Quand Quechua ose l’autodérision sur Twitter

A l’heure actuelle, il est quasiment impossible pour une entreprise de survivre sans présence sur les médias sociaux. Chaque entreprise utilise des stratégies distinctes et sur des réseaux sociaux différents, que ce soit sur Twitter, Facebook, Instagram, Snapchat etc. Il est devenu indispensable d’assurer sa présence en ligne d’une manière ou d’une autre.

Zoom sur la stratégie Twitter de Quechua

Quechua est une marque créée en 1997 en France par des collaborateurs du groupe Décathlon. Celle-ci propose des produits conçus spécialement pour la pratique du sport de montagne. Leur devise : « Nous rendons la randonnée en montagne accessible au plus grand nombre en prenant soin des randonneurs et de leur environnement sportif ». La marque vise donc un public cible relativement large qui va des sportifs amateurs aux professionnels.

L’humour, l’humour et encore l’humour !

Quechua n’hésite pas à relayer la comparaison de ses produits avec des vêtement de marques onéreuses au look plus ou moins absurde.

La marque titille également les internautes critiquant le look de certains de ses produits.

De plus, Quechua publie des sondages sur Twitter pour connaître l’avis des internautes sur divers sujets. La marque essaie également de motiver sa communauté à faire du sport, lui propose des jeu-concours et offre des solutions de service après-vente. Ses valeurs :  « Vital, Responsable, Audacieux, Collectif  » sont clairement représentées dans sa manière de communiquer sur Twitter.

Quel est le but d’une telle stratégie ?

Les objectifs visés par les entreprises présentes sur les réseaux sociaux consistent souvent à améliorer leur notoriété, augmenter leurs ventes et fidéliser les clients.  Cela leur permet aussi d’établir plus profondément leur image de marque. Dans le cas de Quechua, le parti pris a été celui de l’humour afin de personnifier un peu plus la marque. En effet, que ce soit en magasin ou sur la toile, Quechua souhaite se rendre accessible et à la portée de tous. Dialoguer avec les internautes sur Twitter lui permet également de récolter des données sur les utilisateurs qui parlent de la marque à travers des indicateurs de performance. C’est aussi une manière de collecter des informations sur les thématiques qui préoccupent le plus sa communauté.

Il apparaît donc que la stratégie de Quechua fonctionne si l’on considère que le fait d’avoir une grande communauté active est bénéfique pour la marque.

Sources :

Cours du Master “Business Communication” : “Communication stratégique I”

https://agoralink.fr/pourquoi-utiliser-twitter-pour-sa-marque/

https://www.blogdumoderateur.com/strategie-social-media-decathlon/

https://www.quechua.fr

https://twitter.com

 

Auteure : Lauren Bill

Relecture : Cindy Lepoigneur

Lil Miquela, le robot à 1,5 mio d’abonnés sur Instagram

Lil Miquela est une activiste, mannequin et chanteuse originaire de Downey, en Californie. Elle fait partie des influenceuses les plus suivies sur Instagram, mais qui est-elle ?

Une allure d’humain, mais pourtant…

Lil Miquela a l’air d’une poupée comme on peut en trouver des millions sur Instagram ; un peu trop maquillée, habillée avec des vêtements de marques et accessoires chers, photographiée dans des endroits luxueux. Même si l’effet d’optique est particulièrement bien fait, il est tout de même détectable, au bout d’un moment d’analyse, que Miquela est trop lisse, trop parfaite. En effet, la jeune américaine a été crée en 2016 par une société de gestion grâce à l’intelligence artificielle.

Sur son compte instagram, Miquela s’affiche avec des vêtements de marque.

« J’aimerais qu’on me décrive comme une artiste ou une chanteuse. Qu’on se concentre plutôt sur mes talents que sur les détails superficiels de mon existence. »

Lil Miquela a biensûr subi des critiques et a été sujette à de nombreuses questions. Deux opinions émergent:

  • La création de ce clône est-elle vraiment saine ? Est-il vraiment juste de montrer ainsi Lil Miquela et sa vie parfaite sur Instagram alors que tout cela est fictif ?
  • Cette histoire n’est-elle tout simplement pas une manière de critiquer ces personnes aux identités trop artificielles que l’on retrouve en nombre infini sur Instagram ?

Lil Miquela, que l’on pourrait qualifier de beauté numérique, fascine. Elle fascine parce que même si elle est constituée d’images de synthèses, elle parvient, de manière réelle, à influencer ses abonnés. Ceux-ci ne sont pas les seuls à la suivre, des marques telles que Chanel, Supreme ou encore Proenza Schouler ne cessent également de lui proposer des partenariats commerciaux.

Des rumeurs disent que la société qui aurait crée le robot s’appellerait « Brud ». Lil Miquela raconte qu’elle se sent humaine, qu’elle ressent des émotions et qu’elle est en colère contre Brud de l’avoir crée dans le seul but de faire du profit. Elle dit ne jamais pouvoir lui pardonner. En effet, ses investisseurs auraient récolté 6 millions de dollars grâce à elle.

Une communauté fleurissante

Le business est intéressant et c’est pourquoi Lil Miquela n’est plus le seul être crée par l’intelligence artificielle à figurer comme icône sur Instagram.

Après sa création, d’autres avatars sont nés et cela n’est pas prêt de s’arrêter… Jusqu’où ces nouvelles stars numériques vont-elles nous emmener ?

(Sources du texte: https://www.numero.com/fr/culture/lil-miquela-portrait-intelligence-artificielle-mannequin-instagram-virtuel-influencer-mode-musique / https://en.wikipedia.org/wiki/Lil_Miquela / https://www.konbini.com/fr/tendances-2/miquela-linfluenceuse-instagram-qui-netait-quune-ligne-de-code / http://paperjam.lu/news/une-influenceuse-virtuelle-fascine-les-millennials / https://i-d.vice.com/en_us/article/vbxkna/lil-miquela-instagram-influencer)

(Source de l’image: https://www.instagram.com/p/Bme6j-LFVzj/ / https://www.instagram.com/p/BnAO1Q5F1DN/)

Auteure: Mathilde Musy

Relecture: Hugo Pachoud

Big Data: un avantage concurrentiel pour les entreprises

Le Big Data est une stratégie de plus en plus utilisée par les entreprises. En fait, le flux important de données et d’informations concernant les consommateurs peut être un grand avantage pour elles, car permet de mieux répondre aux besoins des clients.

Qu’est-ce que le Big Data ?
Le Big Data est l’analyse de données en masse. Il sert à connaître les préférences des clients afin de lui proposer les produits les plus adaptés à leur consommation. Mais il permet également d’analyser le marché ou bien même de prévoir les futures tendances pour pouvoir se positionner au mieux face à ses concurrents.

Le Big Data a cinq caractéristiques principales, définies comme les 5V :

  • Volume : fait référence à la grande quantité de données disponibles
  • Vélocité : fait référence au temps nécessaire pour recueillir, élaborer et fichier les données
  • Variété : est la typologie de données, elles peuvent être structurées, non structurées ou semi-structurées
  • Véracité : est la qualité des données. Est très important que les données soient de bonne qualité et vrais
  • Valeur : fait référence à la capacité de transformer les données en informations de valeur qui peuvent être utilisées pour différents buts

Big Data: utilité pour les entreprises
Avec l’analyse des données, les entreprises ont la possibilité de devenir plus compétitives, en fait elles peuvent évaluer les risques et les potentialités d’un marché, comprendre les besoins des clients et optimiser les activités à faire de façon à réduire les coûts.

Un exemple d’entreprise qui utilise le Big Data pour son business est Netflix. Cette organisation a créé une série TV (House of Cards) sur la base des informations présentes sur son database concernant les préférences de ses clients relativement au logement de films.

L’utilisation des Big Data à but publicitaire
En utilisant les Big Data, les entreprises peuvent créer des publicités très personnalisées. Elles sont basées sur les données personnels des consommateurs qui sont transmis grâce à leurs activités sur le net, à ce qu’ils disent, aiment et partagent.
Zalando, par exemple, utilise les Big Data pour faire des publicités personnalisées sur différents supports sur la base des comportements d’achat, des clicks et des visites sur le Site Web.
Amazon est une autre grande entreprise qui utilise les Big Data à but publicitaire. Grâce à eux elle a augmenté ses ventes de 35%.

Big Data : quels bénéfices pour les consommateurs ?
Le Big Data a aussi des bénéfices pour les consommateurs. En fait, comme pour les entreprises aussi les consommateurs bénéficient de la personnalisation. Le client souhaite trouver le produit ou service qui correspond à ses besoins sans devoir faire une recherche trop longue et fastidieuse. Le Big Data dans ce sens propose directement aux consommateurs ce qu’ils souhaitent, en fonction des données qu’il partage.

En autre le Big Data permet l’optimisation de la relation client, car le consommateur peut interagir avec les marques qu’il désire et établir une relation en fonction de ses attentes. Mais il faut que la marque sache utiliser ces informations, pour optimiser cette relation.

 

Veronica Paiva, étudiante en Master Business Communication

 

Sources :

Erevelles, S., Fukawa, N., Swayne, L. (2015). Big Data consumer analytics and the transformation of marketing. In: Journal of Business Research, 69, 897-904.

https://www.forbes.com/sites/forbesagencycouncil/2017/06/26/how-to-use-behavioral-data-in-personalized-marketing-campaigns/#fcd235f6fbf7

http://www.mymindtechnologies.com/blog/big-data/big-data-impact-on-digital-advertising-industry/

https://consulthink.it/lanalisi-dei-big-data-vantaggi-opportunita-e-gestione/

https://dataintrusion.wordpress.com/2015/04/11/big-data-quels-benefices-pour-les-consommateurs/

 

 

La Publicité programmatique : Mince frontière entre volonté d’achat et rejet !

L’arrivée des médias sociaux à faciliter l’émergence des nouvelles méthodes publicitaires. La publicité programmatique est une des résultantes du marketing digital.  C’est un procédé qui permet l’achat et la vente d’espace publicitaire dont la diffusion est réalisée de manière automatique. Ceci par le biais de nouveaux systèmes technologiques.

Publicité programmatique et impact sur la volonté d’achat du consommateur

Comme toutes les autres formes de publicité traditionnelles, la publicité programmatique vise à promouvoir, à faire connaître et à faire aimer les produits de l’entreprise à une cible bien définie.

Pour attirer l’attention des consommateurs, la plupart des publicités se veulent extrêmement créatives. Les principaux outils mis en œuvre pour y parvenir sont l’humour, les figures de style, le choix de la musique et souvent la participation des personnages célèbres.

Pour ce qui est du cas spécifique de la publicité digitale, les concepteurs utilisent les trois procédés suivant pour influencer les utilisateurs : les procédés formels, c’est le changement de logo à travers les animations et les mouvements dans les bannières. Les procédés sémantiques, ce sont les créations ludiques, l’utilisation des mots particuliers, des images difficilement interprétables sémantiquement. L’utilisation du texte et de l’image, qui peut parfois être choquante ou décalée par rapport à l’univers sémantique du produit.

Plus de 94% des praticiens de la publicité aux USA affirment que la publicité humoristique attire l’attention des consommateurs.

Risque de rejet et risque d’image pour l’entreprise

Les systèmes technologiques modernes actuels permettent aux entreprises d’orienter leurs publicités vers les cibles directes. Grâce aux traces laissées par les utilisateurs dans leurs contributions, leurs échanges dans les médias sociaux.

Toutefois, l’image suivante montrent que la plupart des internautes ne regardent pas les publicités (rectangles jaunes) présentent sur les sites et s’intéressent uniquement au contenu du site (nuages rouges et jaunes).

 Source : nngroup.com

Certains utilisateurs très hostiles à trop de Pub, ont développé des Adblock qui sont des bloqueurs de publicité. Contraignant par la même occasion les éditeurs à mettre en place des détecteurs d’Adblock afin d’empêcher les internautes bénéficiant de ce programme, de pouvoir bénéficier du contenu du site.

 

Cette situation crée donc un bras de fer hostile entre les internautes et les entreprises, et pourrait nuire à l’image de ces dernières.

 

Sources

 

Gensollen M. (1998), « The internet : A New Information Economy ? », Communications and Stratégies, n°32, 4th quarter 1998, pp. 197 – 227.

Georget P. (2004). « Stratégie publicitaire et variable de personnalité, de contexte et de contrat », Questions de communication, 5, pp. 69-82.

Http://ad-exchange.fr/tag/programmatique/, consulté le 06.12.2017

http://bfmbusiness.bfmtv.com/01-business-forum/publicites-publicis-rachete-la-plateforme-d-achat-programmatique-run-629670.html

https://www.leblogduhacker.fr/comment-fonctionne-publicite-internet-quels-risques/, consulté le 06.12.2017

Auteur : Alain Salomon Biba

 

 

 

Le marketing derrière Google Maps et ses méthodes

Lorsque tu utilises Google, tu passes un pacte. Tu peux utiliser gratuitement des services tels que Gmail, Google Drive, YouTube et Google Maps. En échange, tu acceptes de partager des informations sur toi, des informations que Google peut partager avec les annonceurs afin que leurs publicités soient plus ciblées et efficaces.

Google utilise différentes méthodes pour se renseigner sur toi et pour collecter des données, mais peu savent que Google Maps est également un outil marketing très puissant pour Google.

Un exemple : l’historique des trajets. Lorsqu’il est activé, il permet à Google de savoir où tu as été et durant combien de temps. Il recueille des données sur ton trajet pour aller au travail, sur le magasin dans lequel tu fais tes courses et à quelle fréquence tu pars en vacances.
Il suit chaque étape, connaît ta routine quotidienne 
et peut la reconstruire à tout moment. Pour voir si tu as été suivi et comment arrêter l’enregistrement de l’historique des trajets, clique sur ce lien

chaque mouvement est suivi

Google peut utiliser ces données pour te donner des suggestions de produits et de services de manière directe, mais aussi de manière indirecte en «manipulant» ton planificateur d’itinéraire, suggère Matthias Gally, fondateur de Gally Websolutions GmbH.

 «La prochaine fois que vous utiliserez l’option Google Planificateur d’itinéraire, vérifiez si votre ami obtiendra la même suggestion d’itinéraire.» – Matthias Gally, fondateur de Gally Websolutions GmbH.

«Cela pourrait ne pas fonctionner sur de longues distances, mais cela pourrait affecter la façon dont il vous guide à travers le centre d’une ville. Il a été prouvé par des tests que l’itinéraire varie. Le planificateur d’itinéraire vous envoie à travers les rues qui ont des magasins, ce qui couvre mieux vos intérêts. Cela nous aide, mais en même temps, cela montre que nos données sont constamment utilisées pour le marketing», explique-t-il. 

…directement aux choses que nous aimons !

Avec cette option, Google Maps offre d’excellentes opportunités pour le marketing local, mais encourage également les utilisateurs à participer à travers la communauté Local Guides, via un système de récompense basé sur des points. Plus tu écris de commentaires et plus tu publies des photos d’un lieu, plus tu gagnes de points. Les points débloqueront différents avantages tels que plus d’espace de stockage sur Google Drive et 75% de réduction sur les locations dans la boutique de films Google Play. La mise à jour la plus récente comprend un in-store tour de photos et de vidéos en magasin.

Google promeut cet outil comme un moyen de partager les origines de ta communauté avec les autres et pour les aider à vivre une expérience locale. C’est également un outil de marketing très précieux pour Google car il peut découvrir ce que les gens recherchent, ce que les gens veulent et prendre des décisions basées sur ces découvertes. Ceci est bien sûr extrêmement utile à une grande entreprise comme Google.

Comme la phrase célèbre de Milton Friedman, prix Nobel d’économie le dit :“il n’y a pas de repas gratuit”.

Auteure : Yanina Iskhakova
Relecture : Joëlle Simonet et Loïc Zen-Ruffinen

Plus sur le programme de guide local :

Google Maps is testing video reviews with Local Guides: https://www.theverge.com/tech/2017/9/14/16307696/google-maps-video-reviews-local-guides

Google Maps updates its Local Guides program with a new points system and more levels: https://techcrunch.com/2017/06/13/google-maps-updates-it-local-guides-program-with-a-new-points-system-and-more-levels/

Local Guides Program Terms and Conditions: https://maps.google.com/localguides/rules

Sources :

How Google collects data about you and the Internet: http://royal.pingdom.com/2010/01/08/how-google-collects-data-about-you-and-the-internet/

Gally Websolutions GmbH: https://www.facebook.com/GallyWebsolutionsGmbH/videos/1493057207397841/

The Ultimate Guide to Google Maps Marketing http://www.wordstream.com/blog/ws/2015/12/03/google-maps-marketing

15 useful Google Maps tips and tricks you need to know about: https://www.digitaltrends.com/mobile/google-maps-tips-tricks/3/

Is Google tracking you? Find out here: https://www.cnet.com/how-to/how-to-delete-and-disable-your-google-location-history/ 

Comment Facebook tente d’attirer les plus jeunes

Alors que les plus de cinquante ans sont toujours plus nombreux à disposer d’un compte sur un ou plusieurs média(s) social/aux, on constate un délaissement des jeunes envers certains médias. Facebook tente d’éviter cet exode des jeunes par divers moyens.

À leurs débuts, les médias sociaux – Facebook faisant office de pionnier dans le domaine – n’attiraient que de jeunes adultes ou des adolescents. Tout utilisateur est censé, selon les conditions générales qu’il a bien entendu lues et acceptées, être âgé d’au moins treize ans. En pratique, il n’est pas rare de voir des enfants plus jeunes déjà disposer d’un compte sur les différentes plateformes sociales.

Ähnliches FotoFacebook est peu à peu délaissé par les jeunes

A contrario, les baby boomers étaient peu présents sur Facebook et ne se préoccupaient pas trop de ce que faisaient leurs enfants sur ces outils inconnus. Les choses ont assez rapidement changé. Alors que les plus de cinquante ans ont massivement débarqué sur Facebook, les plus jeunes ont décidé de se tourner vers d’autres médias sociaux tels qu’Instagram ou la messagerie sociale Snapchat, sans doute pour éviter de se sentir surveillés et pour ne pas retrouver toute la famille en ligne – à commencer par les parents.

Selon l’étude suisse digiMONITOR du groupe d’intérêts médias électroniques (IGEM), les 15-24 ans utilisant Facebook étaient, en 2016, 10% moins nombreux qu’une année auparavant. En 2015, ils étaient déjà 10% de moins qu’en 2014. Étant donné que créer un compte ne veut pas dire l’utiliser, il est intéressant de constater que 70% des 15-24 ans déclaraient l’année dernière se rendre occasionnellement sur Facebook, alors que ce taux atteignait quasiment les 100% il y a encore trois ans.
— UPDATE 19 décembre 2017 : selon les résultats de l’étude digiMonitor 2017 du groupe d’intérêts médias électroniques (IGEM), révélés le 11 décembre, soit après la publication de cet article, ils ne sont plus que 55% à utiliser Facebook en 2017. —

Conscient de la perte d’utilisateurs à laquelle elle est confrontée, Facebook n’a pas lésiné sur les moyens et a déboursé la bagatelle d’un milliard de dollars pour racheter Instagram. Elle a également tenté de s’offrir Snapchat, mais cette dernière a résisté à ses généreuses offres. Le groupe de Menlo Park tente de garder ses jeunes utilisateurs sur son site-mère, Facebook, via un autre moyen : il n’hésite pas à copier-coller des fonctionnalités lancées par ses concurrents Snapchat et Twitter. On a ainsi notamment vu apparaître les hashtags, puis les Stories, sans oublier les stickers de réalité augmentée. Facebook dispose désormais de la même panoplie d’outils que ses concurrents.

Enfin, Facebook compte un autre atout de taille dans sa poche : Messenger. L’application de messagerie instantanée, à la base intégrée à Facebook avant de devenir autonome sur les smartphones, connaît en effet un grand succès (plus d’un milliard d’utilisateurs selon les chiffres parus cette année). Dans le but d’attirer non seulement les adolescents, mais également les enfants, Facebook lançait le 4 décembre dernier – sur iPhone et aux États-Unis uniquement, dans un premier temps – Messenger Kids, une version destinée aux enfants et ne contenant ni publicité ni achats intégrés. Ici, ce sont les parents qui «contrôlent entièrement la liste de contacts», selon le groupe américain.

En effet, les parents doivent créer un compte Messenger Kids pour leur enfant via leur propre compte Facebook, puis choisir les contacts qui feront partie de la liste de leur enfant. L’entreprise américaine s’assure ainsi de connaître les enfants de ses utilisateurs et compte bien les garder comme futurs clients de ses applications destinées aux adultes.

 

À lire ailleurs :

(Source de l’image :  https://www.webmarketing-com.com/wp-content/uploads/2012/07/enfant-facebook.jpg)

Auteur : Loïc Zen-Ruffinen

Les influenceurs sont-ils vraiment influents ?

Des nos jours le mot influenceur n’est plus un mystère. À travers cet article nous allons toutefois nous concentrer sur les chiffres clés et sur l’influence des influenceurs, concernant en particulier les effets qu’ils ont en terme d’achat. 

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un influenceur ?

L’influenceur digital est un individu qui apparait comme étant un leader d’opinion. Il possède un nombre de personnes qui l’écoutent pour son expertise dans une thématique précise. Sa capacité d’influencer un groupe significatif d’individus dépend de l’audience (qui normalement s’accroît progressivement avec le temps) et de l’engagement des internautes (qui représente un élément primordial).

Au vu de ces capacités, l’influenceur est de plus en plus souvent recherché en tant que partenaire par les marques et agences pour promouvoir les produits à travers du marketing d’influence.

Image associée
Un exemple de comment les entreprises collaborent avec les influenceurs pour promouvoir leur produits

Et en chiffres?

Pour les entreprises, avoir un partenaire influenceur a évidemment un coût. Ceci est une des préoccupations principales des responsables marketing. En effet, selon le rapport Bloglovin (2017) les influenceurs ont des tarifs très clairs:

  • 84% d’entre eux demandent moins de 250$ par post Instagram;
  • 87% moins de 500$ pour un billet sur leur blog;
  • 90% moins de 250$ pour un post Facebook;
  • la plus part des interrogés demandent 150$ par tweet.

Pour se donner une idée, avec un budget de 5’000$ on peut mesurer quel est l’impact d’une stratégie marketing sur les réseaux sociaux.
A ce sujet, une étude auprès de 2500 micro-influnceuses (95% des interrogées étaient des femmes américaines de 18-48 ans) a été réalisée. Voilà les résultats :

On remarque qu’avec ce budget on arrive à toucher des centaines de milliers de followers.

Mais, quelle est effectivement l’influence des influenceurs?

Les influenceurs digitaux sont partout sur le web. D’après une recherche réalisée en 2017 par la société spécialisée Launchmetrics, les entreprises sont disposées à investir énormément dans la fameuse influence digitale.

« Les marques pensent que communiquer via les influenceurs coût moins cher que de passer par les supports de publicité traditionnels »

Ceci peux être une strategie gagnante pour certaines entreprises de petit-moyen taille. Une enquête française montre qu’auprès d’un échantillon représentatif de la population des internautes français, 89% des personnes qui suivant un influenceur ont découvert un produit ou une marque grâce a des posts des influenceurs sur les réseaux sociaux. En autre, 75% des internautes ont déjà acheté un produit après un post d’un influenceur.

Au contraire si on analyse plus en détail les marque de luxe on peux voir que les chiffres ne sont pas prometteurs. En terme d’achat le chevauchement entre les followers et la clientèle des marques de luxe est inférieur à 1%. L’âge moyen des followers ne dépasse pas les 20 ans et sont des personnes qui n’ont pas le pouvoir d’achat leur permettant de consommer du luxe.

A lire ailleurs :

Définition Marketing  E-marketing.fr    Le Figaro

Squid Impact     Radio Canada   BlogDuModerateur   ArchiMag.com

(Source des images : https://www.blogdumoderateur.com/relation-marques-influenceurs-reseaux-sociaux/ / https://www.r2integrated.com/r2insights/influencer-marketing-what-you-need-to-know-today /

Auteur: Zara Groh