Suis-je infobèse?

profileL’infobésité étant une surcharge informationnelle, se pose alors la question : devrais-je entamer un régime et réguler le nombre Go de ingurgité ?

Heureusement (!), Internet fourni des réponses à tout. http://www.calculermoninfobesite.fr/ m’a calculé mon degré d’infobésité. Résultat je suis « assez bon nageur ». Vous vous en doutez, le site est propulsé par une boite qui vend des logiciels d’aide à la gestion d’informations.

L’infobésité peut être une réelle source d’angoisse et accroitre le stress. Voilà donc un vrai challenge pour nous, étudiants et futurs professionnels de la communication, maitriser cette décharge informationnelle. Le concept est abordé, pour la grande majorité des auteurs, sous un angle professionnel. Pourtant il me semble qu’il touche tout autant dans la vie privée.

 

En tant qu’hyper connectés nous sommes aussi hyper inondés. Mais, et arrive le paradoxe, dans un certain sens nous le voulons bien.

Alors, infobésité : Le mal du siècle ?

 

 

A lire :

Principale source de création de valeur à condition d’être bien utilisée, l’information représente une contrainte majeure pour la plupart des entreprises. Elle menace de paralyser les processus de décision et d’innovation et d’engendrer une baisse de productivité. Elle est également devenue particulièrement anxiogène pour les individus, qui en subissent les effets néfastes sur les plans physique, émotionnel et intellectuel (syndrome de débordement cognitif, cyberdépendance, déficit d’attention). Et pourtant, plus que jamais, nous sommes tous accros à l’information qui nous donne l’illusion de l’ubiquité. Sommes-nous les victimes consentantes des nouvelles technologies ? in Infobésité Comprendre et maîtriser la déferlante d’information par Caroline Sauvajol-Rialland

 

Adeline

3 réflexions au sujet de « Suis-je infobèse? »

  1. J’ai également fait le teste Adeline et à ce qui paraît je suis un « excellent nageur »! 😉 Bon après c’est vrai qu’en temps qu’étudiante le nombre de mails reçus par jour n’est pas énorme non plus 🙂

    1. Disons plutôt: en tant qu’étudiant en communication Mabucom, nous savons gérer l’information reçue !

Les commentaires sont fermés.