans, la proportion est même de 43 %. En comparaison, en 2014, 19 % des répondants ont déclaré avoir été contactés en ligne par des inconnus ayant des intentions sexuelles indésirables. Donc, les cas de cybermanipulation psychologique sont beaucoup plus nombreux aujourd’hui qu’auparavant.

Cybermanipulation psychologique selon les tranches d’âge. (Source : graphique élaboré par l’auteur, données de l’étude JAMES 2018)

La responsabilité des parents

Si les jeunes approchés refusent de partager certaines informations intimes à un moment donné, ils sont souvent victimes de chantage. Il est difficile pour les victimes de mettre fin à cette spirale par elles-mêmes. Un enjeu central à cet égard est l’ignorance de nombreux parents qui banalisent le danger.

Les parents sont mis au défi d’accompagner leur enfant et de le soutenir dans ses rapports avec les réseaux sociaux. Ils devraient éduquer leur enfant sur les risques de contact et la publication de données privées. Ils devraient aussi l’informer sur des mesures de protection, parmi d’autres notamment les suivants :

  • activer les paramètres de confidentialité
  • désactiver la webcam et les services du site
  • rester méfiant à l’égard des partenaires des chats
  • ne pas publier des images et vidéos provocantes et intimes

La cybermanipulation psychologique ne doit pas être banalisée

Comme le montre l’étude JAMES, la cybermanipulation psychologique a fortement augmenté ces dernières années et doit être prise au sérieux. Afin de protéger les jeunes internautes contre de telles attaques, il est important que les parents ne négligent pas leurs responsabilités. En outre, la société et la politique sont également appelées à investir dans le travail éducatif et à aider les jeunes à éviter ces contacts indésirables.

A lire ailleurs :

(Source de l’image : https://www.daserste.de/unterhaltung/film/themenabend-cyber-grooming/wie-koennen-sich-kinder-vor-cyber-grooming-schuetzen100.html)

Bibliographie :

Suter, L., Waller, G., Bernath, J., Külling, C., Willemse, I. & Süss, D. (2018). JAMES – Jeunes, activités, médias – enquête Suisse. Zurich: Université des sciences appliquées de Zurich.

Willemse, I., Waller, G., Genner, S., Suter, L., Oppliger S., Huber A.-L. & Süss, D. (2014). JAMES – Jeunes, activités, médias – enquête Suisse. Zurich: Université des sciences appliquées de Zurich.

Auteur : Tina Laubscher