Black Friday: Les achats impulsifs en ligne nuisent au climat

Le e-commerce, très populaire chez les jeunes de part la facilité des retours gratuits des colis, provoque beaucoup d’invendus et de déchets, particulièrement dans les périodes de promotion comme le Black Friday.

Si les commandes en ligne se popularisent chez les jeunes, la période de promotion relative au Black Friday favorise les achats impulsifs, et ce ne serait pas sans conséquences. D’après une étude menée par Greenpeace, un quart des articles commandés en ligne sont retournés. Environ 30% d’entre eux finissent à la poubelle.

“Plus on commande, plus on revoie (…) chaque paquet a un impact sur le climat”

L’ONG environnementale Greenpeace dénonce que les achats impulsifs liés au e-Commerce s’inscrivent dans la tendance à commander et à renvoyer une partie des commandes après réception de ces colis. Elle argumente dans son étude que “Plus on commande, plus on renvoie (…). Chaque paquet a un impact sur le climat”. D’après Greenpeace, un quart des colis commandés en ligne sont retournés. Une autre étude de l’organisation allemande EHI porte sur les problèmes liés aux renvois massifs des articles. Elle soutient que beaucoup de ces expéditeurs favorisent le renvoi gratuit des colis plutôt que d’inscrire les coûts de retour dans leur gestion. Certaines plateformes de mode en ligne, tels que Zalando, encourageraient même leurs clients à commander plusieurs tailles afin de placer la satisfaction de ces derniers au centre des intérêts de l’entreprise.

30% d’articles renvoyés finiraient à la poubelle

Le retour des colis nécessite un travail de reconditionnement et de vérification du produit chez les plateformes numériques, et s’avère être souvent plus coûteux que la destruction de l’article. Une enquête menée par la chaîne de télévision publique allemande ZDF et le magazine WirtschaftsWoche conclut qu’approximativement 30% des articles renvoyés d’Amazon finissent à la poubelle. Mobilier, appareils téléphoniques et vêtements neufs sont ainsi détruits quotidiennement par des équipes spécialisées à la destruction.

Pour répondre à ces conséquences, le géant américain Amazon se met comme objectif de minimiser le nombre d’articles invendus. Il mentionne des processus de circuits de seconde main ou de dons caritatifs.

Plusieurs ONG suggèrent aux consommateurs de ne pas suivre cette tendance du Black Friday. Greenpeace lance une campagne pour pousser les acheteurs à se consacrer à réparer des objets plutôt qu’à faire des commandes en ligne.

Vidéo: Black Friday: des ONG appellent à ne rien acheter pour sauver la planète

https://www.20min.ch/ro/economie/news/story/Achats-impulsifs–retours–invendus-et-gros-g-chis-28302433

https://www.youtube.com/watch?v=5oaen4htk4I

https://www.bilan.ch/techno/black-friday-achats-impulsifs-retours-invendus-et-gros-gachis

https://www.lapresse.ca/videos/actualites/201811/21/46-1-black-friday-achats-impulsifs-retours-invendus-et-gros-gachis.php/d39f542d97de47c9997825002f1c3ad1

https://www.huffingtonpost.fr/2018/11/18/le-black-friday-2018-a-deja-commence-les-dates-et-promos-a-connaitre_a_23591630/

Auteure: Mariele van der Tas

LE BUSINESS DU SELFIE

De phénomène de mode chez les adolescents à élément clé d’une stratégie marketing : retour sur la success story des selfies.

Que celui qui pensait que les autoportraits réalisés avec son smartphone, les selfies, étaient réservées aux narcissiques en quête de reconnaissance se ravise : les selfies sont en passe de devenir un marché juteux qui mobilise les investisseurs.

Bien qu’il fasse aujourd’hui partie du vocabulaire de tout utilisateur de médias sociaux qui se respecte, le mot « selfie » était encore peu connu en 2004 lors de sa première apparition dans un hashtag. C’est lorsqu’Apple introduit l’appareil photo frontal en 2010 que le phénomène prend de l’ampleur jusqu’à être considéré en 2013 comme le mot de l’année par le Oxford English Dictionary. Aujourd’hui à la mode, les entreprises en profitent pour surfer sur la vague: les applications pour selfies ont fleuri à la pelle que ce soit pour sublimer la photo, ajouter des effets, ou mieux la partager sur les médias sociaux. L’application « Scoopshot » propose même ses services en tant qu’agent et s’occupe de vendre les selfies aux médias. La célèbre application de partage de photos « Snapchat » a ajouté des fonctions de replay payants pour permettre de visionner une seconde fois une image. Des accessoires sont également apparus pour rendre la pratique plus simple : perche à selfie ou télécommande. Le prestigieux musée Tate Modern de Londres a même proposé une formation dans le but de prendre le selfie parfait. Le constat est frappant: les selfies ne sont plus seulement qu’un phénomène de mode mais un marché lucratif et diversifié en plein essor.

Les selfies au service des entreprises

Les entreprises peuvent aussi en profiter. D’un côté, partager des photos des employés au travail est un moyen de rapprocher les clients de l’identité de la marque à travers les selfies. Le côté authentique et spontané des selfies a beaucoup de potentiel: c’est la preuve qu’il y a des personnes réelles derrière un nom ou une marque et c’est l’occasion de montrer à quel point il est agréable de travailler pour l’entreprise.
Même constat si les clients se prennent en photo avec un produit d’une marque. L’entreprise va profiter de cette publicité naturelle et gratuite, pourvu que le selfie ne soit pas en désaccord avec les valeurs de l’entreprise!

Les marques ne s’arrêtent pas là. Le selfie peut même servir à la stratégie marketing de l’entreprise en incitant les consommateurs à prendre des clichés d’eux avec les produits de l’entreprise, à travers des concours par exemple. Des stratégies de street marketing se révèlent devenir du « selfie marketing », comme cet exemple de promotion de l’étanchéité du nouveau Samsung S5 où on propose aux gens de gagner un appareil s’ils prennent une photo d’eux… sous l’eau! :

 

Les autoportraits modernes permettent ainsi l’implication des consommateurs, du fun, de la gratuité et de la créativité. L’avenir des selfies s’annonce radieux et lucratif. A vos Smartphones!

 

Sources:

– https://www.meltwater.com/fr/blog/les-raisons-du-succes-du-selfie-marketing/
– http://www.culturecrossmedia.com/selfie-marketing/
– https://www.americanexpress.com/us/small-business/openforum/articles/why-selfies-need-to-be-part-of-your-marketing-strategy/
– http://www.bilan.ch/emily-turrettini/chronique-internet/selfies-un-nouveau-marche-lucratif
– http://www.bustle.com/articles/20571-londons-tate-britain-museum-offers-a-selfie-school-because-famous-art-museums-apparently-do-that-now
– http://www.telegraph.co.uk/finance/festival-of-business/11048821/Cashing-in-on-the-selfie.html
– http://www.blogdumoderateur.com/snapchat-freemium-selfies-effets/

 

 

 

 

Découvrez la Digital Acceleration Team de Nestlé!

Vous le savez déjà, vous, étudiants du Master in Business Communication, aurez l’occasion de rencontrer M. Mohamed Abdel-Samie, de la 5ème Digital Acceleration Team (@NESTLE_DAT), le mercredi 22 avril à 16h15 en salle F205.

La séance commencera Continuer la lecture de Découvrez la Digital Acceleration Team de Nestlé!