Snapchat-Dysmorphia: Ist der digitale Fortschritt ein gesellschaftlicher Rückschritt?

Durch soziale Medien können psychische Probleme entstehen oder gar verstärkt werden, so auch die sogenannte Snapchat-Dysmorphia. Eine Krankheit, bei der das ständige Bearbeiten von Selfies zu Schönheitsidealen führt, die nicht mehr mit der Realität übereinstimmen. Doch wer trägt die Schuld dafür und wie kann dieses Phänomen vorgebeugt werden?

Eine schmale Nase, ausgeprägte Wangenknochen, volle Lippen und einige Sommersprossen, wo eigentlich keine sind – so präsentieren sich die einen oder anderen auf Instagram und Snapchat. Filter namens «Plastica» oder «Bad Botox» verändern Körperpartien, sodass diese aussehen wie nach einem Besuch beim plastischen Chirurgen. Solche Filter-Effekte finden hohen Anklang – so wurde der Filter «Plastica» allein im ersten Monat nach Erscheinung über 170 Millionen Mal verwendet und rund 14 Prozent der Selfies werden digital bearbeitet. Doch problematisch scheint damit einhergehend auch die Selbstwahrnehmung des eigenen Körpers. Ein Ideal des Selbstbildes wird virtuell erstellt, dass nicht mit der Realität übereinstimmt. Es entsteht das Risiko einer Körperschema-Störung durch die sozialen Medien, die sogenannte Snapchat-Dysmorphia.

Das Aussehen als Stressfaktor
Snapchat-Dysmorphia wurde erstmals Anfangs 2018 von Forschern der Boston University School of Medicine beschrieben. Sie hat ihren Ursprung in einer Körperdysmorphen Störung, die sich vor allem durch Symptome wie die ständige Beschäftigung mit dem Aussehen, übermässiger Vergleich mit anderen und häufiges Betrachten im Spiegel, aber auch Kratzen, Zwicken und Zupfen der Haut und vieles mehr äussert. Diese erwähnten Verhaltensweisen bestimmen den Alltag der Betroffenen, denn sie beanspruchen zwischen 3 bis 8 Stunden pro Tag. Die Symptome können als Folge Depressionen, sozialer Rückzug oder gar Suizidgedanken auslösen. Allgemein ist hier eine Einschränkung der Lebensqualität sichtbar. Durch die sozialen Medien hat die Körperdysmorphe Störung eine neue Dimension angenommen: Snapchat-Dysmorphia. Davon ist die Rede, wenn Menschen ständig um ihr Aussehen besorgt sind und dadurch unrealistische Schönheitsideale entwickeln, indem sie ihre Bilder durch Bearbeitungstechnologien verändern.

Wo das Selfie den Spiegel ersetzt
Während im realen Leben Selbstoptimierung und Identitätsbildung vor allem im Jugendalter ein wichtiges Thema sind, geschieht dies mittels neuer Technik auf den sozialen Medien. Dabei bleibt der Transformationsprozess aus, was zu kritischen Stimmen gegenüber dem digitalen Fortschritt führt. Laut dem plastischen Chirurgen Dr. Esho sind die sozialen Plattformen und vor allem die Filter verantwortlich für vermehrte Schönheits-OP’s. Wo früher Klienten wie Stars aussehen wollten, kommen heute meist Frauen mit einem filterüberzogenen Bild in seine Praxis. Weiter kritisiert Esho, dass der Selbstwert in der digitalen Welt vor allem auf Likes und Followers aufbaut, wobei sich diese wiederum erst ergeben, wenn das Foto einem Schönheitsideal entspricht. Somit verstärken und beschleunigen soziale Medien den Trend, denn die momentane Generation ist ständig online und um ihr Aussehen bemüht – mehr als je eine Generation zuvor. Auch Psychologin Hilary Weingarden sieht das Problem bei den sozialen Medien. Durch die heutigen Technologien wie Snapchat werden neue Formen der ritualisierten Obsession bezüglich des Aussehens gar erst möglich. Während die Betroffenen früher einen Spiegel benötigten, um ihre äussere Erscheinung zu überprüfen, kann heute mit wenigen Klicks dank dem Smartphone ein Selfie geschossen werden. Durch das Bearbeiten und Veröffentlichen des Bildes auf den sozialen Medien wird dieses Ritual weiter verstärkt, denn dabei erhalten Userinnen und User Likes und Anerkennung.

Zurück zu inneren Werten
Doch wie kann dieses Problem gelöst werden? Klar ist, eine Schönheits-OP hilft nicht weiter. Im Gegenteil: Laut Forschern würde dies die Komplexe gar verschlimmern. Deshalb ist eine rechtzeitige psychologische Intervention wie beispielsweise eine Verhaltenstherapie wichtig. Hier kann die Verherrlichung eines falschen Schönheitsideals unterbunden und so die Gefahr für vor allem jugendliche Nutzerinnen und Nutzer reduziert werden. Dazu können auch Eltern präventiv beitragen. Schon ein offenes Gespräch über die Gefahren der Bildbearbeitung und deren Auswirkung auf den Selbstwert kann Grosses bewirken. Einzelne Situationen sollen wiederkehrend genutzt werden, um den Kindern einen positiven Umgang mit der neuen Technologie zu lernen. Eltern sollen ihren Kindern zudem vermitteln, dass gerade ihre Einzigartigkeit wertvoll ist sowie gesellschaftliche Normen und Werte mehr zählen als Äusserlichkeiten. Und auch die sozialen Medien übernehmen einen Teil der Verantwortung. So gab Instagramm vor knapp einem Jahr bekannt, Schönheits-OP-Filter zu löschen. Dies sei vor allem zum Schutz von Jugendlichen. Hinter den Filtern von Snapchat steht die Firma Sparks AR. Diese verkündeten ebenfalls vor rund einem Jahr, die Filter aus der Effekt Gallery gelöscht zu haben. Ob seither ein Rückgang an Snapchat-Dysmorphia verzeichnet wurde, ist jedoch unbekannt.

Quellen:

https://bellevue.nzz.ch/mode-beauty/filter-auf-instagram-schoenheits-op-optik-wird-verbannt-ld.1517749

https://www.gesundheitstrends.com/a/health-news/snapchat-dysmorphia-24874/

https://www.independent.co.uk/life-style/cosmetic-surgery-snapchat-instagram-filters-demand-celebrities-doctor-dr-esho-london-a8197001.html

https://www.insider.com/snapchat-dysmorphia-low-self-esteem-teenagers-2020-1

https://psychnews.psychiatryonline.org/doi/10.1176/appi.pn.2018.11a11

Un youtubeur condamné par la justice pour harcèlement !

Habannou S. – Marvel Fitness

Tremblement de terre au sein de la communauté Youtube, suite à la condamnation du célèbre Youtubeur « Marvel Fitness ». L’influenceur, spécialisé dans le contenu fitness et friand des « drama », vidéos dans lesquelles il prenait à partie d’autres acteurs du milieu s’est vu infliger une peine de deux ans de prison, dont une ferme, pour avoir harcelé et mené des hordes numériques à l’encontre de neuf personnes.

Le cyber harcèlement, un danger de plus en plus préoccupant

Habannou S., plus connu sous le pseudonyme « Marvel Fitness », du haut de ses 146.000 abonnés est écroué. Créant, d’abord, du contenu dans le domaine de la musculation, il s’est peu à peu aventuré sur le terrain des « clash », si apprécié par les abonnés et générateur de milliers de vues à travers les plates-formes numériques. C’est une décision de justice qui fait grand bruit au sein de la communauté Youtube parce qu’elle contribue fondamentalement à reconnaitre la puissance qu’un influenceur pourrait avoir sur sa communauté.

En effet, nous pouvons désormais considérer la fin de l’impunité sur Internet, puisqu’ à la peine de deux ans de prison s’ajoute une amende à hauteur de 10 000 euros et une interdiction d’activité sur les plates-formes en ligne (Youtube, Facebook, Instagram et Twitter).

« Il y aura un avant et un après »

Selon l’avocat Thierry Vallat

Cette fois la justice a voulu montrer l’exemple en condamnant, pour la première fois, un influenceur pour cyber harcèlement. Ce terme, qui, il y a encore une dizaine d’années, ne jouissait guère d’une importance auprès des jeunes, fait désormais partie du vocabulaire et fait référence à « un acte agressif, intentionnel perpétré par un individu ou un groupe d’individus au moyen de formes de communications électroniques, de façon répétée à l’encontre d’une victime qui ne peut facilement se défendre seule ».

Effectivement, ces actes de violence peuvent avoir des conséquences certaines sur la personne qui les subit. Certaines victimes sont venues témoigner à l’audience contre l’influenceur et évoquent avoir vécu cet évènement comme un « enfer ».
C’est notamment le cas d’un autre acteur de Youtube, Tristan Defeuillet-Vang, qui cite :

« On ne peut pas se rendre compte de ce que c’est tant qu’on ne l’a pas vraiment vécu »

Une autre influenceuse belge, Aline Dessine, l’une des principales victimes, évoque le fait que ce calvaire n’était en aucun cas acceptable, malgré les multiples tentatives engagées afin de mettre un terme à ce déferlement de violence. Se pose la question de la portée d’un message que peut avoir un influenceur. Animer une communauté de plusieurs centaines de milliers de personnes et véhiculer un message haineux à l’encontre d’un individu peut avoir des conséquences désastreuses. Cela se traduit par un nombre considérable de messages mal intentionnés envoyés aux victimes et créant une détresse, non seulement physique mais également psychologique, dû à la répétition de ces évènements jour après jour.

Aline Dessine, Youtubeuse

L’avènement de l’identité et de la visibilité digitale aujourd’hui, ne fait qu’accentuer ces risques encourus lorsque l’on navigue à travers les réseaux sociaux. Etant donné que l’on parle désormais d’une société en réseau, l’offline et l’online se confondent et ont véritablement changé la manière de concevoir des communautés.

D’une part, nous observons une société qui se veut digitale composée d’individus qui ont tendance à se connecter à un grand nombre de réseaux sociaux, qui facilite les échanges, et d’autre part nous constatons que ces nouvelles structures vont avoir une influence bien supérieure qu’auparavant et que le contexte sociétal a changé.

La multiplication des messages et du partage devient une réelle problématique pour les entreprises digitales qui peinent à stopper les contenus illicites et les messages diffamatoires des utilisateurs

Une décision qui ne fait pas l’unanimité

Malgré la condamnation, la communauté de l’accusé continue de faire parler d’elle. En effet, en dépit de la décision de justice, elle continue d’exprimer son mécontentement. Nous ne pouvons que constater l’impuissance des juges quant aux déferlements de messages de plaintes des adeptes du Youtubeur. Ainsi, le harcèlement se poursuit pour certaines victimes. Plus grave encore, Laure-Alice Bouvier, avocate des plaignants a porté plainte contre plusieurs centaines de personnes après avoir reçu des milliers de messages d’injures. Au vu de la situation, nous pouvons nous questionner sur la puissance des médias sociaux aujourd’hui.

En effet, on assiste à une communication qui est fortement interactive avec des échanges permanents entre les producteurs et les récepteurs de contenus. Par conséquent, la diffusion des messages se fait de manière beaucoup plus fluide pour l’utilisateur et le contrôle de ceux-ci devient pratiquement impossible.

D’autant plus, que les communautés en ligne prennent de plus en plus de place au sein des consommateurs. Ce sont des valeurs et une culture commune qui se dégage de ces membres ce qui solidifie l’attachement. La plate-forme Youtube est extrêmement efficace pour cela. De nombreux créateurs de contenus ont bâtît une véritable famille avec des abonnés absolument dévoués à supporter leur youtubeur préféré. 

Auteur : Ivan Popovic

Sources :

How to beat the Instagram Algorithm

Trying to grow on Instagram may at times be very frustrating. The algorithm seems to change every other month and once you figured out, what works best for you, it looks all different again. This article provides 5 tips on how to beat the Instagram algorithm and therefore be less frustrated with the platform.

Instagram has been founded in October 2010 and just celebrated its ten-year anniversary. Today, it’s hard to imagine a world without this platform. It is not only used for sharing private photos and videos from our last vacation: A lot of businesses rely on it as a marketing platform. According to Instagram statistics, there are more than a billion active users monthly and more than 25 million businesses on the platform. These numbers may seem overwhelming or even off-putting for someone who wants to start their own account. However, there’s always space for more good content and as long as you don’t want to become the next Kim Kardashian, you might as well just dive into it. This article is a starter guide for Instagram and provides 5 do’s and don’ts regarding the algorithm. Before getting into the tips, there is an important fact about the Instagram feed you need know: Ever since the algorithm was introduced in 2017, the feed is no longer chronologically ordered. Instead, posts are ordered by relevance.

There are three factors that measure the relevance of a post:

  1. Engagement: Views, likes, and comments a post gets
  2. Interaction time: The longer a person looks at a post the better
  3. Type of content: the platform analyses what type of post an account usually interacts with and pushes that content

The algorithm is powered by machine learning and therefore changes constantly. Here’s how to still be successful on Instagram:

1/ Create original content

If you want to stand out amidst all the other accounts, it is important to create original content. Do not use stock photos to get your message across. Rather, we suggest you take the photos yourself even if they’re not always perfect. Additionally, having real people on your posts now and then helps your followers to connect with you.

2/ Know when to post

Knowing when your followers are online is very important in order to get maximum engagement. Setting up a free business account is recommended. With a business account you’ll have access to the Instagram insights, which are interesting statistics about your posts and your followers. This is how you’ll be able to see on which days and at what time your followers usually are online.

Instagram Insights

3/ Post frequently and consistently

Another important tip is to post frequently and consistently. In order to follow this tip, you don’t have to post daily. Instead, find out what suits you best. If it’s three posts a week, that’s fine. The important thing is to maintain this frequency. This helps Instagram to know that you’re a quality account. Planning and scheduling your posts beforehand can help in being consistent. A useful tool for this is the Facebook Creator Studio.

4/ Insert a call-to-action

Your aim is to get your followers to interact with your content. Inserting a call-to-action is a good way to improve your engagement. Ask your followers questions and animate them to comment on your post or redirect them to your website.

5/ Use hashtags

Hashtags are a vital part when growing on Instagram. Of course, you want your follower to see your posts and interact with them but you also want to gain new followers and tell them about your business and what you’re offering. Attracting new people to your account can be achieved through the use of the right hashtags. For some time now, you can not only follow accounts but also hashtags. If you specialize on interior design for example you can reach new people by using #interiordesign. Other accounts that follow this hashtag will see your post. If your content is original and interesting, they might be intrigued and follow your account. However, when you just started on Instagram, it won’t do you any good to use Hashtags that have already been used 4M times. The algorithm will push larger accounts more and your post is not likely to be featured on other users’ feeds. Via the search on the Instagram app you can check if your hashtag is suitable for your account. As we can see from the picture below, #interiordesign is popular and therefore not recommended for small accounts.

Looking for the best hashtags on Instagram

Similarly, if you use hashtags that are too specific and have been used on less than 100 posts, you won’t get a lot of views either. Finding the right hashtags is worth investing your time for. When starting on Instagram, try to focus on hashtags in the range 100+ – 5000+. As you grow gradually, you can up your game. Last but not least, it’s crucial to change up your hashtags every so often. Instagram will analyze your use of hashtags and if you always type in the same ones, the platform won’t push your content anymore.

Being active on Instagram may sound like it’s very complicated. Once you get the hang of the different features though, it’s really not. The 5 tips mentioned above will help you to beat the algorithm and have a successful growing account on the platform.

Author: NM

Sources:
https://onlinemarketing.de/social-media-marketing/wissenwerte-fakten-instagram-algorithmus-maximierung-relevanz
https://later.com/blog/how-instagram-algorithm-works/
https://www.omnicoreagency.com/instagram-statistics/
https://blog.hootsuite.com/de/instagram-hashtags-nutzen/

Jetzt ist es soweit, Facebook stürmt sich ins Dating Business mit Facebook Dating

Nach einer mehrmonatigen Verzögerung aufgrund von Datenschutzbedenken startet die neue Facebook-Dating-Funktion endlich auch in Europa.

Die social Media Plattform Facebook bietet mit ihrem neuen Service anderen Anbietern wie Tinder, Badoo und Bumble die Stirn. So hat Facebook das neue Dating Service im Laufe des Oktobers in Europa lanciert.

Foto: Facebook

Um diese Dating-Plattform zu nutzen, muss keine zusätzliche Anwendung installiert werden, der Dienst ist direkt in die Facebook-Anwendung integriert. Wenn sie also die letzte Aktualisierung vorgenommen haben, sollte der Facebook-Dating-Modus in Ihrem Facebook-Konto einsatzbereit sein.

Wenn sie 18 Jahre oder älter sind, und sich für Facebook-Dating entscheiden, können sie ein Profil (getrennt von Ihrem Hauptprofil) erstellen. Dieser von Facebook angebotene Service ist völlig kostenlos. Ihr Profil wird nur an anderen Personen vorgeschlagen, die sich ebenfalls für die Teilnahme entschieden haben, so dass der Dienst diskret bleibt.

Facebook Dating, gleiches Prinzip wie bei Tinder, Badoo oder Bumble?

Nein, bei Facebook-Dating gibt es keine  »Swipe » Funktion, sie müssen auch nicht warten bis sie jemand mag, um einen ersten Kontakt mit der Person herzustellen. Wenn sie an jemandem interessiert sind, können sie direkt der Person ihr Profil oder Foto  »liken » um ihr wissen zu lassen das sie die Person mögen oder direkt ein Gespräch mit ihr beginnen.

Das Prinzip ist dasselbe wenn Sie nicht an einer vorgeschlagenen Person interessiert sind. Sie können Personen, die sie nicht  »liken » aus ihren Vorschlägen streichen. Schliesslich müssen Sie bei Facebook-Dating nicht auf eine Übereinstimmung mit der Person warten, die Ihnen gefällt, bevor sie sie kontaktieren und den ersten Schritt machen können. Sie können sie einfach mit einem « like » versehen oder mit einer Nachricht flirten.

Der « Secret Crush »

Facebook wird sie nicht mit Freunde aus Ihrer Facebook Freundesliste in Verbindung bringen, es sei denn, sie entscheiden sich für die « Secret Crush »-Funktion und fügen diese Person von Ihren Facebook- oder Instagram-Freunden zu Ihrer Liste hinzu. Diese Person wird dieses erst erfahren, wenn sie sie auch auf ihre eigene « Secret Crush »-Liste hinzugefügt hat. Sie können bis zu neun Secret Crushes auf Ihre Liste setzen. Das Geheimnis des Secret Crushes wird auch in dem Moment gelüftet.

Wie funktioniert Facebook Dating?

Eine der Stärken von Facebook ist bereits jetzt die grosse Zahl der Facebook-Nutzer weltweit, die auf 2,3 Milliarden Nutzer ansteigt. Das Unternehmen hat also das potentielle Kunden- und Nutzerpotential, welches sehr hoch ist. Dies ist ein enormer Vorteil für Facebook gegenüber der Konkurrenz da Facebook schon so viele Nutzer hat. Darüber hinaus entnimmt der Dating Service einige Daten aus Ihrem Facebook-Konto wie zum Beispiel ihre Interessen, die Gruppen, denen sie folgen, ihre Lieblingsrockband oder auch Veranstaltungen, an denen sie interessiert sind und an denen sie teilnehmen. Der Algorithmus versucht also, Menschen nach den gewählten Kriterien und mit all diesen genannten Informationen zu finden, um Gemeinsamkeiten wie Interessen und gemeinsame Werte zwischen ihnen und den von ihnen vorgeschlagenen Personen in Facebook Dating zu finden.

Einfache Videoanrufe

Um das Flirten sicher zu machen, können sich die Nutzer gegenseitig keine Internet-Links, Videos, Fotos oder Zahlungen schicken. Sie können Personen blockieren und an Facebook melden, genau wie sie auch blockiert werden können.

Darüber hinaus können sie in ihrem Dating-Profil ihr Instagram-Konto, das auch zu Facebook gehört, einführen, um ihre Fotos zu teilen, und für einen ersten Kontakt per Video steht ihnen auch eine Video Anruf Funktion zur Verfügung.

Während der Facebook-Service gerade erst in Europa angekommen ist, hat sich der Service in den USA bereits bewährt, es ist nur eine Frage der Zeit, bis der Erfolg auch in Europa ankommt. Aber in der Zwischenzeit wünsche ich ihnen eine gute Entdeckung und ein gutes Flirten!

Sources:

https://about.fb.com/news/2019/09/facebook-dating/
https://www.20min.ch/story/tinder-und-badoo-waren-gestern-jetzt-kommt-facebook-dating-542200769810
https://www.facebook.com/dating
https://www.computerbild.de/artikel/cb-News-Internet-Facebook-Dating-Deutschland-Start-22422727.html
https://www.netzwelt.de/facebook-dating/index.html
https://about.fb.com/news/2019/09/facebook-dating/



Le BOOM de l’open-innovation

Historiquement, il s’avère que les efforts d’innovation des entreprises ont toujours été connus comme étant réalisés à l’intérieur des laboratoires de recherche de l’entreprise-même ou alors dans des salles de conseil d’administration. Dans une société dans laquelle tout va plus vite et que l’internet of things prend toujours plus de place, un bon nombre d’entreprise voient alors de plus en plus l’intérêt de s’appuyer sur les démarches dites « collaboratives » et donc l’impérativité de se tourner vers un système d’open-innovation afin de pouvoir bénéficier d’un avantage clé sur les compétiteurs.  Mais l’Open-Innovation, concrètement, c’est quoi ?

L’Open Innovation consiste à impliquer des tierces-parties externes de l’entreprise dans le processus d’innovation afin d’exploiter au mieux l’intelligence collective de l’ensemble de l’écosystème. Cela signifie l’ouverture de programme d’innovation collaborative aux clients, fournisseurs, partenaires, à des universités et laboratoires de recherche, ou encore à des start-ups par exemple. Dans cette quête d’ouverture et de recherche de rupture, les démarches d’open innovation fleurissent. Tous les secteurs s’y mettent : industriels, automobile, publicitaires, banques, etc. Cependant, si l’Open Innovation offre de belles promesses, elle s’accompagne aussi de nouveaux challenges. De nombreuses entreprises sont en difficulté face à la question suivante: « Comment puis-je puiser dans la créativité de mes clients et partenaires, ou de start-ups, et les laisser collaborer dans un environnement sécurisé, tout en gardant le contrôle sur mon processus d’innovation? ». Afin de pouvoir répondre à cette question de nouveaux genres d’entreprises, comme par exemple ATIZO ont vu le jour afin de faire bénéficier les entreprises d’une plateforme en ligne qui leur permet de jouir des fonctions de l’open innovation dans un système sécurisé.

 Open Innovation en Suisse

La Suisse se place régulièrement aux premiers rangs des classements quand il s’agit d’innovation : c’est ce qu’à démontrer les classements de compétitions comme le Global Competitiveness Report (WEF), le World Competitiveness Ranking (IMD) ou encore l’Innovationsindikator (Acatech). Les entreprises suisses l’ont compris : ce n’est que si les entreprises se tournent vers l’extérieur que les innovations peuvent voir le jour. C’est pourquoi le PFLab, le laboratoire de l’innovation de PostFinance, travaille en suivant l’approche Open Innovation et c’est un succès ! PosFinance souligne l’importance du processus d’innovation interne vers l’extérieur par le biais de collaborations avec des hautes écoles et des universités, des start-up, des réseaux et des entreprises :  « Si de nouvelles idées doivent affluer dans l’entreprise, nous devons entrouvrir les portes, par exemple en exposant nos projets ou en collaborant avec d’autres entreprises», rapporte Mathias Strazza, responsable Future Banking chez PostFinance.

Contrairement aux idées reçues, l’open innovation n’est pas destinées aux grands groupes uniquement. En effet, une collaboration entre une PME neuchâteloise et des étudiants du master Innokick ont obtenu des résultats qui ont largement dépassé les attentes et espérances de la PME en question : une innovation de rupture[1] est sur le point de voir le jour et l’un des étudiants a été engagé par le groupe.

Innokick est un master d’innovation intégrée de la HES-SO lancé en 2015 par Nathalie Nyffeler. Cette formation unique en Suisse rassemble des étudiants issus des filières économiques, ingénierie et design. Cette formation permet aux étudiants d’acquérir les compétences interdisciplinaires nécessaires pour développer des produits et des services innovants afin de pouvoir les commercialiser par la suite. La formation recourt à un processus pédagogique axé sur un apprentissage par projets, combinant de manière étroite l’enseignement académique et la formation pratique. Les étudiants travaillent alors en équipe sur des mandats proposés par des entreprises de la région : PMEs, multinationales et start-ups.

L’entreprise Felco Motion, spécialisée dans l’outillage, fait partie des premières entreprises à avoir confié un mandat d’exploration à Innokick. Pour Stéphane Poggi, co-fondateur de l’entreprise, c’était la première fois qu’il faisait recourt à l’open innovation : « L’innovation ne se fait pas en restant avec le même groupe de personnes ; il faut un mélange, des sensibilités et des approches différentes. C’est ce qu’ Innokick a apporté avec son approche pluridisciplinaire ».

Finalement, il y a d’autres genres de groupe et d’événement organisé en Suisse afin de promouvoir et stimuler l’innovation ouverte. C’est le cas de l’association, Open Geneva, association à but non lucratif, qui, elle, met en place des évènements afin de rassembler les innovateurs dans le but de pouvoir faire vivre leurs idées, de pouvoir communiquer sur leurs projets ainsi que de pouvoir soutenir leur développement dans les domaines de l’art, la science, la technologie et la société.

[1] C’est une nouveauté importante qui modifie un produit ou un service en profondeur et qui transforme un marché existant en créant une valeur nouvelle. L’innovation de rupture consiste ainsi à développer un produit ou un service susceptible de créer un nouveau marché et une nouvelle demande.

Sources :

https://www.hypeinnovation.com/fr/logiciel-innovation-collaborative/open-innovation?utm_campaign=Website+FR&utm_term=%2Binnovation%20%2B%20ouverte&utm_source=adwords&utm_medium=ppc&hsa_grp=49061995426&hsa_ver=3&hsa_kw=%2Binnovation%20%2B%20ouverte&hsa_acc=5680922852&hsa_cam=679205493&hsa_tgt=kwd-387388640346&hsa_src=g&hsa_mt=b&hsa_net=adwords&hsa_ad=237112118125&gclid=CjwKCAjw26H3BRB2EiwAy32zheHrmn613KjAxkPTXmuGpj8OtSqWE0cNW-cGc-7HaR67yBisbHOb2RoCvG8QAvD_BwE

https://www.qmarkets.net/use-cases/by-business-challenge/what-is-open-innovation/?qm_src=adwords&qm_adgroup=Open_Innovation_&_innovation_solutions_|_Global_|_1st_priority&qm_src_extra=open_innovation&utm_medium=ppc&utm_campaign=Open+Innovation+%26+innovation+solutions+%7C+Global+%7C+1st+priority&utm_source=adwords&utm_term=open%20innovation&hsa_grp=39191981666&hsa_tgt=kwd-269416362&hsa_ver=3&hsa_ad=407594304851&hsa_net=adwords&hsa_kw=open%20innovation&hsa_mt=p&hsa_acc=3759777188&hsa_cam=754236142&hsa_src=g&gclid=CjwKCAjw26H3BRB2EiwAy32zhdt_7MeP7sJeM3IVfuvNS87Q_32ENkDxJEuNoIV6-x3JbuYfpg0-yxoCsnUQAvD_BwE

https://www.satw.ch/fileadmin/user_upload/documents/02_Themen/01_Frueherkennung/SATW-Innovationskraft-Internet-FR.pdf

https://www.bearingpoint.com/fr-ch/blogs/blog-energie/le-printemps-de-lopen-innovation/

https://opengeneva.org/a-propos-de-nous/#c-est-ca

https://www.bilan.ch/opinions/open_innovation_dans_une_pme_grace_au_programme_innokick

https://www.postfinance.ch/fr/notre-profil/entreprise/chroniques-de-pionniers/ormera-une-start-up-de-la-blockchain-grace-a-lopen-innovation.html?gclid=CjwKCAjw26H3BRB2EiwAy32zhR4c5ybAxcyKn02SQxFYuKJBlTEw_psPtAiTjFmU8BNYi4MJ2x1q5BoCY_IQAvD_BwE

https://www.hyve.net/de/atizo-hyve-switzerland/

L’innovation de rupture : définition et exemples


La communication à l’époque du coronavirus : Les dangers de l’infodémie.

La pandémie nous a certainement pris par surprise et l’État a dû faire face à une situation d’urgence imprévue et totalement nouvelle, avec des effets sur de nombreux aspects de la vie des citoyens. Parmi les effets secondaires de cette situation, l’infodémie a peut-être été sous-estimée. Ce que les événements récents en Italie nous apprennent, c’est que la gestion de l’information est cruciale pour la mise en œuvre efficace des mesures. Les actes de communication, en particulier dans les situations d’urgence, sont fondamentaux. Un premier point fixe à souligner est qu’il existe un lien de cause à effet direct entre la faible « lisibilité » de la communication institutionnelle et l’infodémie, c’est-à-dire la prolifération et la diffusion de nouvelles qui altèrent souvent la réalité et lui donnent une image partielle ou déformée. Cette infodémie touche de préférence les personnes qui ont des difficultés à accéder aux canaux de communication officiels (institutionnels et scientifiques, principalement), qui sont l’instrument permettant de vérifier la véracité des nouvelles. Ceux qui ne comprennent pas sont plus fragiles et plus vulnérables. Parce qu’une mauvaise communication crée des dissonances, les dissonances créent la panique et la panique génère souvent des réactions et des comportements contre-productifs. Le raisonnement sur les mécanismes linguistiques qui accompagnent la communication des institutions et de la presse dans les situations d’urgence peut être un outil utile pour faire face plus efficacement à l’avenir à des situations complexes comme celle d’aujourd’hui et pour contribuer directement à l’écologie du discours public. 

Parmi les effets secondaires de la pandémie, l’infodémie a peut-être été sous-estimée.

Ces dernières semaines, le COVID-19 a changé nos habitudes, a radicalement modifié nos priorités et aussi notre perception de la réalité. Cette histoire marquera une génération de manière irréversible, comme cela s’est produit pour nos grands-parents avec la guerre. Il y a toutefois un aspect qui distingue la situation que nous connaissons actuellement des quelques situations comparables qui se sont produites au cours des dernières décennies : la pandémie, aujourd’hui, est associée à ce que l’on appelle une infodémie, c’est-à-dire la diffusion d’une énorme quantité d’informations provenant de différentes sources et dont le fondement est souvent invérifiable. Tout comme les virus, les nouvelles se propagent aujourd’hui très rapidement et par de multiples canaux. La « contagion informationnelle » a pour effet de rendre la gestion de l’urgence beaucoup plus complexe, car elle compromet la possibilité de transmettre des instructions claires et sans ambiguïté et, par conséquent, d’obtenir un comportement homogène de la part de la population. Cela marque une différence d’époque par rapport aux urgences mondiales, et pas seulement aux urgences sanitaires, du passé, où la transmission plus lente des nouvelles et le nombre limité de moyens de communication permettaient de réagir de manière plus ordonnée. 

Pour la communication institutionnelle, il faut partir d’un fait particulièrement éloquent : l’Italien moyen utilise systématiquement des sources d’information autres que les sources officielles. En Italie, l’infodémie trouve un terrain particulièrement fertile et s’enracine plus qu’ailleurs. Cela constitue déjà en soi un aliment utile pour la réflexion. Les explications de cette propension peuvent évidemment être nombreuses. 

C’est l’information implicite, plus que l’information explicite, qui guide l’opinion publique et, par conséquent, innerve les infodémies. 

Messages explicites et messages « cachés »

Si, en ce qui concerne la communication institutionnelle, il n’y a pas de contagion avant et après, la presse a commencé à parler de COVID-19 alors que le virus semblait encore être un problème en Chine, si loin de nous et incapable d’affecter lourdement nos vies. C’est précisément la comparaison entre la communication pré-Codogno et post-Codogno qui offre des perspectives très intéressantes. L’analyse d’un échantillon d’articles sur le coronavirus publiés en ligne par le Corriere della Sera révèle qu’avant la détection de l’épidémie en Lombardie, l’indice de lisibilité des articles se situait, de manière uniforme, à des valeurs proches de 50 %, bien supérieures à celles observées pour la communication institutionnelle, mais pas encore suffisantes pour atteindre la quasi-totalité des citoyens. L’idée de base est probablement que le thème, à l’époque, ne pouvait concerner que ceux qui avaient un lien quelconque avec la situation qui se dessinait en Chine. Tant que le virus ne franchit pas les frontières nationales, le sujet n’est pas présenté et géré comme s’il était d’utilité générale. Et il n’est pas nécessaire de préparer « le grand public » à un événement aussi traumatisant. 

Après l’épidémie en Lombardie, le tableau change brusquement et fortement : l’indice moyen de lisibilité des articles sur COVID-19 s’élève à près de 65 %. Concrètement, cela signifie que les articles sont rédigés dans un style complètement différent et deviennent lisibles pour un public potentiellement beaucoup plus large. En bref, la question est désormais d’intérêt public et la communication du Corriere s’adapte. Ce changement radical de style est en revanche récompensé par les accès qui, selon les données de Google, augmentent de manière très significative.

Mais l’aspect le plus frappant de la communication journalistique, dans la comparaison entre l’avant et l’après Codogno, est celui des informations transmises explicitement et surtout implicitement. Parce que c’est l’information implicite, plus que l’information explicite, qui guide l’opinion publique et, par conséquent, innerve les infodémies. 

En ce qui concerne le contenu implicite, nous pouvons recourir à deux catégories : les hypothèses et les implications. Les hypothèses consistent à exprimer le contenu tel que l’auditeur le connaît déjà. Par exemple, si un ami vous disait « la beauté de ce livre réside dans son style », il ne vous dirait pas explicitement qu’il pense que le livre est beau, mais il le prendrait pour acquis et le partagerait : de cette façon, les informations subjectives sont transmises comme si elles étaient objectives. L’efficacité des hypothèses est due au fait qu’elles exonèrent l’émetteur de toute responsabilité quant au contenu, qui, considéré comme acquis, est à l’abri de tout examen critique. 

Les implications, d’autre part, consistent en un mécanisme de reconstruction d’un message par le destinataire. Si nous demandions à un ami : « Lucia est-elle chez elle ? » et qu’il nous répondait : « J’ai vu le panda bleu sous son palais », nous – peut-être aidés par le fait de savoir que Lucia a un panda bleu et qu’elle se déplace habituellement en voiture – laisserions entendre que Lucia est chez elle, même sans l’entendre explicitement. 

La communication sur les épidémies a mûri, au fil des ans, certains éléments constants, qui reviennent également dans le cas de COVID-19. Dans un article publié en 2005 dans le magazine Social Science & Medicine, Patrick Wallis et Brigitte Nerlich ont analysé les cadres activés dans 1153 articles de cinq journaux anglais, publiés entre l’apparition du virus du SRAS en mars 2003 et la fin de l’épidémie en juillet de la même année. L’analyse révèle que les journaux ont surtout utilisé deux métaphores : celle du tueur et celle du contrôle. Considérer le virus comme un tueur signifie donc lui attribuer des caractéristiques telles que l’intentionnalité, une létalité élevée, la planification, l’imprévisibilité. Qu’est-ce que cela implique ? Que les réactions des lecteurs soient également dues, au moins en partie, à ce cadre métaphorique : un tueur doit être identifié, traqué, poursuivi, capturé. Le cadre de contrôle, au contraire, est activé par des expressions telles que investigation, confinement, mesures, réactions et, concrètement, il se traduit par la légitimité sociale des méthodes de gestion des urgences, par exemple sur le plan politique et économique. 

Images récurrentes dans la communication sur COVID-19 

Dans la communication relative à COVID-19, nous rencontrons plus ou moins tous ces cadres métaphoriques, bien qu’à des fréquences et à des moments différents. 

Avant l’épidémie lombarde, les cadres les plus fréquemment activés par les choix lexicaux des journaux font référence aux dimensions « locales » du problème et sont systématiquement associés à la Chine. Des expressions telles que le virus de Wuhan ou le virus chinois et la description du marché de Wuhan activent des idées liées aux concepts d’exotisme et de sauvagerie et une méfiance à l’égard des voyages à destination et en provenance de cette partie du monde et, ensuite, pour ceux qui viennent de cette région. 

Après l’explosion de la contagion en Italie, le tableau des informations cachées change. La métaphore de la guerre apparaît, comme on pouvait s’y attendre, tant dans les médias officiels que dans la communication informelle, dans des expressions comme « le front », « la tranchée », « les soldats », et jusqu’aux déclarations plus explicites comme « nous sommes en guerre ». Cette métaphore vise certainement à créer une cohésion et à unir le peuple de façon idéale contre un ennemi. Mais lorsque l’ennemi est invisible, comme c’est le cas ici, il est presque inévitable de déverser sa colère sur un objectif tangible. En associant le cadre initial de la Chine et la métaphore de la guerre qui a suivi, il n’était pas difficile de s’attendre à une régurgitation raciste de la communauté chinoise en Italie. 

L’évolution de la métaphore de la guerre est cependant particulièrement significative, car, par la suite, elle se concentre non pas tant sur l’image de l’ennemi (qui est invisible), mais de manière plus constructive sur celle des « soldats » et des « blessés » : les premiers sont les médecins et les infirmières ; les seconds, les malades. Les médecins et les infirmières, en particulier, apparaissent toujours en uniforme et portent des « cicatrices » métaphoriques sur le visage, les signes du masque et les dispositifs de protection. Tout cela, d’autre part, détermine un sens fort et redécouvert de la cohésion sociale autour de ces chiffres, qui se manifeste explicitement dans les nombreuses manifestations de solidarité dont nous avons été témoins. 

Sources:

COVID-19 : UN VECTEUR DE PROPAGATION POUR L’INNOVATION OUVERTE ?

Depuis l’apparition du COVID-19 le monde a dû faire face à de nombreux défis. Il y a pourtant une lueur d’espoir : l’innovation ouverte s’est propagée à travers les entreprises avec une rapidité sans précédent.

Le premier trimestre de l’année 2020 a confronté de nombreuses entreprises à des challenges existentiels. Des systèmes sanitaires ont été mis à l’épreuve à travers le monde entier, le secteur gastronomique a dû faire face à des pertes de revenus périlleuses et la totalité de l’économie mondiale a dû apprendre à gérer les défis liés aux mesures sanitaires strictes, le télétravail et le confinement. Il y a malgré toutes les problèmes et les drames de cette période tumultueuse une lueur d’espoir : des entreprises ont commencé à collaborer ouvertement entre eux et avec le public à une échelle sans précédent.

Extrait sur la collaboration entre Ford et GE Healthcare pour la production de ventilateurs et de respirateurs

Le géant multinational Siemens a ouvert les portes de son réseau de manufacture de composantes pour faciliter le développement et la production d’appareils médicaux. Scania a collaboré avec des hôpitaux universitaires pour transformer les cales de cargaison des camions en laboratoires mobiles pour accélérer la mise en place de centres de test. Ford collabore avec 3M, GE Healthcare et United Auto Workers pour reconfigurer des ventilateurs et des batteries de voitures en ventilateurs médicaux. Roche Canada a organisé un concours d’innovation ouverte pour contrer le COVID-19 et a investi $ 900’000 pour développer des projets autour les propositions les plus prometteuses. En dehors de son potentiel de sauver des vies et conter les effets de la pandémie, l’innovation ouverte peut représenter des bénéfices énormes pour les entreprises qui la pratiquent. Pendant trop longtemps l’innovation ouverte était une ambition des entreprises qui ne s’était jamais entièrement mise en pratique. Des hackatons et d’autres formes d’innovation ouverte organisées pour récolter des idées, n’ont trop souvent pas abouti dans des projets concrets. L’envolée de l’innovation ouverte pendant la période de la pandémie nous a rappelé ses bénéfices en termes de potentiel de créer des partenariats, de combiner différents champs d’expertise et d’accélérer le processus d’innovation.

Innovation ouverte : exemples de collaborations lors du COVID-19
Camion médical Scania, usine Siemens, ventilateurs Ford (d.g.à.dr.)

Implémentation accélerée de l’innovation ouverte pendant la pandémie

L’implémentation d’une stratégie d’innovation ouverte nécessite en général des changements structurels et une concentration des efforts du management. L’implémentation est donc souvent ralentie par une allocation de ressources à des endroits plus « urgents . Dans le temps de la crise, l’implémentation des stratégies d’innovation ouverte est tout d’un coup devenu incontournable et elle est donc devenu une priorité du management dans beaucoup d’entreprises. Trouver des partenaires adéquats demande normalement beaucoup de ressources et de temps, mais ce processus a été considérablement accéléré par pure urgence pendant les périodes les plus difficiles de la pandémie. On ne peut qu’espérer que les effets des restructurations qui étaient nécessaires pour contrer la pandémie du COVID-19 vont continuer à résonner et que le chemin vers une innovation plus ouverte qui a été pavé au sein de beaucoup d’entreprises continuera à être utilisé et développé dans le futur.

Avantages de l’innovation ouverte en période de crise

L’avantage le plus évident des différents exemples d’open innovations décrits en haut est bien sûr un retour accéléré vers la normalité. Mais en dehors de cela, certaines de ces collaborations pourraient continuer à être productif dans le futur. Les actes de foi que les entreprises font pour collaborer en situation de crise sont récompensé par une confiance réciproque. Cela peut être une base solide pour des collaborations futures et pour des innovations qui en peuvent résulter. Les stratégies de l’innovation ouverte sont parfaitement adaptées à des périodes de conjoncture difficile, car elles permettent de réduire les coûts du processus d’innovation et de le rendre plus efficace et plus efficient. En plus de cela, les entreprises qui sont dynamiques et innovantes, auront généralement plus de facilité à s’adapter à des crises dans le futur, ce qui sera un avantage concurrentiel énorme, notamment si la crise du COVID-19 perdure.

Auteur: mdb

Sources:

Harvard Business Review (2020). Why Now Is the Time for “Open Innovation”. https://hbr.org/2020/06/why-now-is-the-time-for-open-innovation. Consulté le 11.06.2020.

Amerland, A. (2020). Innovationen schützen Unternehmen vor Corona-Pleite. https://www.springerprofessional.de/innovationsmanagement/open-innovation/innovationen-schuetzen-unternehmen-vor-corona-pleite/17896744. Consulté le 10.06.2020. Consulté le 10.06.2020.

Wells, B. (2020). Roche Canada Announces Winners of COVID-19 Open Innovation Challenge. https://www.newswire.ca/news-releases/roche-canada-announces-winners-of-covid-19-open-innovation-challenge-828217673.html. Consulté le 10.06.2020.

Page Baley, M. (2020). Siemens opens its Additive Manufacturing Network for production of medical equipment in response to COVID-19 pandemic. https://www.chemengonline.com/siemens-opens-its-additive-manufacturing-network-for-production-of-medical-equipment-in-response-to-covid-19-pandemic/?printmode=1. Consulté le 11.06.2020

Amazon Mechanical Turk : exploitation de « l’ouvrier du numérique » ou opportunité pour arrondir sa fin de mois ?

Lancé 2005 par l’entreprise américaine mère de commerce électronique, Amazon Mechanical Turk (AMT), « Turc mécanique d’Amazon » en français, est une plateforme de crowdsourcing (collaboration avec la foule) qui offre au public des petits boulots. Ces activités, plus ou moins simples, peuvent prendre diverses formes mais en général, ce sont des tâches où l’intelligence artificielle (IA) est peu efficace. Est-ce que ce modèle « gig economy » (économie des tâches) est un moyen de se procurer une rémunération supplémentaire, voire primaire ou bien, au final, une forme cachée de neo-colonialisme par l’organisation?

Le nom de cette plateforme AMT n’est pas anodin. Bien au contraire, cette référence provient du célèbre canular du 18ème siècle, où un automate, censé jouer aux échecs, contenait en réalité un être humain de petite taille, qui accomplissait le rôle prétendu de la machine. Donc, AMT résume cette supercherie au fait que derrière de nombreux services « intelligents » se dissimule l’Homme.

Amazon Mechanical Turk est une plateforme de crowdsourcing qui, en d’autres termes, permet d’externaliser certaines activités du travail pour les internautes au travers du réseau web. Ces activités en questions sont divisées en sous-activités, ce que nous appelons également les micro-tâches, nommés les « tâches d’intelligence humaine » (Human Intelligence Task – HIT) sur la plateforme AMT. Ce sont des tâches peu complexes et répétitives.

Les stakeholders dans l’Amazon Mechanical Turk

Généralement, Amazon Mechanical Turk propose un travail de qualité. Cependant, si les micro-activités sont trop complexes, ou bien lorsqu’il y a un conflit dans l’équilibre de contribution et rétribution, il se peut que le service perde de son génie.

Pour bien comprendre le mécanisme, il faut déjà identifier clairement les différentes parties prenantes dans l’Amazon Mechanical Turk :

  • les demandeurs de tâches, connu aussi sous le nom « requesters ». Ces personnes sont celles qui proposent les diverses activités (les commanditaires). C’est également ces mêmes personnes qui déterminent le montant de la rémunération pour la tâche en question. Par ailleurs, ils ont la possibilité d’évaluer la qualité de la performance des travailleurs, et si le résultat ne leur plaît pas, ils peuvent même se rétracter après coup. Ils peuvent sélection le profil des « turkers » (= travailleurs) qu’ils désirent. Ce qui est intéressant, c’est que ces « requesters » n’ont pas le statut d’employeur.
  • les travailleurs, connu aussi sous le nom de « turkers ». Nous n’avons pas le nombre exact mais ils seraient très nombreux, probablement plus de 500’000 (en 2016). Ce type de groupe choisit d’accomplir les micro-activités des demandeurs, seulement si elles correspondent à leurs exigences. Selon des données tirées de certaines études, « 20 % considèrent la plateforme comme leur source de revenu primaire », et « 50 % comme leur source de revenu secondaire ». Autres données intéressantes : « 20 % des travailleurs passent plus de 15 heures de manière hebdomadaire sur la plateforme AMT, et contribuent à 80 % des tâches ». Pourtant, le salaire moyen par heure n’est pas si élevé. Il se situerait dans les alentours 2 dollars… (une vraie exploitation ?). De plus, n’ayant pas de formation au préalable pour utiliser pleinement les services de la plateforme, un « travail caché » considérable est effectué dans un premier temps et cela, de manière non rémunéré. Ils bénéficient, quant à eux, d’un statut de « travailleur indépendant ». Ils n’ont aucun contrat et par conséquent, AMT n’est soumis à aucune forme de contrôle !
  • Amazon. L’organisation n’interfère pas, à proprement parler, dans la relation entre les demandeurs et les travailleurs, sauf en cas de problème important. Elle n’intervient que pour retirer un pourcentage de la rémunération due au travailleur, en tant que frais de comission, généralement entre 20 à 40%.

La sélection sur Amazon Mechanical Turk est très particulière. D’une part, AMT crée ses propres « listes de qualification » (modalités de sélection) afin de pouvoir manager les demandeurs de tâches qui ont déjà fourni des services pour eux, et d’autre part, ces fidèles demandeurs (« requesters ») peuvent choisir les nouveaux « entrants » en se basant sur les « qualifications types » définis par l’organisation même. En effet, en plus du fait que la concurrence est rude, Amazon se base sur divers critères de réputation. Certains perçoivent cela comme une forme de pression… En d’autres termes, cela comporte le pourcentage de :

  • « feedbacks positif du requester » ;
  • « HITs rejetés par le requester » ;
  • « HITs abandonnées par le requester » ; et
  • « HITs réalisés par le requester ».

Ce qui rend très intéressant cette plateforme de crowdsourcing, c’est qu’elle requiert très peu exigences, voire aucune qualification pré-requise. Les micro-activités les plus communes sont :

  • « la traduction de textes ou de fragments de textes » ;
  • « la transcription, l’identification ou le classement de fichiers audio ou de vidéos » ;
  • « la modération de contenus (images, textes, vidéos) » ;
  • « la réalisation de sondages, de questionnaires ou d’enquêtes en ligne » ;
  • « la réalisation de requêtes sur les moteurs de recherche » ;
  • « l’écriture de textes ou la rédaction de commentaires : avis, critiques, évaluations,… » ;
  • etc.

L’intelligence artificielle (IA) et les machines remplaceront-ils un jour totalement l’être humain au travail ? Il est très difficile de répondre de manière objective à cette question, mais une chose est sûr : nos jobs sont continuellement en train de se transformer et ce n’est pas prêt de s’arrêter !

Auteur: José GOMES DA COSTA

SOURCES :

Coronavirus, Un Hackathon national

Et si la crise sanitaire du coronavirus avait également certains bons cotés ? Elle a dans un sens permis d’initier la population suisse à l’«Open Innovation » et notamment aux Hackathons.

Le printemps 2020 a été une période mondialement compliquée. En effet, la population du monde entier a dû faire face à une crise sanitaire. Un Virus, le coronavirus a contaminé des pays entiers. Afin de lutter contre sa propagation et ainsi de pouvoir limiter les décès, de nombreux pays ont pris la décision de confiner leurs citoyens. La Suisse n’a pas fait exception à la règle. Le 14 mars 2020, le conseil fédéral a fermé toutes les écoles et a incité la population à travailler depuis leur domicile.

Pendant ce temps, une course contre la montre a débuté avec pour objectif de trouver des solutions pour combattre cette crise sanitaire, mais également la crise économique qu’elle a induite. Dans le monde entier, les communautés des chercheurs, mais également des individus de domaines complètement distincts se sont réunis virtuellement pour travailler ensemble. Dans cette même vision, de nombreux Hackathons ont été organisés.

Un Hackathon est une pratique collaborative. L’idée principale de cette pratique est le rassemblement d’individus avec des backgrounds différents afin qu’ils résolvent des problèmes ensemble. Au début, les hackathons étaient réservés aux informaticiens qui collaboraient sur des sujets de programmation informatique. Actuellement, ce n’est plus nécessairement le cas, tout le monde peut participer à des hackathons.

Versus virus, un hackathon nationale en Suisse

Une course collective contre le Covid-19 - Bilan

La crise sanitaire et celle économique qui l’a suivie ont été des contextes propices à l’organisation de nombreux hackathons. Au début du mois d’avril 2020, un hackathon national s’est déroulé pendant 48h en Suisse. Plus de 250 projets ont été imaginés dont 42 qui ont reçu un capital d’amorçage de 1000 francs. Pendant près de 48h, plus de 4500 hackers se sont réunis dans près de 611 équipes. Tous les projets avaient pour objectifs de résoudre des problèmes liés à la crise sanitaire dans des domaines diversifiés tels que dans les soins hospitaliers et dans la limitation de l’impact sur les activités commerciales.

Une équipe formée par des étudiants de plusieurs niveaux de l’EPFL a proposé des solutions pour améliorer l’efficacité des masques chirurgicaux. En effet, ces étudiants ont développé des projets qui résoudraient le problème des ajustements trop lâches de ces masques.  Leur première proposition était d’ajouter au masque aux emplacements sous les yeux et sur la joue une mousse de polypropylène. Cette mousse permettrait d’augmenter l’étanchéité des masques. En effet, la mousse va agir comme : «  a filter that traps bacteria and viruses by electrostatic attraction ». La deuxième proposition faite par cette équipe d’étudiants de l’EPFL est de mettre en place un indicateur de changement de couleur pour alerter le porteur qu’il doit changer de masque. Ce code couleur permettrait de limiter l’utilisation de masques qui ne sont plus efficace, car utilisés pendant une trop longue période et permettrait également de limiter le gaspillage.

Nous avons pu interroger une participante sur son expérience. Elle nous a expliqué qu’elle avait apprécié participer à cet hackathon. En effet, cette expérience lui a permis de s’intéresser à un nouveau sujet, mais également de travailler en équipe avec des individus de tout domaine.

La crise sanitaire qui a touché le monde au printemps 2020 a permis à la population mondiale de réinventer sa façon de vivre et de découvrir de nouveaux horizons. Les hackathons ne sont qu’une nouvelle façon de travailler en communauté mise en avant. En effet, la crise sanitaire a permis le développement de nombreuses innovations digitales.

Auteur: Chloé Vuille-Dit-Bille

Sources:

https://www.e-marketing.fr/Definitions-Glossaire/Hackathon-257022.htm

https://www.ictjournal.ch/articles/2020-04-08/42-prototypes-prometteurs-dont-une-app-smartwatch-empechant-de-se-toucher-le