La puissance de l’open innovation : le cas LEGO


Image 1 : Les communautés en ligne

Qu’est-ce que l’open innovation ?

L’open innovation (ou innovation ouverte en français) permet de partager des connaissances et de collaborer avec des acteurs internes mais surtout externes à l’organisation. Cette innovation ouverte a immergé grâce à la transformation digitale et la montée d’internet. Les personnes ont eu alors la possibilité d’avoir des nouvelles formes de communication et donc de collaboration. Ce qui fait que les organisations vont passer d’une innovation fermée à ouverte.

La différence entre innovation ouverte et fermée

Avant l’open innovation, l’innovation venait que de l’intérieur de l’entreprise et surtout du département recherche et développement avec des employés qui étaient payés pour trouver de nouvelles idées.

L’innovation ouverte permet à tout le monde de donner des idées aussi bien les employés de l’entreprise que des personnes externes comme des consommateurs, des universités ou des retraités.

L’image 2 ci-dessous nous montre comment l’open innovation change les frontières de l’organisation mais aussi de qui peut venir les idées.

Image 2 : L’innovation fermée VS ouverte

Quel est le lien entre open innovation et communauté en ligne ?

Les communauté en ligne sont donc une façon pour l’entreprise de faire de l’open innovation car elle va s’appuyer sur une communauté pour repérer des innovations ou engager des processus collaboratifs. Les organisations vont profiter du savoir du personnes pour qu’ils résolvent un problème ou trouvent de nouvelles idées de produits. Le plus gros avantage pour les organisations, c’est que cela réduit les coûts de l’innovation et qu’ils ont accès à des savoirs hétérogènes.

Cette citation permet de bien comprendre l’intérêt d’open innovation :

« 99.99% des personnes intelligentes dans le monde ne travaillent pas pour nous »

Neville Sonnenburg, P&G

Il n’y a pas que les communautés en ligne qui permettent aux entreprise de faire de l’open innovation, il y a aussi le crowdsourcing et les experts ou consultants (Lead Users). Mais tous ont le même but : prendre en compte les parties prenantes externes de l’organisation dans le processus de création d’un produit ou d’un service.


En quoi le cas l’open innovation a sauvé LEGO ?

LEGO est une entreprise familiale danoise qui fabrique des jouets. Elle a été créée en 1932 et a connu des décennies de succès jusqu’au point où, en 1990, le groupe LEGO est devenu l’un des dix plus grands fabricants de jouets au monde !

Cependant leur chiffre d’affaires a commencé à baisser à partir de 1998 et ce jusqu’en 2004 ce qui a failli faire disparaitre la marque. LEGO s’est focalisé sur les enfants comme public cible et a négligé durant des années, la communauté d’adultes mais, en 2004, le nouveau CEO décide d’adopter une nouvelle stratégie globale, plus ouverte sur l’extérieur et qui prend en compte l’avis des utilisateurs adultes de LEGO. Le fait de ne pas prendre en compte les adultes dans leur public cible n’a pas été la seule cause de leur chute car il y a eu aussi une trop grande diversification de l’offre et l’arrivé des MP3 ou des jeux vidéo qui ont aussi joué dans la balance.

Mais la prise en compte de la communauté en ligne d’adulte qui avec la démocratisation de la technologie a pris énormément d’employeur (car la e-participation a pu se développer rapidement et facilement notamment grâce aux réseaux sociaux, aux sites de partage, aux wikis ou encore aux blogs), a permis d’amener des feedback, des expertises techniques qui pouvaient résoudre des problèmes de design et d’innovation.

Image 3 : Publicité LEGO pour les adultes

Ces échanges ont été bénéfiques aussi bien pour LEGO que pour les communautés car les fans ressentent un sentiment de reconnaissance, d’appartenance de la part de l’entreprise et inversement LEGO profite des idées des communautés afin d’améliorer leurs produits. Ce changement de communication de la part de LEGO a permis aux fans de revisiter leur expérience avec LEGO et à l’entreprise de renaître, d’améliorer sa réputation et d’adopter des nouvelles méthodes pour s’innover.


Mathilde Pittet

Sources :

  • Cours du Professeur Asdourian : séance 2 – l’open innovation et les valeurs de la e-participation
  • Cours du Professeur Asdourian : Séance 3 – le Crowdsourcing
  • Cours de la Professeure Fauchart : séance 3 – l’ouverture à de nouvelles sources d’idées
  • Cours de la Professeure Fauchart : Session 7 – cas lego debrief
  • Michigan Ross School of Business (2013) « Lego® Products : Building Customer Communities Through Technology”, WBI Publishing

Sources des images :