Twitch: a new way of crowdfunding?

Both online chess games and Chess channels on Twitch have experienced a massive development during the lock-down due to the Covid-19 pandemic. TV show success “The Queen’s Gambit” increased the popularity of these channels after its release on the 23rd of October 2020. The questions you may ask? What is a Twitch channel? Why would people watch it? How would they benefit from watching a channel dedicated to a topic like chess? We will answer these questions with the example of WFM (Women Fide Master) Anna Cramling Bellon’s Twitch channel, to which I have subscribed.

WFM Anna Cramling playing some chess games against her father, Grand Master Juan Bellon. Those games were broadcasted live on Twitch before being available on YouTube.

A mix between chess, fun, and a welcoming community, but also a way to support creators

A Twitch channel is an online service allowing a streamer to live broadcast content and interact with his viewers, or even play with (or against) them. We can classify it in both “User-generated content” and the subcategory “Viewer-generated content.”

We can sort the viewers into three categories, according to their commitment to the channel :

  • The viewer, or passive watcher,
  • The follower, who can write on the chat,
  • The subscriber, who, in this chess channel, can be granted privileges during a stream, as challenging Anna Cramling herself on a chess game or playing in her team during a subscribers’ battle (people have to write their name in the challenge queue in her Discord server when this possibility is available) or having their game analyzed during dedicated sessions.

Black pieces to play. Can you find the moves to win this game? The solution is displayed at the end of the article. All the moves White pieces have to play are forced.

Twitch offers to streamers who start having success the possibility to become Twitch affiliates, and therefore, opening the possibility to get subscribers and donations through virtual money called “Bit” people can purchase with real currencies. Successful affiliate streamers can apply to become Twitch partners and receiving revenues from advertisement. Subscription fees are equally shared (50/50) between Twitch and the affiliate or the partner. The streamer earns a monetary counterpart from Twitch for every Bit he receives. Subscription can either be concluded for a month, three months, or six months. The basic subscription fee costs 4.99$.

Unlike the traditional crowdfunding website that fixes a monetary objective to reach in an amount of time, Twitch offers another way to finance online broadcasting: the subscription and the support through Bits and advertisement. As long as the channel is going on, the project is going on as well. It means the creator has to offer content that gives incentives to subscribers to carry on their subscriptions and renew them. Anyone can be a subscriber on a Twitch-affiliated or partnered channel as long as the subscriber decides to subscribe himself. A viewer/follower can receive a subscription from another subscriber, and therefore be a subscriber for a given period. At the end of the period, he can either chose to subscribe or be a viewer/follower again. Some of the subscribers are like mécènes, donating several subscriptions each month because they want to help to increase the community created by the streamer. The streamer can display tools and weblinks on his Twitch homepage. Some of these tools can be links related to socials media. Other weblinks redirect to a PayPal or Patreon webpage, to offer a donation. Twitch is a new possibility of crowdfunding for online broadcasting.

Julien D. vs WFM Anna Cramling, 2021, simul game
White pieces to play. Find the two critical moves that will grant the white player a full piece advantage. Black player’s answer to white player’s first move is nearly forced. The solution is displayed at the end of the article.

A chess streamer is playing chess during his stream but also manages to have other games streamed as well, or performing other live activities like cooking or baking a pizza during a live stream. The chess streamer also has to interact with his community during the streams, like organizing online tournaments for them, commentating or analyzing chess games, teaching masterclasses about openings, or invite his/her subscribers to challenge him/her on chess.com or lichess.org (sometimes, the viewers are invited to challenge him/her as well). Interactions between the streamer and his community are frequent.

Most of the chess streamers are Chess Masters, so basically, any viewer can have the possibility to play a game against a Chess Master. One of the best ways for a Chess Master and streamer to play against his community is to organize a simul, allowing him to play up to 20 different boards online simultaneously, and giving, therefore, his opponents more time to think. Playing against a strong opponent like a Chess Master is an enjoyable experience.

A focus on WFM Anna Cramling’s channel: being an active subscriber

 I have learned chess at the age of 10 and playing chess games occasionally, but not competitively, and never in a club. From time to time, I also watched Twitch content not related to chess, but videogames of my teenagehood, and even created a Twitch account to share tips about them.

When I felt the second University lock-down was imminent, I started to play chess online and discovered I needed some tips if I wanted to progress and enjoy playing some chess games, without losing them all. I began to watch chess-stream online before the « Queen’s Gambit » was released. Anna Cramling’s channel was the most interesting of those channels. She answers most of the questions raised in the chat, and she is willing to help her community to improve at chess. She is also trying to give any active member a place in the community (this was maybe easier with 200 subscribers then than now with more than 1’000 subscribers and nearly 150’000 followers). Needless to say that a subscriber can either be active and participate during the stream or watch passively.

The quality of the content given to the subscribers is a key to the chess streamer’s success. The second key is the interactions with the subscribers. For instance, Anna Cramling may ask her subscribers to challenge her on a chess game during her streaming session. I have answered this call several times and even managed to win a game in a simul and draw another game. I have lost several games against her, but each loss was a lesson taught, improving my chess level. She also organized subscribers’ battles against another chess streamer and tournaments for her whole community.

The streamer can also organize some chess games between subscribers with the same ELO rating. She is broadcasting them live on her channel, commentating on them, and finally analyzing them. Sometimes Anna Cramling’s mother, Grand Master Pia Cramling, joins the stream for commentating and analyzing.

Subscribers can also submit games in Anna Cramling’s Discord server in the “Eloguesser” section. She analyses these games during Eloguesser sessions:

She is also broadcasting sessions of chess puzzle solving with her community, commentating on chess games during the stream, and sometimes is broadcasting funny cooking streams or streaming other video games. Interactions can also be like answering most of the questions raised live in chat (sometimes, others members do it as well), trading jokes, wits, and wordplays, speaking about daily life, trading tips, or life-hacks. Members of the community can also interact with each other in the chat and with the streamer.

Those examples displayed above demonstrate how a chess-streamer can empower his/her community, offering its members various ways of participating, as well as funny moments. It is the responsibility of the community member to accept or decline this empowerment by his degree of participation. An active subscriber will help the project behind the channel. He will also benefit from it more than a passive viewer.

References:

https://www.twitch.tv/annacramling

https://www.youtube.com/c/AnnaCramling

https://fr.wikipedia.org/wiki/Anna_Cramling_Bellon

https://en.wikipedia.org/wiki/FIDE_titles

https://rmcsport.bfmtv.com/societe/echecs-streaming-les-nouvelles-reines-du-jeu-de-la-dame_GN-202105260187.html

https://affiliate.twitch.tv/fr-fr/

https://help.twitch.tv/s/article/joining-the-affiliate-program?language=fr

https://help.twitch.tv/s/article/partner-program-overview?language=fr

Solving the chess puzzles :
1. If you have found 1. Bf3+ (giving a check) and then 2. Ke2 (this move is forced for White pieces); Qd2# or Qd3# for Black, giving the White King a checkmate, congratulations, you have won the game!

2. If you have found 1. Qxd4; Nxd4 and then 2. Rad1 (Rooke placed on a1 moving to d1), congratulations, you are guaranteed to capture either the Knight placed on d4 or the Bishop placed on d7 with your Rooke placed on d1. Rf1 is well placed and shouldn’t be moved during this sequence. Anna Cramling resigned nine moves later.

Finstagram, le faux compte Instagram qui raconte la vérité

Les comptes Finstagram sont la nouvelle tendance sur les réseaux sociaux, particulièrement aux USA. Très à la mode chez les adolescents, il s’agit d’un compte Instagram secret qui a pour objectif de présenter des clichés beaucoup plus réels et représentatifs de la vie de l’utilisateur de ce compte.

Un compte Instagram caché qui ne dévoile aucun élément de votre véritable identité et qui n’accorde aucune importance au filtre que vous choisirez, c’est tout à fait possible. Il vous suffit de vous créer un compte Finstagram. Mais qu’est-ce que c’est ? Selon le Urban Dictionnary, il s’agit « d’un mélange entre les mots « fake » et « Instagram ». Des gens, généralement des filles, créent un second compte Instagram, en plus de leur vrai Instagram, dit Ringstagram, sur lequel ils postent n’importe quelles photos ou vidéos. Ce sont généralement des photos ou vidéos drôles ou embarrassantes. Seuls vos amis les plus proches suivent ce compte. » Ne totalisant généralement pas plus de 100-200 abonnés, votre compte Finsta vous permettra de révéler votre True Self.

Les codes d’Instagram brisés

Ce concept peut paraitre déboussolant au premier abord, puisqu’il prend le contre-pied de tout ce qu’on connait au sujet des réseaux sociaux. Généralement, ces plateformes, et plus particulièrement Instagram, sont des lieux d’exposition de sa vie sous son meilleur jour. Les filtres permettent de retoucher les photos pour avoir un « feed » uni et cohérent, déformant souvent la réalité pour présenter une image de soi idéale. Considéré comme l’alter ego d’Instagram, Finstagram brise les codes de conduite du célèbre réseau social. En effet, un compte Finsta a pour objectif non pas de récolter un maximum de likes et de followers, mais de mettre en avant des portraits plus authentiques et représentatifs de la réalité, allant même jusqu’à poster des clichés gênants, sans peur d’être jugé ou de se sentir ridicule vis-à-vis de sa communauté. Par exemple, il est considéré comme un faux pas sur Instagram de publier plus d’une photo par jour. Chez Finsta, pas d’inquiétude à avoir, vous pourrez poster une rafale de photos sans risquer de déplaire à votre communauté.


Une photo postée sur Instagram (à gauche) et une photo postée sur le compte Finstagram (à droite). (Source : Kombini)

Un retour à l’anonymat

Alors que le but premier des réseaux sociaux est d’y afficher sa vie privée sans limites, Finstagram permet un retour à un compte privé et personnel. Et bien que le nom de cette nouvelle tendance suggère le contraire, Finsta est en réalité le vrai Instagram, puisqu’il représente le véritable quotidien, sans retouche. Mais alors, pourquoi créer un compte Finsta à coté de son compte Instagram ? De nombreux médias d’influence se sont approchés de la génération des millenials pour leur demander la raison de la création de ce compte. Bien que certains évoquent un désir de cacher certaines de leurs activités à leur famille, la plus grande majorité des jeunes interrogés soulèvent un besoin d’anonymat et en font des utilisations plus légères, comme simplement le fait de partager des photos amusantes d’eux-mêmes, des clichés ratés, des memes, des captures d’écran ou simplement des photos qui n’obtiendraient pas beaucoup de likes sur Instagram.

Une double vie loin des projecteurs

Cette tendance est également largement adoptée par les célébrités, qui sont les plus exposées à ces jugements des clichés postés sur les réseaux sociaux. Cela leur permet de partager leur vie privée avec leurs amis et proches, sans prendre en considération leurs retouches maquillages et l’avis de leurs followers.

Une chose est sûre, la société connectée dans laquelle nous vivons porte à toujours présenter notre meilleure version de nous-même. Cette tendance au Finsta permet alors à l’utilisateur de prendre un peu de distance avec cette pression imposée par les réseaux sociaux, qui poussent sans arrêt à la perfection esthétique. Alors, pourquoi pas se laisser porter par la tendance et créer vous aussi un faux compte Instagram, où vous pourrez être en réalité vous-même ?

Source : Slate


Webographie

http://www.slate.fr/story/106837/finstagram

«Finstagram»: le nouveau phénomène sur Instagram

https://www.letemps.ch/opinions/finstagram-lalter-ego-dinstagram

https://arts.konbini.com/photo/finstagram-compte-secret-millennials-etre-eux-memes

« Réels » et « Spotlight » : ou comment les réseaux sociaux essayent de contrer TikTok

Depuis son lancement en Chine en 2016, TikTok continue son ascension et s’accapare de plus en plus de parts de marché. Grâce à son concept innovant de vidéos créatives, TikTok séduit toujours plus d’utilisateurs. Face à cette montée en puissance, ses concurrents directs comme Instragram et Snapchat, ont réagi.

Pour rappel, le fonctionnement de TikTok est simple. Il permet de créer de courtes vidéos à l’aide de filtres et de bande sons. Ce concept de créativité sans limite est le point central de cette plateforme et ce qui fait son succès. De plus, les paramètres de l’application permettent à n’importe qui possédant un smartphone de se lancer et de créer de nouvelles tendances. Le succès ne s’est pas fait attendre et aujourd’hui, TikTok réunit plus de 600 millions d’utilisateurs, parfois au détriment des autres réseaux sociaux. En effet, ce petit nouveau est venu concurrencer les géants déjà présents depuis de nombreuses années comme Facebook, Instagram, et Snapchat.

Voyant l’engouement pour TikTok prendre de plus en plus d’ampleur, Instagram et Snapchat se sont empressés d’imiter le concept de TikTok et de l’ajouter sur leur propre plateforme. Ainsi sont nés les « Réels » et « Spotlight » (« En avant » en français) configurés exactement de la même façon que les vidéos TikTok, jusqu’à imiter la position des boutons tactiles comme le « like » ou l’option « partager ».

Comme nous pouvons le voir sur les trois images ci-dessus (de gauche à droite : Snapchat, TikTok et Instragram), la configuration des plateformes est quasiment identique et fonctionne de la même façon : courtes vidéos souvent avec une bande son qui défilent de haut en bas en fonction d’un algorithme qui cible vos préférences.

Cette façon d’imiter le nouveau réseau à la mode n’est pas nouvelle. En effet, Instagram et Facebook avaient déjà copié les « stories » de chez Snapchat ainsi que les photos instantanées qui se suppriment immédiatement après leur ouverture. Cela avait permis de concurrencer les innovations de Snapchat qui en a fait les frais et est aujourd’hui de moins en moins utilisé.

Mais est-ce que cela va suffire pour freiner la tendance TikTok ? Pas sûr, car le public visé n’est pas vraiment le même. En effet, les adolescents sont les principaux utilisateurs de TikTok alors que les utilisateurs d’Instagram sont plutôt de jeunes adultes et que ceux de Facebook sont encore plus âgés. Même si Snapchat s’adresse au même public, le réseau est en perte de vitesse depuis quelques années au profit d’Instagram.

Au final, au lieu de se concurrencer en se différenciant, tous les réseaux vont finir par se ressembler. Innover au lieu de copier, ne serait peut-être pas une mauvaise idée…

Sources

https://www.oberlo.com/blog/tiktok-statistics#:~:text=Here’s%20a%20summary%20of%20the,million%20monthly%20active%20users%20worldwide.&text=62%20percent%20of%20TikTok%20users%20in%20the%20US%20are%20between,the%20app’s%20total%20global%20downloads.

https://www.firstpost.com/tech/news-analysis/snapchat-spotlight-a-new-tiktok-and-instagram-reels-like-feature-announced-in-india-9424751.html

https://www.news18.com/news/tech/snapchats-tiktok-and-instagram-reel-rival-spotlight-now-available-in-india-how-to-use-3540389.html

https://www.blogdumoderateur.com/reels-instagram-copie-tiktok/

https://www.oberlo.fr/blog/chiffres-reseaux-sociaux#:~:text=Les%20derni%C3%A8res%20statistiques%20r%C3%A9seaux%20sociaux,monde%20utilise%20les%20r%C3%A9seaux%20sociaux.

« La bataille des Josh » – quand un meme viral se tranforme en une action caritative collective

Josh Swain ne savait pas que le tweet qu’il avait posté pour rire le 24 avril 2020 allait engendrer un grand rassemblement et une collecte de fond à but caritatif. Retour sur la création de cet événement inattendu et surprenant…

Problème logistique et confinement

Vous est-il déjà arrivé de devoir choisir un nom d’utilisateur pour créer un compte sur un réseau social, mais que celui que vous vouliez soit déjà pris ? Et de devoir faire preuve d’originalité, en y ajoutant des chiffres, lettres, symboles pour en trouver un disponible ?
C’est ce qui est arrivé à Josh Swain, qui voulait renommer son compte twitter « joshswain », sans aucun autres artifices. Il en a eu marre de ne pas être en mesure de le faire, et a décidé de lancer un défi à tous les Josh Swain qu’il a trouvés sur Facebook, en les ajoutant dans un groupe : ils devront se retrouver, pile un an après dans un lieu précis ; celui qui gagne la bataille, pourra garder le nom « Josh Swain », et les autres devront y renoncer…

Conversation du groupe Facebook entre les Josh Swain, et l’appel à « la bataille »

De meme à réalité

Sans le savoir, Josh Swain venait de créer un meme viral : retweeté plus de 21’000 fois et liké presque 65’000 fois, ce tweet a buzzé non seulement sur Twitter, mais à également fait le tour de plusieurs plateformes sociales, telles qu’Instagram, Facebook ou encore Reddit – et est ainsi devenu viral.

Cependant, la longévité d’un tweet n’est en général que de 18 minutes, et de plusieurs jours voire semaines lorqu’il est viral. Mais dans ce cas présent, des dizaines de personnes ne l’ont pas oublié, attendant la bataille avec impatience, et ont fait ressurgir le tweet quelques semaines avant l’événement – créant de nouveau un engouement important.

Josh Swain ne pouvait donc plus faire machine arrière. C’est pourquoi, après avoir changé la localisation, de quelques kilomètres, qu’il avait d’origine mis au hasard pile au milieu des États-Unis, à Lincoln, au Nebraska (et qui donnait dans une propriété privé), il a confirmé la création de l’évènement et invité tous les Josh Swain des États-Unis -uniquement, Covid oblige- à se réunir et défendre leur nom.

La Bataille des Josh

Le 24 avril 2021, plus de 100 Josh se sont réunis ; au final, seulement deux vrais Josh Swain, l’organisateur venant d’Arizona, et un autre venant d’Omaha, se sont retrouvés.

Ils ont défendu leur honneur par un fameux « papier, caillou, ciseau » – remporté par l’organisateur.

Mais les centaines d’autres Josh ont tout de même tenu à élire le détenteur officiel de ce prénom, entre autre car plusieurs dizaines de supporters étaient venus les encourager.

Supporter brandissant des affiches quelque peu humoristiques et ironiques pour soutenir les Josh

C’est pourquoi ils se sont tout de même affrontés à l’aide de frites de piscine – bien évidemment inoffensives- certains étant même déguisés, ou portant leurs protections de football américain.

Extrait vidéo de la bataille des Josh

Après une longue bataille acharnée, c’est finalement le « Little Josh », ou Josh Suprême, comme il est désormais renommé, qui a gagné ce titre, en plus d’une couronne en papier de chez Burger King trop grande et une ceinture en papier maché du championnat du monde de « All Elite Wrestling ».

Le grand vainqueur de cette journée et le détenteur légitime du prénom « Josh ».

Une autre bataille, pleine de sens

Cependant, ceci n’a pas été la première victoire de Little Josh. Lorsqu’il avait deux ans, il a combattu une maladie dans l’Hôpital et le Centre Médical pour enfant d’Omaha.

Cet hôpital, c’est celui pour lequel l’organisateur a décidé de créer une récolte de fond. En effet, Josh Swain d’Arizona voulait donner un sens plus profond à cette bataille. Il a demandé à tous les participants d’emmener de la nourriture non-périssable, afin d’en faire don à une banque alimentaire de la région, en plus de partager sur les réseaux sociaux la cagnotte créée pour l’hôpital. Au total, il aura récolté plus de 90kg de nourriture, et pas moins de $14’465 dollars pour l’hôpital.

La puissance des réseaux sociaux et de la collaboration

Josh Swain, en créant ce tweet « grâce » à l’ennui qui le submergeait dû au confinement, en pleine pandémie mondiale, n’aurait jamais pu ne serait-ce qu’une seconde penser que cet évènement prendrait des proportions aussi grandes. Mais il s’en est vite rendu compte, et a décidé de transformer cette farce en une belle action :

« It is not often that someone has the opportunity to have the attention and focus of a large number of people, and so I thought it would be a great idea to use this attention to donate to a worthy cause in the state in which the « battle » is taking place, The Children’s Hospital & Medical Center (…)

Please consider donating to this worthy cause and showing the world how an exercise in absurdity can turn into something beautiful. « 

Description du crowdfounding créé par Josh Swain

Par ce geste, il a voulu montrer toute la grandeur et la puissance d’Internet, et a même créé de l’espoir : si un simple meme humoristique peut engendrer de telles actions, d’autres meme ou actions sur Internet, plus travaillées et réfléchies, pourraient être le fruit de grands changements. Cela prouve qu’en collaborant, ensemble, peu importe nos liens, il est possible d’accomplir de grandes choses.

Sources

Transformation monétaire : En route vers l’or digital ?

Le secteur de la technologie bat son plein et avance à une vitesse grand V laissant sur la touche beaucoup d’acteurs qui ne souhaitent ou n’arrivent plus à suivre. Car soit on suit la nouvelle tendance, soit on la subi. Voici le dilemme auquel sont confrontées certaines institutions financières aujourd’hui. De nouvelles méthodes de paiement numériques deviennent de plus en plus attractives au détriment de l’argent cash. La ruée vers les crypto-monnaies en est l’exemple. Mais en quoi la communication digitale joue-t-elle un rôle dans la ruée vers l’or virtuel ?

L’arrivée des Crypto-monnaies

En 2008, le monde vivait l’une de ces pires crises financières de son histoire: la crise des subprimes. Ce n’est qu’en ripostant à un système bancaire jugé défectueux que la toute première crypto-monnaie, le Bitcoin, fit son apparition. Créé en 2009 par Satoshi Nakamoto, ce dernier utilise un système de paiement électronique peer-to-peer pour faire fonctionner sa monnaie virtuelle. En d’autres termes, ce nouveau système de réseau permet des paiements en ligne directs d’une partie à l’autre sans passer par une institution financière.

Système de paiement électronique « peer-to-peer » sans passer par une banque

C’est un franc succès depuis sa création. Aujourd’hui, la capitalisation boursière du Bitcoin a atteint près de $1’200 milliards et il vous faut débourser près de $55’000 pour acquérir UN seul Bitcoin. Alors qu’il valait encore « seulement » $20’000 à la mi-décembre 2020 et $4’000 en mars 2020. Du jamais vue ! Suite à ce succès et à cet engouement pour les crypto-monnaies, la famille des monnaies virtuelles ne cesse de s’agrandir et on en dénombre plus de 1’000 de nos jours. Cela pousse carrément certains acteurs de différentes places financières mondiales telles que les banques centrales à devoir se « moderniser » et penser à proposer une monnaie complètement numérique.

« Dans notre scénario prospectif, la libra* deviendra une réalité en 2020, poussant plusieurs États à lancer leur propre monnaie électronique publique »

Sebastien Ruche dans Le Temps

* nom de la monnaie numérique en cours d’élaboration par Facebook

La puissance de la communication digitale

De nos jours, certaines crypto-monnaies telles que le Bitcoin ou l’Ethereum sont considérées comme étant un bon moyen de diversifier son portefeuille d’actifs ou simplement une autre alternative à l’argent liquide. Certains investisseurs prétendent même que le bitcoin évolue quasiment de manière similaire au cours de l’once d’or et qu’en plus de protéger contre l’inflation, il serait devenu une valeur de référence. Ceci pourrait expliquer son évolution croissante de ces dernières années. Mais est-ce réellement à cause de ces facteurs que l’on achète du Bitcoin? Ou est-ce simplement un effet de mode poussée par l’influence de certaines personnalités à travers les médias sociaux?

En tout cas, lorsque Elon Musk parle de certaines de ces crypto-monnaies dans ces tweets et déclarations publiques, le prix de ces dernières prends l’ascenseur, voir même utilise une fusée de SpaceX pour atteindre la lune ! Autrement dit, le deuxième homme le plus riche de la planète se permet de faire la pluie et le beau temps sur les marchés financiers!

Un premier exemple que nous pouvons mentionner est lorsque Elon Musk a affiché son enthousiasme envers la monnaie virtuelle sur Twitter. Ce jour-là, il fit grimper de 20 % le cours du Bitcoin simplement pour avoir ajouté le mot « Bitcoin » à sa biographie Twitter. On peut donc constater une réelle force de persuasion ainsi que toute la puissance de Twitter comme canal de communication.

Elon Musk et son attrait pour le Bitcoin

Puis, quelques temps plus tard, il tweet :

« Détenir des bitcoins est légèrement plus avantageux que de détenir de l’argent liquide traditionnel, mais que cette petite différence en fait un meilleur actif à détenir.»

Elon Musk, 20 décembre 2020
Un Tweet de Elon Musk

Depuis, il utilise souvent ce canal de communication pour afficher son attrait envers la monnaie virtuelle, ce qui explique son ascension fulgurante de ces derniers mois. En mars 2021, il a pris beaucoup de détracteurs de court puisqu’il a annoncé que dorénavant il sera possible d’acheter une voiture électrique Tesla avec des Bitcoins. Ce simple Tweet a fait grimper le prix du Bitcoin qui a pris près de 5% ce jour-là.

Un autre Tweet de Elon Musk

Mais le fantasque patron de Space X et de Tesla ne s’arrête pas ici, car il a un deuxième pécher mignon qui se nomme « Dogecoin », qui lui aussi est une crypto-monnaie. Cependant, cette dernière étant nouvelle dans la famille des crypto-monnaies et ayant un prix nettement plus accessible que le Bitcoin, son cours en bourse a littéralement explosé depuis les nombreuses communications du multimilliardaire la concernant. Plus précisément, il lui a fait prendre plus de 14’000% pour atteindre un pic de $0,75 le 10 mai 2021 alors qu’il n’était évalué uniquement à $0,005 en janvier 2021.

Tweet de Elon Musk sur le Dogecoin
Encore un autre Tweet de Elon Musk montrant tout son enthousiasme pour le Dogecoin

Hélas, Elon Musk n’est pas le seul à s’exprimer de la sorte. Nombreux sont ceux qui utilisent les réseaux sociaux pour communiquer et appliquer leur influence sur leurs millions de followers. Mais alors jusqu’où cette influence peut-elle nous emmener ? N’est-il pas dangereux, qu’une seule personne puisse avoir une telle influence sur une entière communauté ? Dans tous les cas, une chose est sûre c’est que ces influenceurs ont bien compris que les réseaux sociaux sont devenus un canal de communication ultra puissant qui leur permettent d’utiliser leur pouvoir de persuasion, pouvant avoir un impact planétaire, et ce simplement en quelques clics. Mais ces diverses interventions de la part de personnes d’influences ne devraient-elles pas être mieux règlementées ? Seul l’avenir nous le dira.

Auteur : Gianni Ventura

Sources :

https://siecledigital.fr/2020/11/02/mnbc-tout-savoir-monnaie-numerique/

https://www.allnews.ch/content/points-de-vue/monnaie-num%C3%A9rique-des-banques-centrales-la-monnaie-du-xxie-si%C3%A8cle

https://www.cafedelabourse.com/actualites/monnaies-numeriques-banques-centrales

http://www.obsfin.ch/wp-content/uploads/Document/2019-Rapport_CBDC_Suisse_FR.pdf

https://www.iris-france.org/152857-lenjeu-reel-de-la-digitalisation-monetaire-face-a-lexuberance-des-cryptomonnaies/

https://economic-research.bnpparibas.com/Views/DisplayPublication.aspx?type=document&IdPdf=38755

https://www.societe-informatique-de-france.fr/wp-content/uploads/2014/10/1024-4-delahaye.pdf

https://hpi.de/fileadmin/user_upload/hpi/dokumente/publikationen/technische_berichte/tbhpi124.pdf

https://medium.com/blockchain/the-top-10-crypto-memes-dcc1e50e09d9

https://www.letemps.ch/economie/2020-lavenement-monnaies-numeriques

https://www.24heures.ch/les-clients-de-tesla-peuvent-desormais-payer-en-bitcoin-741551250094

https://www.courrierinternational.com/article/cryptomonnaies-elon-musk-fait-valser-le-dogecoin-et-lenvoie-sur-la-lune

https://www.newsweek.com/elon-musk-sec-investigation-dogecoin-bitcoin-cryptocurrency-tweets-1572290

SUPER MARIO MAKER : Quand Nintendo se met au crowdsourcing

Avec Super Mario Maker, l’entreprise japonaise de jeu vidéo Nintendo s’appuie entièrement sur la créativité des fans pour créer le contenu de son jeu. En faisant appel à l’imagination des internautes, Nintendo se lance dans le crowdsourcing et le maker movement, comme l’indique le titre de son jeu. Mais ce processus a des limites, notamment car l’entreprise nipponne oblige maintenant ses fans à payer un abonnement Online pour profiter de l’ensemble du contenu de Super Mario Maker 2.

Super Mario Maker, c’est quoi ?

Sorti en 2015 à l’occasion du 30e anniversaire de la série Super Mario, Super Mario Maker est un jeu de plateforme dont les niveaux, appelés stages, sont entièrement créés par les fans. Le jeu, tel que pensé par Nintendo, se compose d’un éditeur de niveau développé par l’entreprise japonaise, qui permet aux internautes de créer leurs propres stages et de les partager avec le reste du monde. Pour partager leur niveau, les joueurs doivent cependant être capables de les finir eux-mêmes, afin d’éviter que des niveaux impossibles soient mis en ligne.

Exemple d’un des niveaux les plus difficiles de Super Mario Maker 2, le petit frère de Super Mario Maker. Si le niveau paraît impossible à terminer, il ne faut pas oublier que le joueur qui l’a créé a dû lui-même aller au bout du stage avant de le partager.

Un jeu qui repose entièrement sur le crowdsourcing

Si près de 100 stages sont initialement proposés par Nintendo, la majeure partie du contenu du jeu est donc créée par les fans. La durée de vie de Super Mario Maker repose dès lors uniquement sur le contenu proposé par la communauté de gamers, qui permet de renouveler dans le temps l’intérêt des joueurs. Avec Super Mario Maker, Nintendo fait donc appel au crowdsourcing, un concept mis en avant par Howe en 2006 qui consiste à faire appel à la participation de milliers d’usagers externe à l’entreprise pour générer des idées et du contenu.

Comme l’indique son titre, Super Mario Maker surfe donc sur le maker movement, qui correspond à l’envie grandissante des internautes de « mettre la main à la pâte », de tester de nouvelles manières de faire soi-même et de décliner des produits existants.

L’éditeur de niveau de Super Mario Maker permet notamment de choisir l’univers Mario dans lequel le joueur veut faire parler son imagination (Ici, Super Mario World)

Une formule qui marche

Pour la première fois depuis sa création en 1889, Nintendo se repose entièrement sur la participation ouverte. Et la formule fonctionne. Un an après sa sortie, Super Mario Maker comptabilisait déjà près de 7.2 millions de stages créés par les fans. Sur Jeuxvideo.com, un site web français spécialisé dans le jeu vidéo, le jeu reçoit la note de 17/20 par les testeurs officiels du site et par les internautes. Quant à Super Mario Maker 2, le deuxième opus de la franchise, il comptabilise aujourd’hui près de 7.15 millions d’exemplaires vendus. Des chiffres qui confirment le succès de la franchise.

Mais il convient de rappeler que ce succès est également dû au travail de bouche-à-oreille des joueurs qui, à travers de nombreux articles, memes, vidéos youtube et let’s play, ont fait la promotion du jeu dans le monde entier. En France, le youtuber MisterMV est notamment connu pour ses vidéos lets play de Super Mario Maker 2, tandis que le youtuber packattack04082 comptabilise près de 4 millions de vues sur sa vidéo « 100 Mario Challenge » sur Super Mario Maker.

Exemple de Lets Play de Mario Maker 2 par le Youtuber et streamer Twitch MisterMV.

Un crowdsourcing qui a ses limites

Petit bijou de Nintendo, Super Mario Maker représente donc la volonté de la compagnie nippone de faire appel à ses joueurs dans une démarche de crowdsourcing inédite. Mais l’arrivée de Super Mario Maker 2 sur Switch a montré les limites de cette participation. En effet, depuis la sortie de la Switch, la dernière console de Nintendo, les joueurs doivent obligatoirement payer un abonnement Online pour se connecter à Internet. Les utilisateurs de Super Mario Maker 2 ne peuvent donc partager leurs stages et profiter des niveaux des autres qu’à condition de payer un abonnement supplémentaire, qui n’est pas compris dans le jeu.

Si cela ne semble pas avoir eu d’impact sur le nombre de ventes de Super Mario Maker 2, ce système d’abonnement pourrait avoir des conséquences sur le long terme. En effet, ce ne serait pas la première fois qu’obliger les joueurs à payer plus pour obtenir l’entier du contenu d’un jeu ferait scandale dans l’industrie du jeu vidéo. On peut notamment citer l’entreprise américaine EA, qui a déjà été pointée du doigt à nombreuses reprises pour l’abus de cette technique.

Auteur : Héloïse Hess

Sources

  • Asdourian, B. (2021) Communication, organisation et transformation digital II. SP21. Université de Fribourg.
  • Jenkins, H. (1992). Textual Poachers: Television Fans and Participatory Culture. New York: Routledge
  • Howe, J. (2006). The rise of crowdsourcing. Wired magazine, 14 (6), p.1-4
  • https://www.jeuxvideo.com/test/441238/super-mario-maker-la-lettre-d-amour-ultime-aux-jeux-de-plates-formes.htm
  • https://n64josh.com/super-mario-maker-2-level-creation-tips-part-1/
  • https://supermariomaker.nintendo.com/fr/
  • https://www.nintendo.be/fr/Jeux/Wii-U/Super-Mario-Maker-892704.html
  • https://hitek.fr/actualite/ea-pire-entreprise-usa_15301
  • https://twitter.com/NintendoAmerica/status/732624228428750848
  • https://www.nintendo.co.jp/ir/pdf/2021/210506_3e.pdf
  • https://kayane.fr/preview-express-super-mario-maker-2/

Impression 3D, protagoniste de l’open innovation

Au cours de la dernière décennie, le concept d’open innovation a suscité l’intérêt d’un nombre croissant de personnes, notamment des acteurs de la gestion de l’innovation et des politiques publiques. Nous sommes désormais dans une ère où les entreprises peuvent trouver de nombreux avantages à ouvrir leurs processus d’innovation au monde extérieur. L’utilisation des nouvelles technologies favorise le passage des modèles traditionnels d’innovation fermée aux modèles récents d’innovation ouverte. L’impression 3D est l’un des outils d’innovation les plus prometteurs, capable de transformer rapidement l’économie et la société.

Source: 3D Printing And The Future, https://creativespaceserbia.com/3d-printing-and-the-future/

Le terme « open innovation » est d’usage assez récent et est principalement employé par les entreprises pour désigner un nouveau concept de processus d’innovation qui implique l’afflux et l’utilisation d’idées et de ressources extérieures qui, en synergie avec les ressources internes, peuvent générer de la valeur pour les entreprises et les citoyens. Le modèle d’innovation ouverte s’impose progressivement comme un substitut au modèle traditionnel d’innovation fermée, dans lequel les processus d’innovation se déroulent uniquement en interne, sans recours à une aide extérieure.

L’un des éléments qui a favorisé l’émergence de cette révolution des processus innovants a été l’apparition de l’impression 3D, qui relève des technologies de fabrication additive, c’est-à-dire du processus qui permet de fabriquer tout type d’objet physique à partir d’un modèle numérique 3D. Des facteurs favorables tels que la baisse des coûts des imprimantes 3D, la disponibilité de divers types de matériaux pouvant être utilisés et la plus grande précision des appareils ont accéléré cette transformation des processus d’innovation.

L’impression 3D a ainsi révolutionné les systèmes de production et de gestion de la chaîne d’approvisionnement. Il s’agit d’un système de production utilisé non seulement dans l’industrie mais qui commence également à s’imposer dans le contexte domestique pour l’utilisation personnelle des produits fabriqués.

La technologie 3D au service de la pandémie

La pandémie de Covid-19 a donné une forte impulsion à l’utilisation de la technologie 3D, qui s’est révélée d’une extrême importance pour la fabrication urgente d’objets tels que des masques et du matériel chirurgical, indispensables pour faire face aux moments les plus critiques de la crise sanitaire mondiale. En fait, la fabrication d’objets 3D peut être réalisée à la demande à partir de n’importe quel dispositif d’impression dans le monde, de manière décentralisée, en utilisant des conceptions partagées en ligne.

Malgré l’enthousiasme croissant pour les nouvelles technologies, les consommateurs sont également de plus en plus préoccupés par les normes de sécurité des produits fabriqués en 3D. Afin de garantir un niveau élevé de sécurité et d’inspirer confiance aux consommateurs, il est nécessaire de respecter les exigences de conformité et l’adéquation technologique des conceptions. À cet égard, les agences et autorités gouvernementales ont élaboré des lignes directrices et des règlements pour définir la conformité des produits, en particulier ceux destinés à un usage médical et sanitaire.

Source: The Rise of 3D Printing in the COVID-19 Pandemic, https://www.news-medical.net/health/The-Rise-of-3D-Printing-in-the-COVID-19-Pandemic.aspx

Un œil sur la durabilité sociale

L’impression 3D peut être utilisée comme un outil de durabilité sociale. Le coût des imprimantes est de plus en plus abordable, ce qui donne aux pays en développement la possibilité d’en acquérir. Grâce au haut niveau de personnalisation des produits imprimés en 3D, les objets peuvent être réparés plus facilement, ce qui réduit les déchets et augmente la durée de vie des produits. En outre, la possibilité de partager des fichiers en ligne réduit les coûts financiers, les frais de transport et les émissions de CO2.

Certains chercheurs ont même découvert des systèmes qui permettraient de transformer le dioxyde de carbone en béton grâce à l’impression 3D. De nouveaux systèmes sont également en phase de recherche pour réduire l’énergie nécessaire au processus d’impression, comme l’utilisation de filaments à base d’algues.

L’objectif est de trouver des méthodes de production compatibles avec l’action climatique actuelle et capables de soutenir la durabilité sociale. Il faut surtout veiller à ne pas tomber dans l’extrême inverse. Étant donné que les imprimantes 3D utilisent principalement du plastique pour fabriquer des produits, il est possible que la consommation de plastique augmente considérablement. De plus, les consommateurs pourraient être attirés par l’utilisation des imprimantes 3D et ils pourraient en profiter pour imprimer des produits en nombre disproportionné selon les tendances du moment.

Source: Is 3D printing a sustainable manufacturing method?, https://www.3dnatives.com/en/3d-printing-sustainable-manufacturing-method-211120185/

Quel avenir pour l’impression 3D ?

Au cours des dernières années, les gouvernements européens ont apporté un soutien croissant aux technologies de fabrication additive en développant des programmes spécifiques pour réglementer leur utilisation. Les Nations Unies se battent également pour faciliter l’accès à ces technologies dans les pays en développement et éviter que leur utilisation ne soit confinée aux universités et aux laboratoires spécialisés.

Le modèle d’open innovation supplante peu à peu les anciens modèles d’innovation et de coopération. Avec la mondialisation, le monde est de plus en plus connecté et prédisposé à l’échange d’idées et de solutions. La création de nouveaux réseaux et communautés fondés sur l’innovation ouverte ainsi que l’utilisation d’outils liés au big data, à l’analyse des données et aux médias sociaux révolutionnent le domaine de l’innovation.

Il s’ensuit que la réalité des entreprises et du monde du travail en sera également profondément influencée dans un avenir très proche. Et comme l’avait prédit le futurologue américain Alvin Toffler en 1980, la différence entre producteurs et consommateurs devient de plus en plus subtile, les « prosommateurs », ou producteurs-consommateurs, consommant ce qu’ils produisent et partageant leurs créations avec d’autres individus.

Sources

3D Printing: Adding a Sustainable Dimension to Modern Life, https://en.reset.org/knowledge/3d-printing-adding-sustainable-dimension-modern-life-02262018.

Beltagui, Kunz et Gold (2020). The role of 3D printing and open design on adoption of socially sustainable supply chain innovation.

How 3D Printing Could Revolutionize the Future of Development (2018), https://plussocialgood.medium.com/how-3d-printing-could-revolutionize-the-future-of-development-54a270d6186d#:~:text=3D%20printing%2C%20or%20additive%20manufacturing,sites%2C%20and%20even%20outer%20space.

Van der Zee, Rehfeld et Hamza (2015). Open Innovation in Industry, including 3D Printing.

Auteur: Lorena Lo Porto

Vers une communication politique 2.0 !

Depuis le début du siècle, Internet a révolutionné le monde de la communication notamment dans les démocraties occidentales. Les médias sociaux ont désormais su s’imposer dans le processus démocratique en reconfigurant la communication politique.

Des Campagnes Électorales à l’ère des médias sociaux

Les médias sociaux comme Facebook, Twitter, Snapchat ou encore le petit dernier Twitch sont en marge de supplanter les médias de masse traditionnels. L’instantanéité, la fluidité du contenu, la multiplicité des échanges sont autant de raisons qui poussent les candidats à utiliser ces plateformes. Ces nouvelles armes de communication leur permettent de toucher un public très large et de plus en plus jeune. Avec le développement de « l’e-democracy », on place le public au centre et celui-ci peut ‘retweeter’ ou ‘liker’ les publications d’un parti ou d’un candidat et le suivre sur différents réseaux. Ce changement de ton de la communication politique a pu être constaté lors de la dernière campagne présidentielle française.

Lors de la campagne électorale de 2017, Marine Le Pen n’a pas hésité à se mettre en scène sur Snapchat, réseau social le plus populaire chez les jeunes français. Durant ce Q&A, la candidate avait par ailleurs chanté du Dalida au grand dam de certains utilisateurs.

Marine Le Pen lors d’une session questions-réponses sur Snapchat en 2017

Les réactions concernant ces prises de parole ont fustigé de toute part, mais principalement sur Twitter… Certains internautes regrettaient l’utilisation de ces nouveaux médias sociaux pour influencer l’électorat jeune.

Tweet d’un usager lors de la campagne présidentielle de 2017

Le « politique-bashing »

Cet essor du numérique a entraîné une surexposition médiatique des candidats, mais cette stratégie digitale peut se retourner contre eux. Dans les cas les plus extrêmes, ce bashing médiatique peut donner un coup de grâce à leur campagne politique. Ce fut le cas avec François Fillon, candidat à la présidentielle en 2017, en France. Celui-ci a vu sa campagne se fragiliser suite à l’affaire d’emplois fictifs de sa femme et de ses enfants. En une semaine, l’hashtag #Fillon avait été utilisé plus de 600 000 fois sur Twitter et plus de 28 % d’entre eux possédaient un caractère négatif. De nombreux internautes s’en sont donné à cœur joie en remontant son fil Twitter et en retrouvant certains tweets embarrassants au vu des accusations.

À l’heure actuelle, les candidats sont obligés de maintenir constamment une présence multicanale pour se rendre accessibles et être au contact de son électorat. Il faut que les politiques adaptent leur communication à chaque média. Attention toutefois aux bad buzz, car Internet n’oublie jamais rien et les utilisateurs peuvent avoir une imagination débordante.

Voici une sélection de tweets les plus créatifs lors de l’affaire Fillon :

Sources

https://www.lesechos.fr/2014/02/municipales-les-reseaux-sociaux-peuvent-ils-aider-les-candidats-a-gagner-292547

https://www.franceculture.fr/emissions/latelier-du-pouvoir/les-campagnes-electorales-lheure-des-reseaux-sociaux

https://www.lci.fr/elections/affaire-fillon-ces-25-tweets-quelque-peu-embarrassants-de-francoisfillon-2024664.html

https://www.topito.com/top-tweets-droles-francois-fillon-rends-largent

https://www.lopinion.fr/edition/politique/fillon-macron-reseaux-sociaux-match-bad-buzz/good-buzz-121654

https://www.journaldunet.com/ebusiness/publicite/1136347-politique-et-medias-sociaux-vers-des-strategies-de-marques/

Auteure : Chanony Marion

Marketing: sois remarquable!

La vache violette est l’une des nombreuses métaphores utilisées par les experts en marketing.

Je pense que pour obtenir ce que nous voulons, ou provoquer le changement que nous souhaitons, il faut trouver le moyen de diffuser nos idées. Nous vivons dans le siècle de la diffusion des idées. La télévision et les médias ont facilité la diffusion des idées d’une certaine manière. Cela fonctionne ainsi : nous achetions de la publicité – nous interrompions certaines personnes – cela générait une distribution. Avec cette distribution, nous vendions plus de produits. Avec les bénéfices, nous achetions plus de publicité. Et cela continuait. Mais aujourd’hui, c’est différent.

Les consommateurs, ils n’ont plus aucune attention au message que nous voulons transmettre. Cela s’explique en partie par le fait qu’ils ont beaucoup plus de choix que jamais et beaucoup moins de temps. Et dans un monde avec trop de choix et pas assez de temps, la solution évidente est d’ignorer. Ignorer les choses. Imaginez-vous: vous roulez dans la rue, vous voyez une vache, et vous faites quoi? Vous continuez à rouler, parce que vous avez déjà vu des vaches, les vaches sont invisibles, les vaches sont ennuyeuses. Mais que serait-il passé si la vache serait été violette ? La question doit être : est-ce remarquable ? Remarquable est un mot qui ne signifie tout simplement « beau », mais aussi, remarquable.

Chaque semaine, le DVD le plus vendu en Amérique change. Ce n’est jamais Le Parrain, c’est toujours un film de série C. Mais il n’atteint le numéro un que parce que c’est sa semaine de sortie. Parce que c’est nouveau, c’est frais.

En général, les spécialistes du marketing fabriquent des produits moyens pour des gens moyens. C’était un « marché de masse ». Ils ont lissé les coins, ont regardé au milieu de la courbe de la diffusion de l’innovation, parce que c’est là qu’on trouve l’essentiel du marché. Ils ont ignoré les fanatiques et les retardataires. Mais dans un monde où le complexe industriel de la télévision a été épuisé, il faut mettre en discussion la stratégie et peut être la changer pour l’instant. Et si la stratégie à utiliser est de ne pas vendre à ces gens, parce qu’ils sont vraiment bons à nous ignorer? Mais vendre à d’autres personnes à la limite parce qu’elles sont intéressées? C’est là qu’on trouve les gens qui sont obsédés par quelque chose. Dans la communication marketing il faut trouver un groupe qui se soucie vraiment, désespérément, de ce que nous voulons dire. Les gagnants ne sont pas arrivés ici avec beaucoup de publicité. Ils y sont arrivés en étant remarquables. Parfois un peu trop, peut-être. Trouvons ce qu’ils veulent et donnons-le leur.

Deux règles en conclusion. La première est la suivante : la conception, lorsque les volumes augmentent, ne coûte rien. Et ceux qui proposent des choses remarquables sont plus souvent capables de mettre le design à leur service. Deuxièmement, la chose la plus risquée que nous puissions faire est de nous mettre en sécurité. Le modèle de Procter & Gamble consiste à fabriquer des produits moyens pour des gens moyens. C’est risqué. La chose la plus sûre à faire maintenant, c’est de « rester sur le fil du rasoir », se démarquer. Et être très bon est l’une des pires choses que l’on puisse faire. Très bien, c’est ennuyeux. Très bon est médiocre. Si une idée est très bonne, elle ne fonctionnera pas, car personne ne la remarquera.

Je vous reporte trois histoires que j’ai découvert sur Internet. La soie. Des gens ont mis ce produit dans le réfrigérateur, un produit qui n’y a pas sa place. Les ventes ont triplé. Pourquoi ? Du lait, du lait, du lait, du lait – PAS du lait ! Pour les personnes qui regardaient le comptoir réfrigéré, c’était remarquable. Ils n’ont pas triplé les ventes grâce à la publicité, mais en faisant quelque chose de remarquable.

Il n’est pas nécessaire d’aimer ça, mais un chien de 40 pieds de haut fait de buissons, dans le centre-ville de New York, est une chose remarquable. Aujourd’hui, dans chaque conseil municipal on dit : « Nous avons besoin d’un architecte. Peut-on avoir Frank O’Gehry ? » Parce qu’il a fait quelque chose qui était « sur le radar ».

Dernier exemple. Si le néant existe, il est là, au milieu d’un désert aux Etats-Unis. Mais il y a un lac. Les gens avaient l’habitude de faire des kilomètres pour y aller. Plus maintenant. Alors les administrateurs ont dit : « Nous avons de l’argent à dépenser, que faisons-nous ? » Et pour la plupart, ils allaient construire des choses assez sûres. Ensuite, un artiste s’est présenté qui aurait voulu construire une lampe à lave de 55 pieds de haut dans le centre de la ville. C’est une vache violette, c’est quelque chose qui mérite d’être noté.

Je ne sais pas pour vous, mais s’ils la construisent, c’est là que j’irai.

LES RÉSEAUX SOCIAUX, UNE FAÇON DE VIVRE DANS CETTE QUARANTAINE

La pandémie de covid-19 a été et reste un grand défi pour le monde entier, changeant le mode de vie de la population et affectant radicalement les différents secteurs, les plus touchés étant : la santé et le tourisme. En conséquence les grandes économies à l’échelle mondiale ont été grandement secoue. Les réseaux sociaux ont sans aucun doute généré un grand impact sur la société, a tel point que la croissance de cette plateforme a été écrasante.

Il fallait s’y attendre. Nous sommes en 2020 et quand on oblige un humain à rester chez lui à notre époque, il se jette sur les écrans. Le smartphone, l’ordinateur, la tablette. Tous les appareils électroniques de la maison y passent.

Le trafic internet, le streaming vidéo, les réseaux sociaux et le commerce électronique sont vraisemblablement les quatre domaines qui ont été les plus impactés (positivement) par les mesures de confinement.



Musique et poésie dans le confort de la maison.

Le monde culturel a été bouleversé par toutes sortes d’initiatives pour lutter contre l’ennui d’une quarantaine qui force a faire les loisirs 100% maison. Pour les festivals, bien que l’été soit leur moment préféré de l’année, plus d’une vingtaine d’artistes ont organisé Instagram en direct le week-end.

La poésie a également trouvé son espace dans chaque maison. Les festivals de poésie visent à rassembler les versets les plus reconnus de la bouche de grands écrivains ou actrices.

Le temps de reprendre l’activité physique.

L’exercice est essentiel pour lutter contre le mode de vie sédentaire de la quarantaine. Les enseignants, les moniteurs et les formateurs personnels ont transformé les médias sociaux en zones de formation authentiques.

Le télétravail, un moyen de survivre dans cette quarantaine.

Qui aurait imaginé travailler à domicile ? Avec l’arrivée de la pandémie de covid, cela a été possible. La fermeture de nombreuses entreprises et organisations, la nécessité de travailler à domicile, avec l’aide des réseaux sociaux, a été constatée. Et c’est que non seulement le travail a été transféré au virtuel, mais aussi la vente et l’achat de tout produit ou service a augmenté au cours de cette dernière année.

L’indignation demeure dans les réseaux.

Les médias sociaux sont le point de rencontre des revendications et des plaintes de quiconque depuis des années. La quarantaine a ajouté la nuance que les groupes et les comptes ont émergé pour exprimer leur indignation face aux questions de travail liées à la pandémie.

Source:
Avec le confinement l’utilisation des réseaux sociaux augmente de 61% (siecledigital.fr)

Source de l’image: Microsoft Bing

Source Vidéo: (1) Comment les gens utilisent les réseaux sociaux en 2020 – YouTube