FACEBOOK: LE MONDE DES MORTS

Que devient notre profil Facebook après la mort? Comment gérer les profils des défunts? Le cofondateur du site, Mark Zuckerberg, a dû mettre en place un système pour faire face à ces problèmes.

Toujours plus de morts

Facebook est le troisième site web le plus utilisé au monde après Google et Youtube, avec environ 2 milliards d’utilisateurs. Toutefois, le réseau social n’est pas uniquement utilisé par des personnes vivantes, mais également par celles qui ont quitté ce monde.

« Sur Facebook, les morts et les vivants coexistent dans le même espace. Les défunts restent dans vos listes d’amis, au même titre que les autres. » Patrick Stoke, professeur en  philosophe à l’université de Deakin

Il y en a qui en profitent…

Tôt ou tard, presque tout le monde aura dans ses amis de Facebook au moins une personne qui est décédée et dont le profil est encore en ligne. Cela deviendra presque normal d’aller visiter son profil pour se rappeler, à travers les photos, vidéos et commentaires présents sur sa page, les beaux moments passés avec elle. Ces profils errants deviendront alors des sortes de tombeaux numériques donnant l’impression que la personne est encore vivante, qu’elle ne nous a pas quittée.

Des comptes (presque) impossibles à supprimer…

La présence d’autant de morts sur Facebook est due au fait que la suppression du compte n’est pas facile, et ceci pour deux raisons :

  • psychologiquement : effacer tous les contenus crées par la personne décédée (commentaires, photos etc.) peut s’avérer très douloureux parce que cela donne l’impression de la voir mourir une deuxième fois ;
  • techniquement: pour supprimer définitivement un compte il faut passer par plusieurs étapes qui impliquent des aspects administratifs.

…et des solutions peu satisfaisantes

Les responsables de Facebook ont mis en place deux systèmes pour faciliter les démarches concernant la suppression, ou le maintien, d’un compte qui n’est plus actif.

En 2009, la modalité « commémoration » a été crée pour permettre aux proches de garder le profil et l’utiliser comme de lieu de recueillement pour les connaissances du défunt. Cependant, pour avoir un compte de commémoration, il faut justifier la mort de la personne avec un certificat de décès, lequel doit être envoyé à Facebook et approuvé par les responsables. Le problème ? Beaucoup de personnes s’inscrivent sur le site avec des faux noms et ceci peut causer des problèmes au niveau de l’approbation.

Pour résoudre ce problème, depuis 2005 Facebook propose aux utilisateurs de nommer un « légataire » du compte commémoratif, c’est-à-dire une personne responsable du compte en cas de décès. La marge de manœuvre du légataire est très limitée puisqu’il peut uniquement accepter de nouveaux amis, mettre à jour l’image de profil ou demander la suppression du compte.

Une identité immortelle

Le fait de désigner une personne responsable de notre compte Facebook peut paraitre comme un « testament numérique » qui nous permet de continuer à vivre même après notre mort physique. Notre identité devient alors immortelle, comme si nôtre âme était encore dans ce profil qui nous fait office de corps.

« Le Web représente en quelque sorte une allégorie de l’au-delà, on ne peut pas le toucher, ni le matérialiser. C’est un espace illimité, qui rend immortel : nous y survivrons tous après notre mort. Il y aura des traces. » Vanessa Lalo, psychologue spécialisée dans le numérique

Une question se pose alors : pourquoi vouloir continuer à exister ? On dirait presque que les gens ont peur d’être oubliés, qu’ils refusent d’être mis dans la « boite à souvenirs » et décident alors de continuer à vivre à travers une identité numérique qui ne peut (presque) jamais disparaitre.

Mais est-il vraiment correct pour nos proches de s’occuper de nous malgré le fait qu’on n’est plus là ?  Est-ce que ceci pourrait avoir un impact négatif sur leur deuil? Et en ce qui concerne notre vie privée ? Il ne faut pas oublier qu’une partie de ce qu’on était serait dévoilée sans scrupules à la personne qu’on a désigné comme responsable de notre profil . Il faut alors très bien la choisir.

Ce sont des questions que chacun de nous devrait se poser avant de décider de devenir immortel.

Sources

(Sources des images: http://nextplz.fr/smartphone-apps/content/2058998-qui-gerera-votre-facebook-apres-votre-mort / https://www.opnminded.com/2015/02/17/choisir-legataire-facebook-apres-sa-mort.html )

Auteur : Leah Szkielko

Relecture: Marie Schöpfer