Nike, la résonance d’un bouche-à-oreille mondial

La marque Nike lançait en 2014 l’Air Max Day, une campagne de e-marketing basée sur le bouche-à-oreille numérique.

La notion de bouche-à-oreille est une notion ancestrale. Depuis l’antiquité, on utilise le bouche-à-oreille pour transmettre des histoires oralement. Néanmoins, cette notion ce développa et avec l’apparition du web, on vit également apparaître le e-word-of-mouth, soit le bouche-à-oreille électronique par les internautes et les marques comme le fit Nike lors de l’Air Max Day.

Il s’agit d’un événement mondial ayant lieu annuellement le 26 mars, auquel se combine le lancement d’un nouveau modèle d’Air Max. En 2015, Nike demanda à son public d’y participer au moyen du hashtag #airmaxday sur le média social Instagram. La marque lança cette campagne avec la légende « Wear Your Air ». Son but ? Une journée servant à promouvoir l’histoire du modèle et les Air Max.

Ainsi, Nike stimula l’individu à partager sur ce média social une activité de la vie réelle, aboutissant à un phénomène de réflection numérique, couplé à une exposition massive réelle. Grâce à une coordination mondiale, la marque annonçait le commencement de la journée dans un chef-lieu attaché à ce fuseau horaire de sorte à stimuler ses internautes à passer à l’action.

On constata simultanément la mise en place d’un phénomène d’exposition réel (les gens portaient leurs Air Max ce jour-là), couplé à son homologue numérique visible mondialement faisant du consommateur participant, un représentant garant du modèle et de la marque.

Back on the block for the Zero. Available 11AM at 735 E. 3rd St. #airmaxday

A post shared by Nike Sportswear (@nikesportswear) on

 

Cette mobilisation mondiale massive servit de e-word-of-mouth marketing pour l’Air Max Zero. En effet, Nike utilisa le même hashtag pour annoncer la disponibilité en magasin de ce modèle. Ainsi, toute personne dont l’attention avait été attirée par le hashtag aboutissait finalement sur une publicité de Nike après avoir été sensibilisée par le nombre élevé de publications visuelles des Air Max.

A lire ailleurs:

Sneakernews

Sneakers : Nike lance la Air Max Zero à l’occasion du Air Max Day

(Source de l’image à la une: http://sport-seasons-blog.com/happy-air-max-day/)

(Source de la vidéo: https://instagram.com/p/0rroSdN3ac/)

 

Auteur: Clelia Malinverni

Présentation du DAT de Nestlé en images

Voici quelques clichés de la préstentation de M. Abdel-Samie  mercredi 22 avril.

Merci Florence pour les photos!

Merci à lui pour sa présentation et ses réponses très instructives, et à tous les étudiants présents pour leurs questions très intéressantes et leur participation! Retrouvez quelques autres photos et tweets avec le hashtag #NestleDAT sur twitter, avec les commentaires de @Jackotro et @Kheenro

DAT2

DAT5

DAT8

DAT3

DAT1

Découvrez la Digital Acceleration Team de Nestlé!

Vous le savez déjà, vous, étudiants du Master in Business Communication, aurez l’occasion de rencontrer M. Mohamed Abdel-Samie, de la 5ème Digital Acceleration Team (@NESTLE_DAT), le mercredi 22 avril à 16h15 en salle F205.

La séance commencera Continuer la lecture de Découvrez la Digital Acceleration Team de Nestlé!

Communiquer un évènement en ligne: le projet « Noam innovation »

Sans titre

Du 20 au 22 octobre 2014, le professeur Eli Noam de la Columbia University de New-York enseignait pour la deuxième fois son cours sur les enjeux des nouveaux médias à l’Université de Fribourg. En parallèle, le groupe « Noam Innovation » a relevé le défi de créer un suivi communicatif du cours en ligne. A peine deux semaines après le début de sa mission, le groupe « Noam Innovation » avait déjà mis sur pieds un site web, un compte Twitter et un compte Facebook. Ces outils ont dû être alimentés et promus, puisque la création du groupe était tout à fait récente. Deux éléments ont contribué à la réussite du projet : la création d’une communauté et la mise en interaction de cette communauté avec les contenus publiés.

Comment le groupe a-t-il fait grimper sa notoriété virtuelle ?

  • des liens entre les différentes plateformes
  • un flyer (avec Qr-code) et l’indication des plateformes sur lesquelles on est présent
  • la personnalisation du projet avec une présentation individuelle, avec photo J!
  • la mobilisation des réseaux privés des membres
  • le soutien de communautés déjà établies (comme les Mabucoms)

A noter que l’action de self-marketing aura valu pas moins de 79 likes à la page Facebook de Noam Innovation!

Qu’est ce qui a plu et que peut-on retenir pour la prochaine expérience ?

  • Facebook a plus la cote que Twitter ! Plus de personnes se connectent régulièrement via leur compte Facebook.
  • Les contenus qui amènent plus de réactions sont les contenus informels, quel que soit l’outil. Ce qui plaît : les photos des membres d’équipe, les photos des pauses café, les tweets concernant le début ou la fin des journées de cours.
  • L’interaction sur Twitter et Facebook est mesurée par les « clicks » ou par les « likes » et c’est Twitter qui gagne, avec 272 interactions contre 122. Cette différence est dûe aux retweets par plusieurs sites officiels, qui ont fait grimper les chiffres !

D’après le groupe « Noam Innovation », la tension est à son comble durant l’évènement, à cause de l’arrivée en continu d’informations et l’attente de réponses et d’informations de la communauté. Il faut garder son sang-froid !

D’après vous comment avoir plus de réponses ou de commentaires de la part des internautes ? Est-ce possible ? Utilisez #EliNoam ..

EliNoam

 

Social Media – une communication instantanée

Matthias Vauthier, étudiant en MA Business Communication à Fribourg, travaille depuis 2012 pour Swiss Swimming (Fédération Suisse de Natation). Il est responsable médias et anime les réseaux sociaux de la fédération. Matthias a pris le temps de discuter avec nous des enjeux du Social Media Management.

Quel rôle jouent les réseaux sociaux dans ton travail ?

Les réseaux sociaux nous permettent d’atteindre notre public cible. Ils servent à faire passer certaines de nos informations en ramenant les gens sur notre site internet. Parfois, il nous est en effet difficile de faire passer nos messages dans les médias. Seules les nouvelles les plus importantes sont relayées par les médias classiques (presse écrite, radio et télévision). Grâce aux réseaux sociaux, nous pouvons renvoyer nos cibles à nos communiqués de presse via des liens. Pendant les championnats nationaux et internationaux, ils sont un moyen de fournir les résultats en directs, des photos des courses de nos nageurs et d’autres informations exclusives, ce qui permet aux gens de suivre nos athlètes à distance.

Selon toi, quelle est la plateforme la plus performante pour ton organisation ?

À l’heure actuelle, Facebook est la plateforme la plus performante. C’est celle où nous comptons le plus de followers. Notre public ajoute beaucoup de likes à nos liens, photos et autres vidéos, mais ne commente que rarement les publications. En cas des grandes nouvelles, ça bouge par contre de plus en plus sur Twitter. En particulier quand cela touche des sujets internationaux comme dernièrement l’annonce de la retraite sportive de Dominik Meichtry (Remarque: Twitter est encore relativement peu utilisé en Suisse par rapport à l’étranger).

Quelle est la partie la plus fascinante de ton travail ?

Ce que je trouve très intéressant sur les réseaux sociaux, c’est de sentir l’attention de notre public qui est logiquement fortement intéressé par nos actualités. On peut alors lui faire plaisir en partageant des contenus auxquelles il n’aurait pas vraiment accès par les canaux classiques de communication. Le public se sent ainsi privilégié et cela crée un lien entre ces personnes, la Fédération et les nageurs de l’équipe nationale. L’autre aspect intéressant est l’instantanéité du moyen: on peut être à l’autre bout du monde et transmettre des informations très rapidement au plus grand nombre.

Est-il crédible d’utiliser des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter pour gérer une crise ?

La communication de crise par les réseaux sociaux est à mon avis crédible, car elle est beaucoup plus rapide à mettre en place que ce que demande l’utilisation des canaux classiques (communiqués ou conférences de presse par exemple). Mais ça ne doit en aucun cas être le seul moyen mettre en œuvre puisqu’une crise a de forte chance de concerner ou d’intéresser un public plus large que nos ‘clients’ habituels. Il faudra par contre veiller à ne pas perdre le contrôle sur l’information et les réseaux sociaux peuvent permettre de créer ce genre de condition. Mais il faut rester conscient que ces derniers ont la capacité d’aider à contenir une crise, mais également d’attiser le feu lorsqu’ils sont utilisés de façon erronée. Si on se précipite à diffuser certaines informations sans réflexion préalable, tout peut rapidement partir dans tous les sens. C’est pour cela que la communication classique doit toujours exister et que les réseaux sociaux peuvent être un bon moyen de l’introduire (et de la diffuser à large échelle par la suite). Dans l’exemple d’un tweet, vu sa brièveté, il peut rapidement être sorti de son contexte et la machine à rumeur est ensuite difficile à enrayer. Mais utilisés à bon escient, les réseaux sociaux peuvent être un allié de choix lors d’une crise, si tant est qu’ils soient un outil intégré au plan global de communication en temps de crise.

Le groupe #bcomm2014 remercie Matthias, grâce à qui nous avons pu tout de même nous renseigner, et vous renseigner, sur l’activité de Social Media Manager.

Movember débarque à l’UniFR

Movember, tu connais ? Depuis quelques années, le mois de novembre ne rime plus uniquement avec brouillard, feuilles mortes et marrons chauds. Nos hommes suisses ainsi que ceux du monde entier sont invités à se laisser pousser la moustache durant tout le mois de novembre. Une manière ludique de sensibiliser l’opinion publique pour la recherche dans les maladies masculines telles que le cancer de la prostate.

Le terme vient de la contraction de « Mo », abréviation de moustache, et de novembre. Les femmes peuvent également participer au soutien en se dessinant une moustache ou en utilisant une fausse!

Cette année, Movember débarque à l’Université de Fribourg. Durant ce mois de novembre 2014, notre Mo Team – six étudiantes et étudiants en Master in Business Communication – procédera à la promotion de ce merveilleux concept. Mais toi aussi, brillant(e) étudiant(e) de l’Université de Fribourg, est invité(e) à contribuer au Mouvement! Nous t’appelons à poster une photo de toi-même arborant une belle ‘stache sur nos pages FacebookTwitter et Instagram ou à nous rejoindre à notre stand (tenu hebdomadairement à Pérolles) pour un petit selfie décalé et participer ainsi à notre concours.

10523352_370490659774133_1319150641237891297_n

Chaque fin de semaine, la meilleure moustache (fake ou réelle) se verra décerner le titre de « Mo’Member de la semaine ». Le Mo de la semaine sera choisi suivant l’originalité de la photo et de la moustache. Alors n’attends plus, supporte la cause et souffle un peu entre deux révisions d’examens en nous rejoignant sur nos pages réseaux sociaux et en visitant notre site web. En plus, tu y trouveras toutes les informations nécessaires à ta participation.

Nous espérons croiser de belles moustaches dans les corridors de Pérolles et de Miséricorde durant tout le mois de novembre!

La Mo Team.

Questions ou réactions ? #EliNoam !

Dès aujourd’hui, le #EliNoam vous permet de partager toutes vos questions et réactions sur le séminaire « Innovation and New Media: Business and Public Challenges » du Prof. Noam, via Twitter ou Facebook. Le groupe d’étudiants à l’origine du projet se réjouit d’interagir avec vous en ligne et posera avec plaisir vos questions au Professeur !

N’oubliez pas que tous les soirs, une synthèse de la journée sera publiée sur le blog créé pour l’occasion.

@NoamInnovation
Facebook : Noam Innovation

#elinoam