Les Chatbots attaquent le secteur de l’éducation.

L’année 2016 est characterisée par le «boom» des chatbots qui s’implantent dans plusieurs domaines de nos vies, y compris le secteur de l’enseignement et de la formation. Les chatbots font une partie importante de l’ed tech innovation.

Qu’est-ce qu’un Chatbot ?

Un chatbot est un logiciel qui permet de simuler l’intéraction humaine via une application messagerie ou une autre plateforme. Les chatbots sont characterisés par l’intelligence artificielle qui est d’abord programmée et après sufacebook-chatbotpervisée par les gens. Alors l’humain reste comme même impliqué dans ce processus qui semble d’être totallemet automatisé. Avec les chatbots il est désormais possible de commander la nourriture, de fixer le rendez-vous avec le médecin, de commander le taxi, réserver un hôtel etc.

Mais comment les chatbots peuvent-ils être utiles dans le secteur de l’éducation?

Selon Bill Gates, l’éducation pourrait changer de manière significative avec l’apparition des chatbots. L’idée est que chaque élève a son propre rythme quand il étudie: les uns avancent plus vite dans leur compréhension, les autres – moins. Les élèves  sont souvent genés de poser les questions qui ne sont pas claires alors ils perdent beaucoup dans le processus d’éducation. Ce problème pourrait être résolu si chaque élève avait son bot. Chatbot pourrait devenir un «tuteur» pour les élèves  qui tient la conversation avec eux, qui répond à toutes les questions et qui les guide dans la bonne direction sur leurs propres appareils et à leur propre rythme. C’est ce que Gates appelle «dialogue richness».

Apprendre la langue avec l’aide d’un bot est possible. 

Duolingo, l’application d’apprentissage de langues, a lancé cette année les bots de discussion. Il est évident que pour parler la langue il nous faut la pratique. Avec Duolingo bots on peut avoir la pratique de conversation personnalisée. Plus nous intéragissons avec les bots, plus ils deviennent intelligents. Ils commencent par les coduolingo-bots-1nversations simples qui deviennent progressivement plus complexes. Les bots sont capables de nous corriger. Si nous rencontrons  les difficultés pour répondre, l’application propose les options «Help my reply». Chaque bot est personnalisé par des avatars de discussion, comme, par exemple, Maya  qui travaille dans son atelier d’artiste. Aujourd’hui la conversation avec les bots est possible pour ceux qui utilisent l’application en anglais et apprennent le français, l’espagnol et l’allemand.

Chatbots facilitent la recherche des documents

L’Université Nationale des sciences et technologie en Russie (MISIS) a introduit @misis_bot dans une plateforme Telegram. Ce bot vise à aider les étudiantes de trouver les documents académiques pendant la conversation. Un étudiant écrit un thème et le bot propose une option de SERPs, с-est-à-dire il fournit les liens pour ces documents avec leurs brèves descriptions.

Chatbots et questions d’ordre organisationnel dans le processus d’éducation

AdmitHub a lancé un chatbot Pounce pour faciliter la transition des nouveaux étudiants de l’Université d’Etat de Géorgie vers l’enseignement universitaire. Pounce est un chatbot qui guide les nouveaux étudiants dans les étapes clés comme par exemple la demande de logement et l’inscription aux cours. Il peut aussi répondre à plusieures questions des étudiants sur la vie étudiante, les services du campus etc.     

Chatbots permettent d’automatiser la communication routinière

Les professeurs peuvent transmettre une partie de la communication routinière à bots en libérant de temps pour aborder les questions plus significatives et pour excercer les intéractions avec les étudiants. C’est exactement ce qui a fait le professeur Ashok Goel de l’Institut de Technologie de Géorgie.  Jill Watson, un assistant artificiel, a substitué le professeur dans l’accomplissement de certaines tâches administratives. Il s’occupait des contacts par email avec les étudaints par rapport à dates de rendus de leurs travaux au cours d’un semestre. Les étudiants n’ont pas compris que Jill était une création artificielle et n’est pas un humain.

chatbots-human-robot-handshake
Nos partenaires au quotidien?

Ces 4 exemples illustrent que les chatbots sont en train de chercher leur place dans le secteur d’éducation. Est-ce qu’ils vont devenir une partie importante du processus de l’éducation et nos partenaires au quotidien? On verra.

A lire ailleurs: 

(Sources des images: http://www.pakistantoday.com.pk/blog/2016/04/13/facebooks-next-frontier-chatbots-live-video/, http://www.ibtimes.co.uk/chatbots-what-can-they-do-why-everyone-talking-about-them-1554815 ).

Auteur: Svetlana Rodina