User Generated Content : Le Cas du YouTubeur

Le succès phénoménal rencontré par les YouTubers, ces dernières années,  attirent l’intérêt des marques. Une nouvelle économie se développe autour de ces utilisateurs qui créent du contenu gratuitement.

Les YouTubeurs, ces créateurs de contenus

Qu’ils se spécialisent dans la mode, le jeu vidéo ou le court métrage, le YouTubeur reste à l’origine un utilisateur qui se lance dans le partage de contenu. Il utilise les moyens à sa disposition pour proposer une vidéo dans son thème de prédilection. Apparaissent ainsi les créateurs de web série, les comiques, les testeurs de jeux vidéo et bien d’autres. Suivis par une communauté de fans non négligeables, ils deviennent les acteurs d’un nouvel écosystème économique. Au gré des nouvelles générations, de nouveaux moyens toujours de plus en plus professionnels se développent chez ces amateurs de la caméra.

noob-serie
La communauté de la Web Série Noob a permis un crowdfunding réalisant l’objectif fixé à plus de 1000%

Nouveaux business modèles

Depuis 2007, YouTube offre la possibilité à ses usagers les plus suivis de monnayer leurs vidéos, à condition que le contenu soit entièrement créé. Les YouTubers peuvent ainsi gagner une certaine somme selon leurs nombres de vues. Malheureusement, certaines catégories d’usagers, comme les testeurs de jeux vidéo sont prétéritées par cette approche, en raison de leur utilisation d’image provenant de jeu vidéo. Ils se tournent alors vers les networks.

Les networks sont des sociétés nées en 2008. Elles négocient avec les entreprises titulaires des droits, sur des images de jeux vidéo par exemple, et servent ainsi d’intermédiaire entre YouTubeur et marque. Ce système est bien sûr un peu plus contraignant que celui proposé par YouTube, car les utilisateurs doivent reverser un certains pourcentages de leur revenu.

Mais ce n’est pas tout, d’autres marques ont leur regard rivé sur ses utilisateurs générateurs de contenu à la communauté large. Elles leurs proposent alors des contrats qui peuvent se décliner en placement de produit dans leur vidéo à l’apparition dans une publicité, comme l’a proposé Crunch à Norman Thavaud. La pratique n’est pourtant pas très courantes en France, car elle est mal vu des utilisateurs qui se voient utilisés ou qui estiment que la qualité de le vidéo s’en fait ressentir.

A cela s’ajoute la production de nouveaux contenus. Certains se lancent dans des one man shows, d’autres tentent leurs chances sur le petit écran ou encore certains se lancent dans l’édition. Tant d’opportunités pour des médias plus traditionnels de profiter de ses utilisateurs de YouTube souvent sympathique et dont la communauté de fan est grandissante.

Le rire jaune est une chaîne Youtube francophone animée par deux frères : Kevin et Henry Tran. Dans cette vidéo, Kevin explique le revenu réel d’un YouTubeur en France et donne un ordre de grandeur du bénéfice final gagné. En résumé, même si devenir un utilisateur générateur de contenu sur Youtube est accessible à tous, seul peu d’entre eux réussissent à s’attirer une véritable communauté et encore moins vivent véritablement de leurs passe-temps.

A lire ailleurs :

Auteur : Anaïs Grandjean

(Source images et vidéo : http://blog.realmatch.com/wp-content/uploads/2014/09/user-generated-content.png / http://www.letudiant.fr/image/articleetu/buzz/noob-serie.jpg / https://www.youtube.com/watch?t=98&v=GREO4tBLEm8)

Scoop.it : principes de curation et de veille

Le site Scoop.it permet à ses usagers de participer à la production ainsi qu’au partage de l’information par le biais de la curation et de la veille. Ces principes ont pour le but de rassembler, classifier et diffuser du contenu.

Introduction aux termes de curation de contenu et de veille d’informations

La curation de contenu permet de sélectionner, structurer, rassembler et diffuser de l’information. Le contenu déjà présent sur internet est utilisé pour permettre aux internautes de trouver toute l’information concernant un thème précis. Le travail d’un curateur consiste principalement en trois étapes. Résumé ci-après:

  • rassemblement et tri des informations pertinentes concernant le thème choisi ;
  • structuration du contenu de manière cohérente ;
  • mise à disposition et partage avec les internautes via divers réseaux

    Illustration des étapes de la curation
    Illustration des étapes de la curation

La veille d’informations utilise le même processus que la curation, cependant leur approche diffère. En effet, la curation est effectuée dans une optique récréative où le curateur pratique cette activité par désir d’acquérir de nouvelles connaissances ou simplement de développer un sujet. La veille se réfère au domaine professionnel et est réalisée sur demande. De ce fait, l’ensemble du travail effectué par le veilleur répond aux objectifs définis du commanditaire.

Introduction à Scoop.it : de la théorie à l’application

Il existe un certain nombre de sites internet qui fonctionnent sur les principes de la curation et de la veille. Storify, Paper.it, Shareezy ou Scoop.it en sont quelques exemples. D’ailleurs, ce dernier est l’un des plus utilisé dû notamment à sa présentation sous forme de journal et à son côté collaboratif poussé.

Lors de l’inscription à ce site, le choix entre un compte « gratuit » ou « business » qui donne accès à certaines options intéressantes pour la veille d’informations, est offert. Au niveau de son fonctionnement, Scoop.it reprend le processus de curation expliqué ci-dessus. La définition d’un thème et de mots-clés permet de référencer au mieux la page. La sélection du contenu consiste à ajouter divers articles, vidéos ou toutes autres informations jugées importantes, en copiant l’URL d’origine. Une fois le contenu référencé, Scoop.it l’importe automatiquement et lui donne un visuel atypique sous forme de « tuile ». Ceci permet d’obtenir une page ressemblant à un journal, comme l’illustre la vidéo ci-dessous:

Le site possède également une recherche interne qui donne accès aux pages des autres utilisateurs ainsi qu’à leur profil. Ceci permet de « suivre » l’actualité d’un curateur ou d’un thème via son fil d’actualité. Scoop.it présente également une compatibilité avec les réseaux sociaux, notamment Facebook, Twitter ou LinkedIn. En effet, cela permet de partager, communiquer et débattre sur un thème de manière optimale. En remplaçant le profil Scoop.it par celui d’un autre réseau tel que LinkedIn, le curateur ou veilleur peut obtenir une meilleure crédibilité et visibilité.

Lors de la création de cet article, il était nécessaire d’apprendre à utiliser Scoop.it pour être capable d’expliquer au mieux son fonctionnement. Pour ce faire, une page sur la thématique « Scoop.it et la curation de contenu » a été créée. Ceci a permis une familiarisation avec le site ainsi qu’une application de la curation de contenu. Cette page reste consultable et permet à tous les intéressés de s’y rendre pour approfondir le sujet.

A lire ailleurs:

Sources:

  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Curation_de_contenu ; consulté le 06.10.15
  • http://www.lachaineweb.com/comparaison-outils-curation-contenu-scoop-it-storify-paper-li-pearltrees/ ; consulté le 06.10.15
  • http://www.ecrirepourleweb.com/scoop-scoop-scoop-it-la-bonne-strategie/ ; consulté le 07.10.15
  • http://www.commentcamarche.net/faq/35176-scoop-it-creer-et-partager-sa-veille-d-informations ; consulté le 07.10.15

(Sources des images : http://blog.kinoa.com/wp-content/uploads/2011/04/curation1.jpg // http://www.scoop.it/)

Auteur : Sven Peter