CHINE : BIG DATA IS WATCHING YOU

Le gouvernement chinois prévoit de lancer un « Système de crédit social » en 2020. Le but de ce dispositif ? Juger du niveau de fiabilité de tous ses citoyens en leur attribuant une note globale.

Acheter en ligne, visionner du contenu ou encore interagir sur les réseaux sociaux font partie de notre quotidien. Au fil de nos navigations, nous laissons derrière nous des traces qui sont collectées par différents services. Jusqu’ici, rien de nouveau. Imaginons maintenant que ces comportements soient évalués comme positifs ou négatifs puis traduits en un seul score. Un nouveau scénario tout droit sorti de l’imagination d’Orwell ? Non, celui du gouvernement chinois, prévu pour ses citoyens en 2020.

Une note à partir des données personnelles

En juin 2014, le Conseil d’Etat de Chine publiait officiellement sa volonté de développer un système permettant d’attribuer une note de crédit social à chaque citoyen sur la base de données financières, sociales, politiques et juridiques. Le document officiel a ensuite été traduit et posté par Rogier Creemers, chercheur à l’Université d’Oxford.

Selon le gouvernement chinois, l’objectif de ce système est de renforcer la confiance à l’échelle nationale et de construire une culture de la sincérité.

Comment ça marche ? Une phase d’essai

Huit entreprises privées se sont vues octroyer une licence pour développer un projet pilote. L’un des plus connu, Sesame Credit, a été mis au point par Ant Financial Credit Group, une filiale du géant Alibaba e-commerce. Celui-ci exploite la plus grande plateforme de vente en ligne au monde.

Sesam credit prend en compte cinq facteurs pour calculer le score de ses utilisateurs :

  1. L’historique de crédit : Avez-vous payé vos factures dans les délais ?
  2. Les obligations contractuelles : Avez-vous respecté vos contrats ?
  3. Les caractéristiques personnes : Quelle est votre adresse, quel âge avez-vous ?
  4. Le comportement et les préférences : Combien de temps visionnez-vous des vidéos par jour? Quelles sont vos habitudes d’achat ?
  5. Les relations interpersonnelles : Qui sont vos amis? Quels échanges entretenez-vous à propos de la politique du pays ?

Quelles implications pour les citoyens?

Pour l’instant, la version d’essai du système de crédit social Sesame Credit n’est pas obligatoire pour les citoyens. Comment expliquer les millions de participants volontaires ? Un bon score va de paire avec certains privilèges, comme par exemple celui de se présenter en check-in VIP à l’aéroport de Beijing. Le statut social joue également un rôle : un mois après le lancement de Sesame Credit, 100’000 citoyens avaient déjà affiché leurs scores sur l’équivalent chinois de Twitter.

Le revers de la médaille ? Le gouvernement chinois a déjà publié une liste dessanctions possibles lorsque le système s’appliquera à tous les citoyens en 2020. De la connexion internet plus lente, à l’accès restreint à certains loisirs ou certaines écoles privées, un faible score affecte tous les domaines de la vie en société.

Le Système de crédit social représente le scénario catastrophe par excellence: celui d’une disparition de la vie privée par une totale mise à nu de la vie numérique.

A lire ailleurs : 

(Source des images : media.breitbart.com/media/2015/09/chinag-cyber-hackers-Reuters-640×480.jpg / https://img.washingtonpost.com/rf/image_1484w/2010-2019/WashingtonPost/2016/10/21/Foreign/Images/China_SocialCreditSS.jpg?uuid=ttmVlpeWEea7Kb8nAdvgow)

Auteur : Floriane Siegenthaler

Relecture : Julia Siegenthaler