TripAdvisor: un tiers des avis sont faux

Une enquête du Times a relevé qu’un tiers des commentaires et avis sur TripAdvisor ont été achetés par des hôtels et des restaurant pour améliorer leur note globale.

D’après le Times, plusieurs sites webs offrent la possibilité d’acheter des bonnes critiques pour quelques livres. Il serait donc possible d’acheter une dizaine d’avis positifs pour £69, par exemple. Une opération d’infiltration menée par le journal a permis d’obtenir un grand nombre de demandes de plusieurs restaurateurs ou hôteliers sollicitant une aide pour améliorer leur classement sur TripAdvisor.

La moyenne des fausses critiques est de 32.9%”

Au moyen d’un algorithme, Fakespot.com relève que les restaurants et hôtels les mieux classés en Grande-Bretagne sont notés par un grand nombre de faux comptes créés par des employés. Le fondateur de Fakespot, Saoud Khalifah, déclare au Times: “TripAdvisor a d’énormes problèmes. D’après notre base de données, la moyenne des fausses critiques est de 32,9%. Pour les chambres d’hôtes, ce pourcentage atteint 41,9 %” [traduction libre]. Ce problème est également confirmé par nombreux consommateurs, qui affirment que les fausses critiques trompent l’achat de biens et de services surévalués par rapport à la réalité.

TripAdvisor nie les allégations de l’enquête

La plateforme touristique nie catégoriquement les allégations formulées par le journal: “Nous rejetons en totalité les conclusions inexactes et trompeuses présentées par le Times.” TripAdvisor dénonce que les méthodes employées par Fakespot ne sont pas fiables et ne permettent pas de repérer les fausses revues. Malgré ces affirmations, Fakespot reste sur sa position et déclare disposer de tous les moyens techniques nécessaires pour détecter les fausses critiques, et que des millions d’utilisateurs des sites tels que Amazon, TripAdvisor ou l’App Store d’Apple leur font confiance.

Néanmoins, les fausses critiques restent une véritable menace pour des plateformes comme TripAdvisor, dont le contenu est principalement généré par les utilisateurs. S’ils ne peuvent pas faire confiance aux critiques, la plateforme s’écroule.

Auteure: Mariele van der Tas

Sources:

https://www.foxnews.com/tech/one-in-three-tripadvisor-reviews-are-fake-with-venues-buying-glowing-reviews-investigation-finds

https://www.dailymail.co.uk/news/article-6197373/One-three-TripAdvisor-reviews-fake-claims-Fakespot-website.html

https://www.thetimes.co.uk/article/hotel-and-caf-cheats-are-caught-trying-to-buy-tripadvisor-stars-027fbcwc8

https://www.thesun.co.uk/news/7321574/tripadvisor-reviews-fake-hotel-restaurant-ratings/

https://www.capital.fr/entreprises-marches/tripadvisor-faut-il-vraiment-se-fier-a-ses-avis-1288308

https://www.europe1.fr/societe/face-a-des-sites-comme-tripadvisor-les-guides-gastronomiques-ont-ils-encore-un-avenir-3843446

Black Friday: Les achats impulsifs en ligne nuisent au climat

Le e-commerce, très populaire chez les jeunes de part la facilité des retours gratuits des colis, provoque beaucoup d’invendus et de déchets, particulièrement dans les périodes de promotion comme le Black Friday.

Si les commandes en ligne se popularisent chez les jeunes, la période de promotion relative au Black Friday favorise les achats impulsifs, et ce ne serait pas sans conséquences. D’après une étude menée par Greenpeace, un quart des articles commandés en ligne sont retournés. Environ 30% d’entre eux finissent à la poubelle.

“Plus on commande, plus on revoie (…) chaque paquet a un impact sur le climat”

L’ONG environnementale Greenpeace dénonce que les achats impulsifs liés au e-Commerce s’inscrivent dans la tendance à commander et à renvoyer une partie des commandes après réception de ces colis. Elle argumente dans son étude que “Plus on commande, plus on renvoie (…). Chaque paquet a un impact sur le climat”. D’après Greenpeace, un quart des colis commandés en ligne sont retournés. Une autre étude de l’organisation allemande EHI porte sur les problèmes liés aux renvois massifs des articles. Elle soutient que beaucoup de ces expéditeurs favorisent le renvoi gratuit des colis plutôt que d’inscrire les coûts de retour dans leur gestion. Certaines plateformes de mode en ligne, tels que Zalando, encourageraient même leurs clients à commander plusieurs tailles afin de placer la satisfaction de ces derniers au centre des intérêts de l’entreprise.

30% d’articles renvoyés finiraient à la poubelle

Le retour des colis nécessite un travail de reconditionnement et de vérification du produit chez les plateformes numériques, et s’avère être souvent plus coûteux que la destruction de l’article. Une enquête menée par la chaîne de télévision publique allemande ZDF et le magazine WirtschaftsWoche conclut qu’approximativement 30% des articles renvoyés d’Amazon finissent à la poubelle. Mobilier, appareils téléphoniques et vêtements neufs sont ainsi détruits quotidiennement par des équipes spécialisées à la destruction.

Pour répondre à ces conséquences, le géant américain Amazon se met comme objectif de minimiser le nombre d’articles invendus. Il mentionne des processus de circuits de seconde main ou de dons caritatifs.

Plusieurs ONG suggèrent aux consommateurs de ne pas suivre cette tendance du Black Friday. Greenpeace lance une campagne pour pousser les acheteurs à se consacrer à réparer des objets plutôt qu’à faire des commandes en ligne.

Vidéo: Black Friday: des ONG appellent à ne rien acheter pour sauver la planète

https://www.20min.ch/ro/economie/news/story/Achats-impulsifs–retours–invendus-et-gros-g-chis-28302433

https://www.youtube.com/watch?v=5oaen4htk4I

https://www.bilan.ch/techno/black-friday-achats-impulsifs-retours-invendus-et-gros-gachis

https://www.lapresse.ca/videos/actualites/201811/21/46-1-black-friday-achats-impulsifs-retours-invendus-et-gros-gachis.php/d39f542d97de47c9997825002f1c3ad1

https://www.huffingtonpost.fr/2018/11/18/le-black-friday-2018-a-deja-commence-les-dates-et-promos-a-connaitre_a_23591630/

Auteure: Mariele van der Tas