Une image vaut 1000 mots

Le 4 décembre 2013, Gil Vassaux, secrétaire général de Fri-Son, a tenu une conférence à l’université de Fribourg concernant la communication de son établissement, en abordant en particulier la question des médias sociaux. L’instigateur  nous livre ses expériences et son vécu !

Pour attirer les gens aux concerts, il dispose tout d’abord d’une palette de moyens « physiques » avec les supports papier comme les flyers, affiches, ainsi que la presse. Viennent ensuite les possibilités virtuelles comme le site internet, l’application, les SMS, l’agenda online, les communiqués de presse, la newsletter et surtout les réseaux sociaux.

En ce qui concerne ces derniers, même si Facebook demeure pour l’instant l’outil le plus exploité, Twitter est sur ses traces. Même si Instragram, Spotify et Youtube sont encore assez discrets, ce sont des réseaux sociaux qui pourraient bien jouer un rôle plus conséquent dans le futur.

La communication online sert avant tout à promouvoir l’image du club et à communiquer au sujet des soirées spécifiques. La fidélisation du client, actuel ou potentiel, ainsi que la diffusion d’informations par rapport à la programmation (annulation ou renvoi de concert par exemple) sont d’autres buts communicationnels qu’il est possible d’atteindre grâce à la rapidité et à l’instantanéité des plateformes en ligne.

A côté de la communication externe, celle faite à l’interne est tout aussi importante. L’utilisation d’une plateforme commune permet une coordination entre les différents organisateurs et les employés.

Le timing de la communication joue également un rôle capital, dans le sens où certains médias sont davantage consultés à telle ou telle heure. De manière générale, une communication quotidienne et même répétitive est nécessaire, de préférence à une heure optimale. Idéalement, les meilleurs moments s’avèrent être à 11h les matins, de préférence en semaine et le lundi, ou encore à 17h le jeudi. Il faut éviter les après-midi entre 13h et 17h, sauf le dimanche.

Photo (c) : Fri-Son
Photo (c) : Fri-Son

Il peut aussi être mis en avant que l’utilisation de l’émotion dans les contenus est certainement le moyen le plus persuasif qui soit. L’émotion est tellement communicative que dès lors, même le choix de la langue importe peu car l’émotion est un vecteur commun pour tous. Les émotions apportent une plus-value. Celles-ci peuvent être stimulées par divers éléments, comme par exemple par l’effet « vintage », rappelant des souvenirs et des lieux communs. Il est à noter que les images transmettent davantage d’émotions que le texte. Gil Vassaux considère d’ailleurs qu’Instagram est le média social avec le plus grand potentiel en ce moment.

De manière générale, le contenu importe plus que le format. Enfin, il est toutefois important de rappeler que les « nouveaux » médias sociaux ne représentent qu’une béquille pour les médias traditionnels.

En deuxième partie de son intervention, Gil Vassaux a illustré ses propos en présentant la campagne de « crowdfunding » menée pour la production d’un livre à l’occasion du 30ème anniversaire de l’association : « Fri-Son : 1983-2013 » ! Cette campagne fut un immense succès : plus de 23’000 francs ont pu être récolté en 60 jours (soit 298% de l’objectif initial de financement) auprès de 294 contributeurs. Un record suisse en matière de crowdfunding !

En conclusion, selon Gil Vassaux, les réseaux sociaux sont un moyen limité mais complémentaire aux moyens physiques de promotion pour Fri-Son. Ils doivent être intégrés à un plan global de communication. Les réseaux sociaux, comme tous les nouveaux moyens de communication, impliquent pour les communicants une charge de travail supplémentaire non négligeable. Enfin, malgré la portée des médias virtuels, il ne faut pas sous-estimer, l’impact des réseaux sociaux classiques.

BapClJpCYAArd4g.jpg-large

Retrouvez davantage d’informations sur cette conférence sur Facebook et Twitter, via le hashtag #ConférenceFriSon !

« A Fri-Son » ou « Au Fri-Son »?

Une des questions que Gil Vassaux a posé aux étudiants, lors de son intervention à l’Université de Fribourg, est: Est-ce qu’on dit « à Fri-Son » ou « au Fri-Son »? Découvrez la réponse, ainsi que d’autres impressions et commentaires de la conférence sur notre page Facebook et Twitter .

Au nom de Mabucom nous aimerions dire un grand merci à Gil Vassaux pour cette conférence très intéressante sur la communication de Fri-Son sur les réseaux sociaux. Nous tenons également à remercier tous les étudiants qui ont participé à la conférence et partagé leurs impressions.

BapClJpCYAArd4g.jpg-large

Zoom sur un projet de crowdfunding

Comment marquer les 30 ans d’existence d’une association ancrée dans un univers multiculturel, bilingue et alternatif ? Fri-Son a choisi un concept original : la publication d’un livre à son image. Un livre bilingue, conçu par « des gens qui aiment Fri-Son ». Se détachant d’une démarche « nombriliste », le but de l’ouvrage n’est pas uniquement de retracer l’histoire de la salle de concert fribourgeoise, mais plutôt « de raconter trente ans de musique actuelle à travers le prisme de Fri-Son », selon les termes de l’administrateur de l’association, Gil Vassaux interviewé par le journal La Gruyère. Pour réaliser ce projet, l’organisation a choisi de faire appel à sa communauté par le biais du financement participatif. Gil Vassaux décrira cette démarche lors de son intervention à l’université de Fribourg, le 4 décembre 2013.

Le financement participatif ou « crowdfunding » consiste à récolter des fonds auprès d’un grand nombre de contributeurs afin de réaliser un projet dans le domaine de l’art, de l’innovation ou de la création (musique, édition, jeu vidéo, logiciel, etc.). Le concept s’est développé avec l’essor les médias sociaux. Si les modèles varient quelque peu, le principe de base reste le même : tout internaute peut présenter son projet et définir un objectif de financement – le montant à récolter dans une certaine limite de temps. L’initiateur s’engage à offrir une contrepartie (souvent non monétaire) aux participants, par exemple une invitation ou un livre dédicacé. Au terme du délai, si l’objectif de financement n’est pas atteint, le projet est abandonné. En cas de succès, le montant récolté peut dépasser l’objectif initial.

Le web regorge désormais de sites qui misent sur la multiplication de petites sommes pour financer des projets divers. En voici quelques exemples :

  • Logo de Kickstarter : kickstarter.com, le leader mondial, lancé en 2009 à Manhattan
  • Logo MyMajorCompany: mymajorcompany.com, leader en France connu notamment pour le financement du premier album du chanteur Grégoire (plus de 1’200’000 exemplaires vendus au final)
  • Logo ululeulule.com

Et enfin deux plateformes suisses :

Dans le cas de Fri-Son, le système de souscriptions sur internet proposait aux contributeurs de faire un don de 10 à 250 francs. L’opération fut un réel succès et l’engouement jugé « impressionnant » par le secrétaire général de l’association, Gil Vassaux. L’organisation avait fixé son objectif initial à 8’000 francs en 60 jours. Trois jours plus tard, l’objectif était déjà atteint et à mi-parcours, les contributions s’élevaient à plus de 16’000 francs (source : La Gruyère).

Le livre « Fri-Son 1983-2013 » est en vente depuis le 26 octobre 2013, date de l’apéritif officiel des 30 ans de l’organisation. Ce succès est étroitement lié au choix de l’outil de récolte de fonds. Grâce au financement « par la foule », Fri-Son a pu toucher sur internet un public plus large que ne l’auraient permis les médias traditionnels.

Le financement participatif du livre « Fri-Son 1983-2013 » sera le fil rouge de l’intervention de Gil Vassaux, secrétaire général de Fri-Son, à l’université de Fribourg. Plus largement, la conférence portera sur la pertinence des médias sociaux dans la stratégie de communication d’une organisation telle que Fri-Son, ainsi que sur la gestion d’une communauté. Si vous souhaitez en apprendre davantage sur cette thématique, retrouvez-nous le 4 décembre 2013 à Pérolles : inscrivez-vous à la conférence !

Vous pourrez également suivre la conférence, la partager ou y réagir via Facebook et Twitter, via le hashtag #ConférenceFriSon !

Twitter, Facebook et co…quelle utilité pour Fri-Son ?

La stratégie de communication des entreprises s’est rapidement développée ces dernières années et intègre de plus en plus internet et le numérique comme instruments publicitaires et de transmission de l’information. Dans ce contexte, les médias sociaux constituent l’élément le plus récent de cette évolution et permettent à l’entreprise de communiquer et d’échanger de manière plus interactive avec ses clients, consommateurs ou usagers. Ces plateformes numériques offrent de nombreux avantages, notamment la réduction des coûts de diffusion, la possibilité de transmettre instantanément des messages, ou le ciblage des usagers.

En 30 ans d’existence, la stratégie de communication de Fri-Son s’est également  transformée et a su s’adapter aux outils du moment. En tant qu’entreprise qui se définit elle-même comme une salle de concerts, une boîte de nuit et un bar, le fameux bâtiment de la route de la Fonderie se doit d’être présent sur les réseaux sociaux pour entretenir son image jeune et entreprenante, mais également pour être au plus près de ses clients. Fri-Son incorpore différents médias sociaux dans sa stratégie de communication dont les principaux sont Facebook, Twitter et Youtube. Voici un bref aperçu de son utilisation de ces outils comme moyens de communication et de promotion.

facebook  Facebook. Cette plateforme offre à Fri-Son une vaste gamme de possibilités qu’il exploite régulièrement. Plusieurs fois par jour, Fri-Son publie des posts qui contiennent

  • Des annonces de concert à venir
  • Des informations destinées au public (concerts complets ou annulés, lieu de vente des billets, etc.)
  • Des chansons ou des clips des artistes qui se produiront à Fri-Son
  • Des photos et des vidéos des différentes soirées
  • Une photo accompagnée d’un commentaire pour de la promotion (vernissage du livre) ou non (photo du repas avec un artiste)
  • Des liens vers des articles ou interviews qui concernent directement ou indirectement Fri-Son
  • Des concours pour gagner des entrées
  • De la publicité pour ses activités annexes

La communauté peut ensuite réagir aux publications, les commenter, les « liker » ou publier elle-même sur le compte Facebook de Fri-Son.

Twitter_logo1  Twitter. Fri-Son utilise Twitter de manière similaire à Facebook, avec toutefois certaines nuances. Les tweets de Fri-Son sont entre autres composés de

  • Liens vers les publications Facebook de Fri-Son
  • Annonces de publications de photos sur un album du compte Facebook de Fri-Son
  • Retweets d’autres comptes qui mentionnent Fri-Son
  • Liens vers des chansons, clips vidéo ou playlists d’artistes programmés sur Spotify ou Youtube notamment
  • Liens vers leur site internet
  • Annonces de concerts
  • Liens vers des interviews articles sur Fri-Son ou sur des artistes qui se produiront ou se sont produits à Fri-Son
  • Commentaires à l’attention d’un autre compte Twitter

YouTube Ce média social est employé par Fri-Son pour publier plusieurs fois par année des vidéos, notamment des trailers qui annoncent un événement (soirée, concert, jam session), une rétrospective d’un concert ou d’une activité ou des interviews d’artistes qui se sont produits sur la scène de Fri-Son.

Fri-Son est donc très actif sur les réseaux sociaux, mais sa présence et les contenus postés varient selon le média en question. Le lien avec son public diffère également d’une plateforme à l’autre et peut passer d’une interaction réciproque (Facebook, Twitter) à une relation plutôt unilatérale (Youtube).

Gil Vassaux, secrétaire général de Fri-Son, abordera ce sujet de manière détaillée lors de sa conférence du 4 décembre 2013.

 

 

Fri-Son, un mouvement réactionnaire !

Fri-son, établissement incontournable de la scène fribourgeoise, a su s’adapter à l’air du temps. Mais quelles sont les origines et les raisons de sa création ? C’est justement là que ça devient intéressant…

Jusqu’en 1983, Fribourg ne présentait que peu d’espaces dédiés aux animations culturelles pour sa jeunesse. C’est alors que plusieurs acteurs se sont mobilisés pour faire bouger la ville, notamment pour créer Fri-son ! L’esprit de la jeunesse a donc été le carburant du mouvement! Hélas, Fri-son a dû constater que les autorités ne jouaient pas en sa faveur, ce qui n’a pas favorisé son développement et son implantation.

Finalement, en 1985, le groupe reçoit l’autorisation de s’installer à la fameuse route de la Fonderie. Manquant d’infrastructures logistiques et de moyens organisationnels, les débuts ont été difficiles… Après la fermeture de la 1ère salle (au n° 13), jugée inadéquate par les autorités, ils négocient non sans difficulté leur déménagement au n° 25 de la même rue, qu’il a fallu réaménager. A partir de là, Fri-son a connu un take-off progressif avec une programmation de plus en plus professionnalisée, jonglant entre les artistes locaux et de renommée internationale! Ils ont su brasser la diversité culturelle aux goûts de tous ! Merci !

Si la naissance de Fri-Son vous inspire, vous serez peut-être intéressés par la stratégie de communication actuelle de Fri-son? Venez nombreux le 4 décembre à la conférence donnée par Gil Vassaux. Pour plus d’infos cliquez ici!
Isabel, Floriane, Nicolas

Conférence Gil Vassaux

Cher(e)s étudiant-e-s et ancien-ne-s étudiant-e-s du Master in Business Communication,

Dans le cadre du cours « Communication multimédia 1 : médias sociaux et community management », le secrétaire général de Fri-Son Gil Vassaux donnera une conférence sur la stratégie de communication en ligne de la salle de concert la plus connue de la ville. Vous êtes cordialement invité-e-s à suivre cette conférence qui aura lieu le

Mercredi 4 décembre 2013, de 10h00 à 12h00 dans la salle F230 du bâtiment de Pérolles 2.

A cette occasion, Gil Vassaux, nous parlera notamment de la présence sur les médias sociaux de son organisation qui fête ses 30 ans cette année. A travers le processus de création et de financement du livre sur l’histoire de la mythique boîte de nuit fribourgeoise, Gil présentera les liens entre Fri-Son et sa communauté.

Vous pourrez suivre, mais aussi participer, réagir et commenter la conférence sur Twitter et Facebook, via le hashtag #ConférenceFriSon.

Nous espérons vous voir nombreux et nombreuses le 4 décembre !

Floriane, Nicolas et Isabel

Fri-Son invité à l’Université de Fribourg

Fri-Son
Fri-Son souffle ses 30 bougies en 2013.

Qui à Fribourg ne connaît pas Fri-Son ? Depuis sa création en 1983, le club a su se faire apprécier des noctambules fribourgeois et d’ailleurs. Sa salle de concerts a accueilli de grands noms, à savoir Muse, Korn, Noir Désir ou encore Nirvana. Pour marquer les 30 ans d’existence de l’association, Fri-Son annonce une belle programmation ainsi qu’un projet de livre retraçant l’histoire du centre culturel fribourgeois – sortie prévue à l’automne 2013.

Si l’esprit du club est resté intact, les outils de communication se sont métamorphosés, notamment avec l’essor des médias numériques. Ainsi, Fri-Son a développé sa stratégie de communication et se sert entre autres des médias sociaux afin d’entretenir un lien de qualité avec sa « communauté ». Et c’est justement la thématique qu’abordera Gil Vassaux, secrétaire général du Fri-Son, dans le cadre du cours « Communication multimédia (I) : médias sociaux et community management ». Son intervention aura lieu le 4 décembre 2013 de 10h15 à 12h. Inscrivez-vous!

Plus d’informations suivront sur cette page !

Pour en savoir plus :

Nicolas Gasser

Floriane Fischer

Isabel Zbinden