Mais pourquoi crowdfundons-nous?

Quel internaute n’a jamais été confronté à une demande de crowdfunding? Mais quelles motivations se cachent derrière notre contribution individuelle?

Qu’est-ce que le crowdfunding ou financement participatif ? Il s’agit d’un moyen de récolter des fonds pour financer des projets, en se basant sur le soutien d’une multitude d’acteurs. Né bien avant les années 2000, la pratique s’est démocratisée et répandue dans les années 2005 avec l’apparition du web 2.0 qui a permis de faciliter l’entrée en contact avec une masse de micro-investisseurs.

Illustration du fonctionnement du crowdfunding
Illustration du fonctionnement du crowdfunding

Tu as une nouvelle idée ou rêves de réaliser ton propre projet ? Multiples sont aujourd’hui les plateformes te permettant de le financer. Mais qu’est-ce qui nous pousse à soutenir le projet d’un inconnu? Est-ce les contreparties matérielles?

Il semblerait que non, d’ailleurs on ne nous en propose pas toujours. Prenez l’exemple du don caritatif. Le crowdfunding semble généralement profiter d’une vision plus large que le simple retour matériel pour l’acteur individuel.

Gerber et al. (2012) mirent en évidence que les investisseurs sont à la recherche de contreparties. Les sommes investies sont calculées en fonction des contreparties ou sur la base d’une estimation de la valeur du produit fini et du retour sur investissement prévu (ex tiré de l’article: un individu investit 10$ pour un film, ce qui représente le prix du téléchargement du film en haute définition).

Une autre motivation consiste à soutenir l’innovateur ou une cause dans sa démarche, ceci car l’individu apprécie le mode même de financement ou sur la base d’affinités personnelles (aider un ami, soutenir une cause lui étant chère, aider l’autre à atteindre son but).

Une troisième motivation consiste à se sentir appartenir à une communauté et de participer ensemble à une nouvelle création. Derrière l’idée de communauté apparait également l’idée de promotion de la collaboration, facilitée par cette démarche.

On constate ainsi que les contreparties de diverses natures sont en effet à la base même de la motivation à soutenir un projet, mais qu’elles ne se limitent pas au simple objet matériel.

A lire ailleurs :

Gerber, E. M., Hui, J. S., & Kuo, P. Y. (2012). Crowdfunding: Why people are motivated to post and fund projects on crowdfunding platforms. In Proceedings of the International Workshop on Design, Influence, and Social Technologies: Techniques, Impacts and Ethics. Repéré le 28 novembre 2015 à juliehui.org

(Source des images : http://entreprendre.univ-lyon3.fr/crowdfunding-financement-partipatif/ http://www.quickenloans.com/blog/crowdfunding-benefits-and-risks)

Auteur : Clelia Malinverni

Nike, la résonance d’un bouche-à-oreille mondial

La marque Nike lançait en 2014 l’Air Max Day, une campagne de e-marketing basée sur le bouche-à-oreille numérique.

La notion de bouche-à-oreille est une notion ancestrale. Depuis l’antiquité, on utilise le bouche-à-oreille pour transmettre des histoires oralement. Néanmoins, cette notion ce développa et avec l’apparition du web, on vit également apparaître le e-word-of-mouth, soit le bouche-à-oreille électronique par les internautes et les marques comme le fit Nike lors de l’Air Max Day.

Il s’agit d’un événement mondial ayant lieu annuellement le 26 mars, auquel se combine le lancement d’un nouveau modèle d’Air Max. En 2015, Nike demanda à son public d’y participer au moyen du hashtag #airmaxday sur le média social Instagram. La marque lança cette campagne avec la légende « Wear Your Air ». Son but ? Une journée servant à promouvoir l’histoire du modèle et les Air Max.

Ainsi, Nike stimula l’individu à partager sur ce média social une activité de la vie réelle, aboutissant à un phénomène de réflection numérique, couplé à une exposition massive réelle. Grâce à une coordination mondiale, la marque annonçait le commencement de la journée dans un chef-lieu attaché à ce fuseau horaire de sorte à stimuler ses internautes à passer à l’action.

On constata simultanément la mise en place d’un phénomène d’exposition réel (les gens portaient leurs Air Max ce jour-là), couplé à son homologue numérique visible mondialement faisant du consommateur participant, un représentant garant du modèle et de la marque.

 

Cette mobilisation mondiale massive servit de e-word-of-mouth marketing pour l’Air Max Zero. En effet, Nike utilisa le même hashtag pour annoncer la disponibilité en magasin de ce modèle. Ainsi, toute personne dont l’attention avait été attirée par le hashtag aboutissait finalement sur une publicité de Nike après avoir été sensibilisée par le nombre élevé de publications visuelles des Air Max.

A lire ailleurs:

Sneakernews

Sneakers : Nike lance la Air Max Zero à l’occasion du Air Max Day

(Source de l’image à la une: http://sport-seasons-blog.com/happy-air-max-day/)

(Source de la vidéo: https://instagram.com/p/0rroSdN3ac/)

 

Auteur: Clelia Malinverni