La vérité troublante d’un profil Instagram

À l’ère où les médias sociaux prennent de plus en plus de parts de marché dans le domaine de la publicité. Les sociétés ont recours à des stratagèmes déroutants pour atteindre leur public cible.

La publicité sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sur le web ont bousculé les modèles traditionnels de marketing. Aujourd’hui la plupart des entreprises se posent la question suivante : comment communiquer efficacement dans un monde où les individus sont des acteurs impliqués dans l’échange d’information et d’opinions ?

Sous l’effet de la révolution du numérique, il est de plus en plus difficile de transmettre un message à un public cible. Alors que certaines marques (mode, luxe et technologie) captent des flux considérables sur les réseaux sociaux, d’autres ne savent plus comment faire pour attirer l’attention. La communication à travers les communautés virtuelles peut-être une des solutions à cette problématique.

Le bouche-à-oreille sur les réseaux sociaux

On sait aujourd’hui que les informations sur les médias sociaux peuvent se diffuser très rapidement. La chercheuse Mercanti-Guerin (2010), compare les réseaux sociaux à des phénomènes anciens comme le bouche-à-oreille remis au goût du jour par Internet via le Buzz. Les plateformes sociales permettent de partager sa vie et d’observer celle des autres, il est également possible de se divertir, d’interagir avec des communautés et de partager des informations qui peuvent être utiles à d’autres internautes.

Ainsi, les médias sociaux recensent les avis, conseils et expériences sur l’utilisation d’un produit ou d’un service publié par des individus lambda, car ces informations sont jugées plus crédibles par les internautes que les conseils émis par les stars qui sont souvent corrompues par les marques. C’est ce qui a fait le succès de nombreux influenceurs aujourd’hui, des individus neutres partageant leurs opinions et expériences de vie auprès de communautés virtuelles. Un expert du domaine a défini cinq critères de succès pour devenir un influenceur sur la toile :

  • Avoir une vraie connexion avec le lectorat ;
  • Avoir une personnalité originale et authentique ;
  • Écrire avec passion ;
  • Démontrer son expertise et son autorité ;
  • Être digne de confiance.

C’est peut-être le mélange de ces ingrédients qui a fait le succès du profil Instagram de la Parisienne Louise Delage cet été.

Une personne inventée de A à Z

Le 1er août 2016, les utilisateurs du réseau social Instagram ont découvert une jolie Parisienne de 25 ans : Louise Delage. Elle publiait fréquemment des photos de ces activités au soleil, dans une piscine, dans les rues de Paris, en terrasse ou encore en soirée mondaine avec ces amis. De plus, elle connaît les bons hashtags pour attirer de plus en plus d’abonnés.

louisedelage

Photo de Louise Delage sur Instagram

Les « likes » se sont progressivement accumulées jusqu’à obtenir 7’500 abonnés et plus de 50’000 «j’aime» en septembre 2016. Elle est rapidement suivie par des influenceurs du réseau social, de la blogueuse Lisa Gachet (Make My Lemonade) à l’actrice Juliette Binoche. Mais qui est-elle vraiment ? Une nouvelle influenceuse qui a su mettre en pratique les critères cités précédemment? Non enfaite Louise Delage n’existe tout simplement pas.

Des effets décevants

Le compte Instagram Louise Delage est une campagne (gratuite) de sensibilisation pour le fonds Actions Addictions qui lutte contre les dépendances. Si l’on regarde de plus près les photos postées par la belle Parisienne, un élément commun ressort : l’alcool. Une bouteille ou un verre étaient présents sur chacun de ses clichés. Le but de l’association était de démontrer que la consommation d’alcool peut devenir invisible dans un monde où « bien paraître » signifie souvent avoir un verre à la main.

Mais c’est un demi-succès pour l’association. Les effets de la campagne ne sont apparemment pas à la hauteur du buzz généré. En tout cas, c’est ce qu’affirme Stéphane Xiberras, président de l’agence de communication BETC qui a mis en place cette campagne:

“On pensait que davantage d’abonnés se rendraient compte du comportement de Louise. Mais peu d’entre eux ont détecté le piège – parmi lesquels un journaliste, évidemment. Finalement, la majorité a seulement vu une fille mignonne et pas du tout une fille esseulée, qui n’est en fait pas du tout heureuse et qui a un sérieux problème d’alcoolisme”.

Au final, il aura fallu un photographe et un mannequin pour générer 500 000 vues et 140 articles sans investir un seul euro dans un plan média. L’idée de créer une communauté virtuelle autour de la jeune fille pour toucher un maximum de personne est bien plus intéressante financièrement comparé à une publicité sponsorisée sur les réseaux sociaux.

Cette vidéo est le dernier post publié sur le profil Instagram de Louise Delage. Le but est d’informer les internautes que l’addiction à l’alcool peut  devenir invisible aux yeux de nos proches.

A lire ailleurs :

Références :

(Source des images: http://images.atelier.net/sites/default/files/imagecache/scale_crop_587_310/articles/418700/atelier-reseau-social.jpg, https://www.instagram.com/p/BKmCU8VhEc5/?taken-by=louise.delage)

(Source de la vidéo: https://youtu.be/4PJcJcy89oY)

 Auteur: Myriam Schaffter
Relecture : Aleandro Nassisi, Loïc Jeanneret