Consumer made et e-participation : la production du Fairphone

Avec le consumer made, le consommateur prend part au processus de création d’un produit : un concept appliqué au Fairphone.

À l’écoute du nouveau consommateur

Les relations entre producteur et consommateur sont en profonde mutation. En effet, le consommateur joue un rôle de plus en plus actif et s’implique ainsi dans la création, la production et la promotion du produit qu’il désire acquérir. Le consumer made vise à collaborer avec les consommateurs afin de « modifier ou d’améliorer l’offre des entreprises et d’arriver ainsi à une création originale » (Cova, 2008).

À travers le concept du consumer made, il est possible de distinguer quatre approches managériales : la co-innovation, la co-détermination, la co-production et la co-promotion. Chacune de ces approches intègre le consommateur dans les activités de l’entreprise, ainsi Fairphone a opté pour la co-détermination, qui consiste à ouvrir un dialogue avec le consommateur pour connaître ses besoins et ses envies.

Fairphone : l’engouement pour un smartphone éthique

Le Fairphone est une petite révolution à lui tout seul : un téléphone uniquement vendu en ligne et qui n’est disponible auprès d’aucun opérateur. À l’origine de ce projet, une start-up néerlandaise qui voulait uniquement mettre en place une campagne de sensibilisation sur la provenance des métaux présents dans les smartphones. L’idée d’un portable répondant aux préoccupations éthiques des consommateurs apparaît et l’entreprise met en place un site Internet pour faire du crowdfunding.

En trois semaines, l’entreprise récolte 10 000 précommandes, un succès fulgurant pour un téléphone qui n’existe que virtuellement. Les consommateurs se montrent prêts à débourser une somme considérable et à faire confiance à la société qui n’a aucune expérience en la matière. Aujourd’hui 60 000 modèles de Fairphone ont déjà été écoulés et une deuxième version du téléphone est en préparation, avec 17 000 pièces d’or et déjà précommandées.

L’entreprise a non seulement écouté le consommateur pour déceler le besoin pour un produit qui n’était pas encore sur le marché, mais elle a également demandé à celui-ci de participer au financement de son futur téléphone. De plus, entre les deux versions du Fairphone, la société a recueilli les avis et suggestions des consommateurs sur les médias sociaux afin d’améliorer son produit. Une réussite qui démontre les effets positifs d’un dialogue soutenu entre consommateurs et producteurs.

À lire ailleurs :

Auteur : Aude Ratzé