« Nutella, parlons-en! »

« Nutella, parlons-en! » Ferrero aborde de front le sujet et répond aux accusations menées contre Nutella et l’utilisation de l’huile de palme dans sa recette. Une communication de crise qui s’appuie sur un lien de confiance établi entre les consommateurs et la marque, diva incontestée des goûters et des péchés mignons de millions de personnes dans le monde. Entre invitations au boycott et un front de défense qui s’érige « Touche pas à mon Nutella », focus sur un cas discuté qui a créé de fervents opposants. Sans doute ça reste une bonne leçon à tirer sur l’art de bien tartiner ses arguments

La question s’imposait pour Nutella déjà en 2012.

Notamment en France, où un amendement vise à augmenter de 300 % la taxe sur l’huile de palme. L’huile en question est mise à l’index pour son impact sur la santé et son incidence sur la déforestation de la planète. Utilisée dans de nombreux produits alimentaires, elle figure parmi un des composants principaux du Nutella.

Rapidement l’amendement est rebaptisé « amendement Nutella », du nom de la célèbre pâte à tartiner. Ferrero se retrouve ainsi débordée par un débat enflammé qui attaque le produit, le diabolise. Sur Youtube et Facebook le badbuzz s’enchaîne, les haters se soutiennent entre eux. La crise s’aggrave et prend sérieusement de l’ampleur. C‘est ainsi qui Ferrero décide de prendre position et de créer un site internet dédié « Nutella, parlons-en » ainsi qu’un fil sur Twitter.

Source:Youtube, Nutella France

Une communication bien ciblée puisque le Nutella est un produit très consommé par les jeunes générations, présentes massivement sur le Web et les réseaux sociaux.

« Le but du fabriquant est, plutôt que de modifier la recette du Nutella, de l’expliquer au consommateur« . L’idée de transparence et fiabilité est mise en avant.

Ferrero prend fait et cause pour expliquer et argumenter le choix de l’huile de palme dans sa recette, ce qui donne à Nutella son goût unique apprécié de génération en génération. Ferrero répond point par point aux critiques sur Facebook et aux commentaires des vidéos publiées sur son canal officiel Youtube. A preuve de l’efficacité de la riposte, certains internautes s’engagent même comme militants pour leur lovebrand, créant des pages « Touche pas à mon Nutella ! » ou « Défence Nutella » sur Twitter et Facebook. La stratégie employée par Ferrero représente ici un exemple assez bien réussi de gestion de communication de crise et des communautés en ligne. L’exposition médiatique a fait ressortir ses ennemis, mais aussi de nombreux alliés qui se sont battus de son côté.

Scandale!Nutella a changé sa recette

7 Novembre 2017. Le feu qui semble éteint dort souvent sous la cendre. Nutella fait encore parler de lui mais cette fois ce n’est pas l’huile de palme qui est cité en cause. Les consommateurs, dévenus vigilants depuis, s’aperçoivent d’une petite modification de la recette. La portion de lait écrémé passe de 7,5% à 8,7%. La quantité de sucre est légèrement augmentée mais les matières graisses ont baissé. Donc un produit plus sucré mais moins gras. L’entreprise semble avoir appris de ses erreurs et fait un effort pour rendre son Nutella relativement plus sain. De quoi réjouir les plus gourmands.

Ferrero a volontairement voulu faire passer un message d’engagement et prise en compte de la santé de ses consommateurs? Quoique l’on pense, il faut admettre que Nutella a su très bien se tirer d’affaire. Son avenir s’annonce pas fait que de belles noisettes et de bon lait frais mais la génération « no Nutella » ne semble pas encore pour demain!

Source:Wikipedia

Autrice: Naima Desiderio


Références et liens utiles:

L’E-SPORT : LA COMMUNAUTE VIRTUELLE EN PLEIN ESSOR

L’e-sport, mot désignant la pratique d’un jeu vidéo sur Internet, possède une histoire riche mais relativement récente. Bénéficiant d’un intérêt médiatique sans précédent, il se situe à un moment clé de son existence. Coup de projecteur sur le phénomène culturel.

Le show d’une superstar mondiale ? Non. Une compétition d’e-sport !

Une ascension fulgurante 

L’e-sport s’est réellement développé à l’orée des années 2000 grâce à la démocratisation d’Internet qui a permis de rassembler virtuellement les joueurs de jeux vidéo. Le premier tournoi de grande ampleur a mis aux prises plus de 1900 participants en 1997 à Atlanta aux Etats-Unis. Dès lors, il s’est doté peu à peu des structures essentielles à sa pérennisation. Les premières associations ont vu le jour et d’autres compétitions ont été mises sur pied. Les types de jeux vidéo se sont aussi diversifiés.

300 milliards de minutes de jeu ont été visionnées en 2016 sur Twitch !

Suite à la crise économique de 2008 qui a aussi ébranlé le secteur, la création de Twitch.tv (2011) a donné un second souffle à l’e-sport. La plateforme permet le visionnage en streaming de jeux vidéo et de sport électronique. Les compétitions sont ainsi désormais diffusées dans le monde entier et l’e-sport gagne rapidement en popularité.

Du loisir aux possibilités de carrière

D’un point de vue personnel, l’e-sport permet aux joueurs de développer et d’affirmer leur identité numérique. Dans ce champ spécifique, chaque individu utilise ses ressources socio-culturelles et technologiques pour s’élever dans cet espace social distinct, lieu de luttes symboliques entre ses acteurs.

Gagner sa vie avec l’e-sport, c’est possible !

Les gamers ont surtout la possibilité désormais d’accomplir une véritable carrière professionnelle et d’assouvir leur soif de reconnaissance sociale. L’argent qui gravite dans ce champ entraîne aussi de plus en plus d’individus – principalement issus de la génération Y – à s’engager dans cette aventure. Ce qui était au départ considéré comme une simple passion devient une option de carrière envisageable.

Une industrie « sportive » à encadrer

L’industrie de l’e-sport pèsera bientôt plus d’un milliard de dollars. Les prize money des compétitions grandissent année après année et rivalisent presque avec ceux de certains événements sportifs traditionnels majeurs. Les grandes marques n’hésitent plus non plus à investir dans le secteur et les médias s’emparent aussi du phénomène – chaînes dédiées à l’e-sport, rubriques de sites Web, magazines spécialisés, etc.

Les grandes marques sont tombées sous le charme de l’e-sport.

L’e-sport doit toutefois veiller à ce que son incroyable ascension ne lui joue pas des tours. En effet, il rencontre certains problèmes d’intégrité au même titre que les sports « traditionnels » :

  • Dopage ;
  • matchs truqués ;
  • utilisation de dispositifs de triche.

Leur résolution doit être une priorité afin que la discipline maintienne sa cote de popularité et que le public garde confiance en celle-ci. Des efforts en ce sens sont déjà fournis avec en tête de liste la création de l’ESICEsports Integrity Coalition – en 2016. Celle-ci a déjà procédé à ses premiers bannissements de joueurs et son autorité commence à s’étendre. Le chemin reste toutefois encore parsemé d’embûches pour l’e-sport. Il manque enfin une instance dirigeante clairement identifiable nécessaire pour la pérennisation de la discipline. En vue d’une introduction aux Jeux Olympiques ?

La communauté des gamers pourrait ainsi avoir un impact considérable – un de plus pour le numérique – sur le monde réel. Affaire à suivre !

A voir ailleurs :

Sources :

  • Giel, T., Hallmann, K. (2017). Competitive sports or recreational activity ? Sport Management Review.
  • Rennie, P., Sylvester, R. (2017). The world’s fastest-growing sport : Maximizing the economic success of sport whilst balancing regulatory concerns and ensuring the protection of those involved. Gaming Law Review, 21(8), 625-629.
  • Seo, Y. (2016). Professionalized consumption and identity transformations in the field of eSports. Journal of Business Research, 69, 264-272.

Sites web :

(Source des images: https://cdn2.nextinpact.com/images/bd/wide-linked-media/4144.jpg / https://www.esportsdailynews.fr/wp-content/uploads/2017/03/Marques-Esport-Monde.jpg / combologo_474x356.png)

Auteur : Ludovic Cuany

Relecture : Vivien Furrer

La vérité troublante d’un profil Instagram

À l’ère où les médias sociaux prennent de plus en plus de parts de marché dans le domaine de la publicité. Les sociétés ont recours à des stratagèmes déroutants pour atteindre leur public cible.

La publicité sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sur le web ont bousculé les modèles traditionnels de marketing. Aujourd’hui la plupart des entreprises se posent la question suivante : comment communiquer efficacement dans un monde où les individus sont des acteurs impliqués dans l’échange d’information et d’opinions ?

Sous l’effet de la révolution du numérique, il est de plus en plus difficile de transmettre un message à un public cible. Alors que certaines marques (mode, luxe et technologie) captent des flux considérables sur les réseaux sociaux, d’autres ne savent plus comment faire pour attirer l’attention. La communication à travers les communautés virtuelles peut-être une des solutions à cette problématique.

Le bouche-à-oreille sur les réseaux sociaux

On sait aujourd’hui que les informations sur les médias sociaux peuvent se diffuser très rapidement. La chercheuse Mercanti-Guerin (2010), compare les réseaux sociaux à des phénomènes anciens comme le bouche-à-oreille remis au goût du jour par Internet via le Buzz. Les plateformes sociales permettent de partager sa vie et d’observer celle des autres, il est également possible de se divertir, d’interagir avec des communautés et de partager des informations qui peuvent être utiles à d’autres internautes.

Ainsi, les médias sociaux recensent les avis, conseils et expériences sur l’utilisation d’un produit ou d’un service publié par des individus lambda, car ces informations sont jugées plus crédibles par les internautes que les conseils émis par les stars qui sont souvent corrompues par les marques. C’est ce qui a fait le succès de nombreux influenceurs aujourd’hui, des individus neutres partageant leurs opinions et expériences de vie auprès de communautés virtuelles. Un expert du domaine a défini cinq critères de succès pour devenir un influenceur sur la toile :

  • Avoir une vraie connexion avec le lectorat ;
  • Avoir une personnalité originale et authentique ;
  • Écrire avec passion ;
  • Démontrer son expertise et son autorité ;
  • Être digne de confiance.

C’est peut-être le mélange de ces ingrédients qui a fait le succès du profil Instagram de la Parisienne Louise Delage cet été.

Une personne inventée de A à Z

Le 1er août 2016, les utilisateurs du réseau social Instagram ont découvert une jolie Parisienne de 25 ans : Louise Delage. Elle publiait fréquemment des photos de ces activités au soleil, dans une piscine, dans les rues de Paris, en terrasse ou encore en soirée mondaine avec ces amis. De plus, elle connaît les bons hashtags pour attirer de plus en plus d’abonnés.

louisedelage

Photo de Louise Delage sur Instagram

Les « likes » se sont progressivement accumulées jusqu’à obtenir 7’500 abonnés et plus de 50’000 «j’aime» en septembre 2016. Elle est rapidement suivie par des influenceurs du réseau social, de la blogueuse Lisa Gachet (Make My Lemonade) à l’actrice Juliette Binoche. Mais qui est-elle vraiment ? Une nouvelle influenceuse qui a su mettre en pratique les critères cités précédemment? Non enfaite Louise Delage n’existe tout simplement pas.

Des effets décevants

Le compte Instagram Louise Delage est une campagne (gratuite) de sensibilisation pour le fonds Actions Addictions qui lutte contre les dépendances. Si l’on regarde de plus près les photos postées par la belle Parisienne, un élément commun ressort : l’alcool. Une bouteille ou un verre étaient présents sur chacun de ses clichés. Le but de l’association était de démontrer que la consommation d’alcool peut devenir invisible dans un monde où « bien paraître » signifie souvent avoir un verre à la main.

Mais c’est un demi-succès pour l’association. Les effets de la campagne ne sont apparemment pas à la hauteur du buzz généré. En tout cas, c’est ce qu’affirme Stéphane Xiberras, président de l’agence de communication BETC qui a mis en place cette campagne:

“On pensait que davantage d’abonnés se rendraient compte du comportement de Louise. Mais peu d’entre eux ont détecté le piège – parmi lesquels un journaliste, évidemment. Finalement, la majorité a seulement vu une fille mignonne et pas du tout une fille esseulée, qui n’est en fait pas du tout heureuse et qui a un sérieux problème d’alcoolisme”.

Au final, il aura fallu un photographe et un mannequin pour générer 500 000 vues et 140 articles sans investir un seul euro dans un plan média. L’idée de créer une communauté virtuelle autour de la jeune fille pour toucher un maximum de personne est bien plus intéressante financièrement comparé à une publicité sponsorisée sur les réseaux sociaux.

https://youtu.be/4PJcJcy89oY

Cette vidéo est le dernier post publié sur le profil Instagram de Louise Delage. Le but est d’informer les internautes que l’addiction à l’alcool peut  devenir invisible aux yeux de nos proches.

A lire ailleurs :

Références :

(Source des images: http://images.atelier.net/sites/default/files/imagecache/scale_crop_587_310/articles/418700/atelier-reseau-social.jpg, https://www.instagram.com/p/BKmCU8VhEc5/?taken-by=louise.delage)

(Source de la vidéo: https://youtu.be/4PJcJcy89oY)

 Auteur: Myriam Schaffter
Relecture : Aleandro Nassisi, Loïc Jeanneret

images

Newsjacking et Mannequin Challenge: Clinton clouée sur place devant la victoire de Trump

Non, Hillary Clinton n’a pas baissé les bras devant Donald Trump, en tout cas pas avant le 9 novembre. Elle aura tout essayé. Elle est même allé jusqu’à utiliser une des tendances du moment afin de faire passer un message symbolique à ses jeunes électeurs !

Le Mannequin Challenge est la nouveauté virale de ce mois de novembre 2016. Phénomène initié par des lycéens aux Etats-Unis le 26 octobre, ce sont très vite les stars, sportifs et anonymes qui se sont emparés de ce « challenge » – tout le monde veut faire cette nouvelle vidéo tendance. Le principe est simple : prendre plusieurs personnes, les disposer dans une pièce ou un lieu quelconque dans des positions improbables et leur demander de ne plus bouger. Pendant ce temps, une personne les filme avec la musique Black Beatles du groupe Rae Sremmurd en fond.

Et qu’est ce que le Newjacking ? C’est tout simplement l’action de détourner une nouvelle tendance qui fait le buzz en y greffant sa marque ou ses idées. Le Community Manager utilise cette pratique pour son entreprise afin de gagner en visibilité ou de faire passer un message. Elle est utile également afin d’améliorer son capitale sympathie auprès des internautes. Comme l’exemple de ce Tweet de la part d’Oreo lors de la naissance de l’enfant du Prince William et de sa femme Kate.

oreo-royal-baby-1242-pm

 

Attention au Bad Buzz !
Si cette pratique sert à animer la communauté en ligne d’une marque, c’est un excellent moyen de surfer sur la vague d’actualité du moment et d’afficher une image décalée et sympathique. Il faut tout de même faire attention à ne pas boire la tasse !
Effectivement, l’utilisaition de cet outil peut être à double tranchant. Il peut très bien générer un buzz bénéfique pour l’entreprise tout comme un bad buzz nuisible à l’image de celle-ci.
newsjacking-twitter-3suissesIci, suite aux attentats de Charlie Hebdo, les 3suisses n’ont pas pensé à deux fois avant de poster ce Newsjacking. Adaptation de cette pratique qui s’avère être de mauvais goût. Le « Je suis Charlie » et les « 3Suisses » se confondent dans un seul et même logo. L’utilisation de ce « Buzz » n’est pas approprié quant à la promotion de son entreprise au vue des sentiments de peur et d’indignation qu’il a pu provoqué auprès de la population.

Immobile pour inciter les autres à se mobiliser !
Tel est le message qui peut se cacher dans le Mannequin Challenge d’Hillary Clinton.
Nous pouvons ici parler de Newsjacking de la part du Community Manager d’H. Clinton. En, effet, rebondir sur un fait de société viral est une bonne idée pour dynamiser sa campagne, mais encore faut-il être dans les temps pour le faire ! La vidéo fut publiée sur le Twitter de Madame Clinton 13 jours après le lancement de cette tendance. Cela semble un petit peu tard, d’autant plus qu’elle fut postée le 8 novembre, veille du départage des votes.

news-jacking-timely

Il faut que le Newsjacking soit effectué aussi tôt que possible après la sortie de la « Breaking news » ou d’une nouvelle tendance avant qu’elle ne devienne « hasbeen ».  Ce qui est le cas dans cette tentative d’application du Newsjacking, effectué sans la musique originale du « challenge ».
« Don’t stand still, vote today ». « Ne vous tenez pas immobile. Votez aujourd’hui ». Cela n’aura pas suffit pour la faire élire 45ème président des Etats Unis d’Amérique.

 

 

Webographie: 

http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2016/11/08/election-americaine-hillary-clinton-a-tue-le-mannequin-challenge_5027579_4832693.html

http://www.typy.fr/newsjacking-cest-quoi/

http://assurbuzz.com/newsjacking-top-5-des-marques-qui-surfent-sur-lactualite/

http://www.mycommunitymanager.fr/faites-du-buzz-grace-au-newsjacking/