Innover en recyclant : la leçon des frères Freitag

Tout le monde a déjà remarqué ces sacs colorés se balader dans de nombreuses villes du monde. Fabriqués à partir de bâches de camions, de ceintures de sécurité et de chambres à air, ces produits ont aujourd’hui réussi à séduire plusieurs milliers de clients. Le succès de Freitag se développe dès 1993 et nous allons voir quelles en sont les principales raisons.

Surfer sur la vague du développement durable

Lors du lancement de la marque Freitag, la société est en train de devenir de plus en plus sensible à la cause du développement durable. C’est sur ce créneau que les deux frères zurichois vont positionner leur nouvelle entreprise. En proposant des sacs fabriqués à partir de matériaux recyclés, ils font de la marque Freitag l’une des pionnières dans ce domaine. Mais la fibre écologique de l’entreprise ne s’arrête pas aux composantes de ses produits, elle touche également le fonctionnement de son usine :

« L’eau de pluie est récupérée et sert à laver les bâches. Nous sommes autosuffisants à 95%. Le chauffage provient à 50% d’usines de retraitement de déchets. » Daniel Freitag.

En mettant ces aspects en avant, l’entreprise Freitag peut à la fois développer son image de marque responsable envers l’environnement mais va aussi pouvoir répondre à la tendance qui s’est développée dans la société. Les frères Freitag, déjà sensibilisés à la cause environnementale par leurs parents, ont su saisir l’opportunité qui s’offrait à eux. Mais comme le dit Daniel Freitag :

« On ne peut pas vendre un produit avec le seul argument de l’environnement. Il faut qu’il soit fonctionnel, design et sympa à porter. »

Des sacs vus comme des œuvres d’art

Les frères Freitag ont réussi à se positionner sur le marché des sacs en se distinguant de leurs concurrents grâce à un esprit porté sur le développement durable. Cependant, pour Paul Millier, les fondateurs de la marque Freitag auraient pu avoir toutes les études de marché existantes :

 « Sans l’étincelle créative des deux frères, basée sur on ne sait quoi, jamais les sacs Freitag n’auraient vu le jour. » Paul Millier

Il est clair que se positionner sur le bon marché est une étape qui mène vers le succès, mais il faut également proposer des produits qui plaisent au public. Lorsque l’on navigue sur le site internet de Freitag, le mot qui revient le plus souvent est celui « d’unique ». Les sacs Freitag sont issus de bâches de camion utilisées et cela donne un produit avec un design unique. Cette caractéristique est de plus en plus recherchée dans un monde où la globalisation est devenue la norme. Cette unicité mélangée à un type de production basé sur le recyclage qui sort de l’ordinaire va permettre à la marque de se démarquer. Par exemple, des sacs de Freitag sont exposés dans le Museum of Modern Art (MoMA) de New York. Cela montre que ces produits peuvent être vus comme une pièce d’art plutôt qu’un sac. Les expositions portant sur la marque Freitag organisées au Musée de Design et d’Arts appliqués Contemporains ou au Museum für Gestaltung en sont également la preuve.

Le premier sac messager F13 TOP CAT exposé au MoMA à New York.

Porter Freitag et se positionner socialement

Les sacs de la marque Freitag s’adressent à un public précis. Sur son site l’entreprise se considère comme étant :

 « L’équipementier officieux de tous les individualistes urbains qui circulent à vélo. » Site de la marque Freitag

Nous avons là une opposition entre l’individualisme offert par le fait que ces sacs soient uniques et l’appartenance au groupe des personnes propriétaires d’un sac. De par leurs prix assez élevés, les sacs Freitag sont destinés aux jeunes et aux adultes qui ont un revenu moyen voir élevé. Si au début, seuls les frères Freitag ainsi que leur entourage utilisaient leurs sacs, ces derniers ont peu à peu été adoptés par d’autres utilisateurs jusqu’à devenir un objet dit « mainstream ». Dès lors, l’effet de mode associé aux valeurs environnementales prônées par la marque vont amener des personnes à acquérir un sac.

« Cette communauté fondée sur des comportements d’achat similaires permet à ses membres une reconnaissance sociale, à la fois reconnaissance de soi-même en tant qu’individu membre de cette communauté et reconnaissance de ses pairs en tant que membres du même groupe que soi. » Lewi, Lacoeuilhe & Albert.

La marque Freitag a réussi à s’inscrire dans le paysage culturel suisse. Il s’agit d’une entreprise qui se préoccupe de l’environnement, qui innove, qui produit en Suisse des sacs réputés robustes, qui les exporte et surtout qui réussit à communiquer sur tous ces aspects.

Auteur : Léo Martinetti

Relecture: Luc Wolhauser

Sources :

https://www.lematin.ch/loisirs/autres-arts/succes-esprit-freitag-expose-zurich/story/14053011 (consulté le 26 mars 2019)

http://www.leparisien.fr/environnement/entreprises/mode-rencontre-avec-le-createur-de-freitag-la-marque-de-sacs-recyclables-08-06-2015-4844351.php (consulté le 26 mars 2019)

MILLIER, P. (2013). Oui, on peut manager l’innovation de rupture ! Entreprendre Innover, no 2, p. 58-67.

ARTAZ, N., BUTTI, S., CARLINI, I. et al.Segmenter, choisir les cibles et se positionner sur le marché durable. Fribourg : Université de Fribourg. 2016.

LEWI, G., LACOEUILHE, J., & ALBERT, A. S. (2007). Branding management : La marque, de l’idée à l’action. Paris : Pearson Education France.

Images : Freitag.ch

Football : regardez quel joueur nous avons acheté!

Depuis quelques années, les clubs de football redoublent d’ingéniosité au moment d’annoncer l’acquisition d’un joueur sur les réseaux sociaux : explications.

Les clubs sont des entreprises avec un petit plus.

Un club de football a tous les éléments d’une grande entreprise : un président, des investisseurs, des employés et des clients : les supporters. Un fan est beaucoup plus exigeant et passionné qu’un client ordinaire. Il y a une dimension émotionnelle qui le relie à son club et c’est ce qui différencie une équipe de football d’une entreprise classique.

« Dans sa vie, un homme peut changer de femme, de parti politique ou de religion, mais il ne change pas de club de football. » Eduardo Hughes Galeano, journaliste.

Un club doit satisfaire ses supporters, tous membres d’une même communauté. Cela passe par de bonnes performances sportives et donc par l’acquisition de bons joueurs. Les réseaux sociaux vont avoir un rôle important dans ce domaine : lorsqu’un transfert a lieu, son annonce se fait avec des vidéos ou des visuels créés pour l’occasion et non plus par un simple communiqué de presse.

L’AS Roma annonce l’achat du gardien suédois Robin Olsen.

Que ce soit pour un grand club ou pour un petit, l’annonce d’un transfert sur les réseaux sociaux comporte de nombreux avantages. Par exemple, pour le FC Nantes, faire des annonces loufoques lui permet d’exister sur la toile. Selon le community manager du club français, créer un contenu innovant va donner un certain impact au transfert dans un contexte où de nombreuses annonces paraissent en même temps.

Pour un club plus grand comme le PSG, des annonces travaillées lui permettent de soigner son image de marque. L’idée est de faire quelque chose de prestigieux pour un joueur prestigieux arrivant dans une équipe prestigieuse. Lorsque Gianluigi Bouffon est arrivé à Paris, le club lui avait préparé une surprise. La vidéo, qui mélange prestige et ferveur, a servi d’annonce sur les réseaux sociaux.

Ce genre de vidéos peut aussi être partagé par le joueur. Cela sera alors bénéfique pour le club. C’est par exemple ce qui est arrivé lorsque Cristiano Ronaldo a signé à la Juventus de Turin. Le Portugais a repris le visuel du club italien et celui-ci a gagné environ 3 millions d’abonnés sur Instagram alors que son ancien club, le Real Madrid, en a perdu 1 million sur Twitter.

Il est clair que les stratégies des clubs sur les réseaux sociaux vont beaucoup plus loin que ces annonces de transfert. Il y a une ligne de conduite à adopter durant toute la saison. Cependant ces pratiques illustrent la concurrence qui existe entre les différents clubs. Ces derniers vont publier pour exister, pour le prestige, pour grandir, pour rassembler, etc.

Lire ailleurs :

Sports et réseaux sociaux : quelle maturité digitale pour les entreprises de loisirs sportifs? https://solutions.lesechos.fr/com-marketing/c/sports-et-reseaux-sociaux-quelle-maturite-digitale-pour-les-entreprises-de-loisirs-sportifs-8778/

Sources :

Marczewski, K. (2017). Comment gère-t-on un club de football professionnel dans le monde entrepreneurial? Spécificités du management sportif. Mémoire en Master de gestion.

Le mercato se gagne aussi sur les réseaux sociaux. https://www.eurosport.fr/football/transferts/2018-2019/le-mercato-se-gagne-aussi-sur-les-reseaux-sociaux_sto6861943/story.shtml.

Les clubs de foot, toujours plus connectés. https://socialwall.me/fr/club-football-reseaux-sociaux-social-media/.

Les réseaux sociaux pour les clubs de football : une source de problèmes ? https://ecs-digital.com/reseaux-sociaux/les-reseaux-sociaux-pour-les-clubs-de-football-une-source-de-problemes/

(Sources des vidéos : https://twitter.com/FCNantes/status/1019514614512476161 / https://www.youtube.com/watch?v=iacAlj-5l08&feature=youtu.be)

(Source des images : https://twitter.com/FCNantes/status/890592205194362880?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E890592205194362880&ref_url=https%3A%2F%2Fcauserie-magazine.com%2Fle-fc-nantes-annonce-larrivee-de-nicolas-pallois-avec-un-chatbot%2F / https://twitter.com/ASRomaEN/status/1021800573488644096 /).

Auteur : Léo Martinetti.

Relecture : Luc Wohlhauser.