GenY vous dit de Just Do It

Les millénaires s’accordent beaucoup d’attention au fitness. Cela a créé une croissance énorme dans les applications de fitness et wellness. Je vais découvrir ce phénomène avec l’exemple de Nike.

Les enfants du millénaire, ou bien la génération Y, regroupe des individus nés approximativement entre les années 1980 et le milieu des années 1990. Ce sont les natifs du numérique, ayant grandi pendant l’explosion du web documentaire et du web social avec toutes ces nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Les millénaires demandent des applications de la santé et wellness
Les millénaires demandent des applications de la santé et wellness

Ils utilisent leur natel pour pratiquement tout – consommation du contenu, shopping, pour parler avec leurs amis, etc. Mais d’ailleurs, les millénaires accordent la plus de valeur à la famille et la santé. Ils sont la force motrice derrière de la croissance de 88% dans les applications liées au fitness et wellness. C’est une génération sur le pouce, avec un mode de vie actif, et qui apprécie les marques capables à s’adapter à cette cadence accélérée.

Sachant que la GenY accorde beaucoup de l’attention au contenu, il est important de le garder en tête, lorsqu’on essaye de connecter avec eux. La magie ce n’est que d’être présent online. Plus important c’est comment on est présent. Quel est le contenu? Est-ce qu’il s’engage? Les jeunes peuvent-ils faire confiance en ce qu’on leur propose? Peuvent-ils faire confiance en cette marque?  

Nike, dans leur top 10

Grâce à sa nature personnalisable, une des marques qui est définitivement dans la liste de favoris des millénaires est Nike. 40% des jeunes veulent être impliqués dans la co-création des marques mais également des produits. En jetant un coup d’oeil au site officiel de cet équipementier américain, on trouve les onglets “Homme”, “Femme”, “Garçon”, “Fille”, et “Personnaliser”. Ils ont toute une section dédiée à personnaliser leurs produits. Ce qui est extrêmement important pour les millénaires qui veulent que la marque reflète leur personnalité.

Même plus important que la personnalisation est la forte présence sur le web. 62% des millénaires sont plus loyaux aux marques avec la présence sur les réseaux sociaux qui s’engage directement avec les consommateurs. Ou bien avec les consom’acteurs, désignant un nouveau type de consommateur, un consumériste averti, qui n’accepte plus passivement les biens et les services qu’on lui propose. Ceci étant, ces millénaires s’attendent à avoir une relation authentique et réelle avec les marques qu’ils aiment, et pour qui, ils sont prêts à partager leurs réactions, soit positives, soit négatives.

social-media-marketing-nike-plus-21Nike est sans aucun doute en avance sur ses concurrents quand il s’agit de l’engagement social. Avec leur 27.3m de fans sur Facebook et 67.6m sur Instagram, et avec le contenu qui ne cesse pas d’être inédit, cool, et attractif, je pense que Nike est un exemple parfait à utiliser.

“Notre but ultime est celui de nous connecter avec le consommateur là où il se trouve. Nous comptons y arriver en délivrant le bon message à la bonne personne au bon moment, en incitant nos fans à participer et
à interagir avec nous de manière spontanée et directe.”  – Jesse Stollack, directeur du département digital chez Nike de 2010 jusqu’à 2014

nike
Nike crée une communication privilégiée avec ses consommateurs

Alors, quelles sont les stratégies sociales de Nike?

Selon Mikolaj Jan Piskorski, l’auteur de A Social Strategy: How We Profit From Social Media, on peut conclure les stratégies de Nike en trois points.

  1. Nike augmente la volonté de payer pour ses produits en permettant aux gens de rencontrer de nouvelles personnes et de renforcer leurs amitiés lorsqu’ils connectent le produit aux plateformes sociales de Nike.
  2. Nike baisse ses coûts d’acquisition de clients en permettant aux gens de renforcer leurs amitiés lorsqu’ils publient des mises à jour et des vidéos.
  3. Nike baisse son coût d’acquisition de données en permettant aux gens de rencontrer de nouvelles personnes quand ils courent beaucoup et soumettent des données de leurs trajets.

L’incorporation des médias sociaux dans l’activité physique et sportive est le futur pour l’industrie fitness. Les millénaires sont définitivement sur la ligne de départ de cette nouvelle tendance. Je ne sais pas pour vous, mais quant à moi, j’ai hâte de voir les étapes suivantes qui nous attendent. Mais pour le moment, il est temps de prendre mon sac de sport et aller au gym!

giphy

Sources:

Sources des images: 

Auteure: Melani Kalev

Dénonciation ou manipulation: la vérité qui se cache derrière un compte Instagram à succès

Modèles, blogueurs, entraîneurs sportifs ou encore cuisiniers en herbe, les médias sociaux ont redéfini la notion de célébrité à travers la création d’influenceurs du Web. D’un autre côté on suit, on admire, on jalouse parfois même ces nouvelles idoles des générations Y et Z. Mais en réalité que se cache derrière ces Instafamous personae ?

« Etre populaire sur Instagram c’est à peu près la même chose que d’être riche au Monopoly » Glamour, France, août 2016

La vie que quelqu’un mène sur Instagram n’est pas aussi Instaperfect qu’elle peut sembler, voire même être réelle! Louise Delage en est le parfait exemple.

Cette jeune parisienne de 25 ans a fait ses débuts sur la plateforme en partageant des photos de son mode de vie luxueux. Allant de son look chic à ses vacances somptueuses ou encore en passant par des fêtes extravagantes, Louise Delage a obtenu en moins de deux mois sur son compte Instagram plus de 47’000 followers, tous prêts à la suivre dans ses aventures Instamagical.

Mais qui est Louise Delage ?

👀 Look 👀

A post shared by Louise Delage (@louise.delage) on

Miss the sea 🐟

A post shared by Louise Delage (@louise.delage) on

White lights

A post shared by Louise Delage (@louise.delage) on

La jeune star Instragram est en réalité une contrefaçon ! « Louise » est une création de BETC Digital, une agence marketing parisienne qui a lancé, à l’aide du faux compte, une campagne d’aide à l’addiction intitulée « Like My Addiction ».

En effet, n’avez vous pas remarqué quelque chose d’étrange à propos de Louise ? Ne vous en faites pas, presque personne n’a distingué la supercherie : sur chacune des photos qui mettent en scène la somptueuse vie de Louise Delage, la it girl tient un verre d’alcool.

L’organisation qui se cache derrière ce faux compte a voulu sensibiliser les jeunes utilisateurs d’Instagram à propos de l’omniprésence d’alcool sur les réseaux sociaux et démontrer qu’il est difficile de remarquer l’addiction d’une personne. La campagne entendait faire comprendre aux internautes que sans même s’en rendre, via un simple like, ces derniers peuvent entretenir le comportement à risque d’une personne.

Le dernier poste sur le compte de Louise Delage, une vidéo, a valeur de dénouement : elle nous montre que cette jolie jeune femme est entourée d’alcool sur chacune des photos partagées. On peut donc dire qu’aucun abonné ne connaissait la vraie Louise…

Faux mouvements et manipulations

Manipulation communicationnelle ou dénonciation judicieuse, ce type de campagne de marketing viral est de plus en plus répandu. Allant de la création de faux comptes en ligne ou encore au camouflage intentionnel d’une personnalité ou d’une entreprise derrière un média social, ces faux mouvements sur Internet peuvent être contestés.

Cette nouvelle technique, intitulée l’astroturfing, s’effectue lorsque la source du message cache sa réelle identité et donc ainsi ses propres objectifs. Cette stratégie communicationnelle est réalisée en général par des organisations, des entreprises ou encore des parties politiques qui conçoivent une fausse identité et se cachent ainsi en organisant des campagnes afin d’influencer la société à son propre insu.

Le faux compte de « Louise » et les buts qu’il vise peuvent être débattus. Mais jusqu’où cela peut-il aller ? Une chose est sûre, les réseaux sociaux donnent un grand pouvoir en matière de manipulation qu’il ne faut pas négliger. Si les médias traditionnels, au cours de leur histoire, ont produit leur propre critique, aujourd’hui, l’un des enjeux du Web 2.0 est sans doute la fabrication, par les internautes eux-mêmes, d’un nouveau sens critique et d’une réflexivité qui soient en mesure de décoder la complexité des informations et des messages iconiques en ligne.

Sources

Vidéo

(Sources des images : https://www.instagram.com/louise.delage/?hl=enhttp://www.canvas8.com/signals/2016/09/28/louise-delage-hoax.html?navPath=LIBRARY–LATEST)

Auteur : Victoria Jaccoud.

Les régimes amaigrissants online: à l’heure où smartphones et ordinateurs prennent la place des coachs alimentaires

Grâce aux avancées technologiques, suivre un régime devient accessible à tous.

Calculer son activité physique journalière, compter ses calories, établir un bilan de son état de santé ou encore faire un programme personnalisé d’amincissement n’a jamais été aussi simple grâce aux nouveaux outils numériques mis à disposition sur les smartphones et plateformes internet.
Continuer la lecture de Les régimes amaigrissants online: à l’heure où smartphones et ordinateurs prennent la place des coachs alimentaires

Les Réseaux Sociaux – tous des clones en fin de compte ?

titelbild

Instagram, Twitter, Facebook et Snapchat – quatre des réseaux sociaux les plus populaires et importants pour les jeunes personnes en Suisse.[1] Est-ce que vous arrivez à vous imaginer votre quotidien sans ces réseaux sociaux ? Sans entrer en interaction avec vos amis, sans vous laisser inspirer par des bloggeurs ou juste passer le temps à découvrir ?

En même temps, ces réseaux sociaux se ressemblent de plus en plus par rapport à leurs fonctions et leur utilité. Comme nous l’avons déjà vu par rapport aux médias traditionnels, il y a aussi dans ce domaine des réseaux sociaux une certaine convergence non négligeable. Voici les différentes étapes les plus importantes pour démontrer cela :

Commençons par Facebook, LE réseau social depuis 2004 – et après plus de 10 ans toujours increvable. 1,71 milliards personnes utilisent Facebook en 2016.[2] Il faut s’imaginer les possibilités d’interactions que nous avons avec cette masse de personne qui utilisent activement Facebook actuellement. Pendant que chaque utilisateur (que ce soit un individu ou une entreprise) peut créer son propre « mur » et se défouler sur celui-ci en mettant des photos et des vidéos (propres ou partagées) et en philosophant sur tout et n’importe quoi, Facebook nous permet également de créer un réseau avec les autres internautes.

Facebook semble avoir milles fonctions, dont certaines sont évidentes et d’autres sont plus cachées, mais il existe une « nouvelle » fonction depuis juin 2013 : l’Hashtag. En fait, ce n’est pas une nouvelle fonction, car déjà auparavant l’on pouvait très bien décorer ses photos et vidéos par des Hashtags. Mais depuis ce jour de juin en 2013, ces Hashtags sont cliquables. Mais attendez… ne connaissons-nous pas ce principe depuis un moment sur un autre réseau social ? Mais oui ! Parlons donc de Twitter, apparu en 2006, donc deux ans après Facebook.

Ces Hashtags (pour y arriver il suffit de mettre le fameux croisillon avant la #notion), sont de mots-clés qui ont comme fonction de rassembler des déclarations sur un certain sujet. En cliquant sur un Hashtag sur Twitter, nous arrivons à trouver toutes les déclarations qui ont été faites par rapport à ce mot-clé. Sur Facebook il se passe la même chose, mais dans un cadre beaucoup plus restreint : Nous voyons que des contributions que nos amis ont aimées ou publiées eux-mêmes. Aimer… Le fameux « Like » sur Facebook existe aussi sur Twitter. À l’aide d’un petit cœur, nous pouvons déclarer notre accord. Ce petit cœur que nous retrouvons également sur Instagram.

Depuis 2010, Instagram nous permet d’uploader des photos et des petites vidéos vers le net. Les Hashtags sont ici également un phénomène important. Si l’on n’a pas privatisé son compte, TOUT LE MONDE a accès aux photos et vidéos de notre mur. Donc si vous aimeriez être connu : ouvrez votre compte, déclarez vos photos avec le plus de Hashtags possibles et prenez plaisir du fait que Madame ou Monsieur X à l’autre bout du monde se fait une image de vous par le biais de vos photos. Et si vous-mêmes faites partie des gens qui adorent découvrir et soudainement vous voyez par exemple votre homme ou femme de rêve : depuis 2013 nous avons la possibilité de passer des messages privés sur Instagram ! Comme déjà sur Facebook…

Le dernier coup par rapport à la copie des fonctions d’autres réseaux sociaux vient également d’Instagram : les fameux « Stories » de Snapchat ont trouvé leur chemin vers le concurrent. Depuis cet été, nous avons la possibilité de créer une « Slideshow » avec différentes photos et vidéos – et celle-ci sera effacée après 24h.[3] À l’aide de divers outils, nous pouvons, comme sur Snapchat, mettre un commentaire, des cœurs colorés ou des caractères rigolos. D’ailleurs, Snapchat a été fondé un an après Instagram, donc en 2011. Pourtant les fameux filtres comme Gingham, Juno, Valencia ou Lo-Fi font aussi partie de Snapchat – même si les filtres sur Snapchat vont plutôt dans une direction rigolote et drôle.

Les fonctions partagées – ou plutôt copiées – dans les différents réseaux sociaux sont nombreuses. Je vous ai présenté une petite quantité de ces centaines de fonctions. Pourtant, la personne qui connaît toutes les fonctions de tous les réseaux sociaux a soit beaucoup de temps, soit un immense intérêt. Pour moi personnellement cela devient fatiguant. Avec chaque actualisation, je dois m’adapter à des nouveautés (dont je n’ai la plupart du temps nullement besoin, mais que je retrouve sous d’autres forme sur un autre réseau social).

Imaginons-nous l’idée d’un seul réseau social qui réunirait toutes les possibilités d’Instagram, Twitter, Facebook et Snapchat. Qui nous permettrait de faire tous ce que l’on peut jusqu’à présent : entrer en interaction (en public ou en privé), nous rendre plus beaux en appliquant des filtres avant d’uploader des photos vers la toile, de liker les publications des autres, trouver des bijoux de publication et en discuter en communauté au travers des Hashtags et de suivre des personnes qui mettent en avant la partie chouette de leur vie par des Slideshows. Un méga-réseau social avec le nom : InsTwiSnapBook.

 

 

[1] MCSCHINDLER.COM. Social Media in der Schweiz: Neue Zahlen für 2016. URL: https://www.mcschindler.com/2016/06/06/social-media-in-der-schweiz-neue-zahlen-fuer-2016/ (Consulté le 18 octobre 2016)

[2] STATISTA. Anzahl der monatlich aktiven Facebook Nutzer weltweit vom 3.Quartal 2008 bis zum 2. Quartali 2016 (in Millionen). URL : https://de.statista.com/statistik/daten/studie/37545/umfrage/anzahl-der-aktiven-nutzer-von-facebook/ (Consulté le 18 octobre 2016)

[3] WELT. „Instasnap“ führt zurück ins echte Leben. URL: https://www.welt.de/vermischtes/article157496912/Instasnap-fuehrt-zurueck-ins-echte-Leben.html (Consulté le 19 octobre 2016)

Mais pourquoi crowdfundons-nous?

Quel internaute n’a jamais été confronté à une demande de crowdfunding? Mais quelles motivations se cachent derrière notre contribution individuelle?

Qu’est-ce que le crowdfunding ou financement participatif ? Il s’agit d’un moyen de récolter des fonds pour financer des projets, en se basant sur le soutien d’une multitude d’acteurs. Né bien avant les années 2000, la pratique s’est démocratisée et répandue dans les années 2005 avec l’apparition du web 2.0 qui a permis de faciliter l’entrée en contact avec une masse de micro-investisseurs.

Illustration du fonctionnement du crowdfunding
Illustration du fonctionnement du crowdfunding

Tu as une nouvelle idée ou rêves de réaliser ton propre projet ? Multiples sont aujourd’hui les plateformes te permettant de le financer. Mais qu’est-ce qui nous pousse à soutenir le projet d’un inconnu? Est-ce les contreparties matérielles?

Il semblerait que non, d’ailleurs on ne nous en propose pas toujours. Prenez l’exemple du don caritatif. Le crowdfunding semble généralement profiter d’une vision plus large que le simple retour matériel pour l’acteur individuel.

Gerber et al. (2012) mirent en évidence que les investisseurs sont à la recherche de contreparties. Les sommes investies sont calculées en fonction des contreparties ou sur la base d’une estimation de la valeur du produit fini et du retour sur investissement prévu (ex tiré de l’article: un individu investit 10$ pour un film, ce qui représente le prix du téléchargement du film en haute définition).

Une autre motivation consiste à soutenir l’innovateur ou une cause dans sa démarche, ceci car l’individu apprécie le mode même de financement ou sur la base d’affinités personnelles (aider un ami, soutenir une cause lui étant chère, aider l’autre à atteindre son but).

Une troisième motivation consiste à se sentir appartenir à une communauté et de participer ensemble à une nouvelle création. Derrière l’idée de communauté apparait également l’idée de promotion de la collaboration, facilitée par cette démarche.

On constate ainsi que les contreparties de diverses natures sont en effet à la base même de la motivation à soutenir un projet, mais qu’elles ne se limitent pas au simple objet matériel.

A lire ailleurs :

Gerber, E. M., Hui, J. S., & Kuo, P. Y. (2012). Crowdfunding: Why people are motivated to post and fund projects on crowdfunding platforms. In Proceedings of the International Workshop on Design, Influence, and Social Technologies: Techniques, Impacts and Ethics. Repéré le 28 novembre 2015 à juliehui.org

(Source des images : http://entreprendre.univ-lyon3.fr/crowdfunding-financement-partipatif/ http://www.quickenloans.com/blog/crowdfunding-benefits-and-risks)

Auteur : Clelia Malinverni

Présentation du DAT de Nestlé en images

Voici quelques clichés de la préstentation de M. Abdel-Samie  mercredi 22 avril.

Merci Florence pour les photos!

Merci à lui pour sa présentation et ses réponses très instructives, et à tous les étudiants présents pour leurs questions très intéressantes et leur participation! Retrouvez quelques autres photos et tweets avec le hashtag #NestleDAT sur twitter, avec les commentaires de @Jackotro et @Kheenro

DAT2

DAT5

DAT8

DAT3

DAT1